PRESENTATION DU DEPARTEMENT

 

Meurthe et moselle 54 logo 2017 svgMeurthe et moselle adm

 

Le département de la Meurthe-et-Moselle de la région Grand-Est se situe au cœur de la Lorraine doit son nom aux deux principaux cours d'eau qui le traversent.
Il est entouré par les départements de la Meuse, des Vosges, du Bas-Rhin et de la Moselle et sa frontière Nord jouxte le Luxembourg et la Belgique.
Remodelé par les guerres franco-allemandes, le département a une forme inhabituelle : ses dimensions sont de 130 kms du Nord au Sud, et entre 7 et 103 kms d'Est en Ouest. Cette forme, dont la partie Nord correspond à un panhandle, est parfois comparée à celle d'une oie.
Une autre particularité du découpage de ce département est le fait qu'une de ses communes, Othe, est enclavée dans un autre département, la Meuse.
La forêt, fortement endommagée par la tempête de 1999, recouvre 32% du département.
Le relief est modelé par les vastes plaines que les cours d'eau ont creusé dans le plateau lorrain. Il cède sa place au Massif des Vosges dans le Sud-Est.
Le point culminant est le Roc du Taurupt (731 m), entre Bionville et Raon-sur-Plaine. Un autre relief historiquement important est la colline de Sion. Le point le plus bas est situé à Arnaville (171 m).

Création du département
Meurthe et moselle position svgIl est créé le 7 septembre 1871, à partir des territoires des départements de la Meurthe et de la Moselle que le Traité de Francfort laisse à la France.
Les arrondissements de la Meurthe (Lunéville, Nancy et Toul), restés français comme celui de Briey en Moselle, sont associés pour constituer le nouveau département de Meurthe-et-Moselle. Les autres arrondissements de la Meurthe, ceux de Château-Salins et de Sarrebourg, de même que le reste de la Moselle, sont rattachés à l'Empire allemand jusqu'en 1918.
La limite actuelle entre les départements de Meurthe-et-Moselle et de la Moselle correspond précisément à la frontière franco-allemande entre 1871 et 1919. Cette limite sert à nouveau de frontière après l'annexion des départements de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin par le régime nazi entre 1940 et 1944.
La seule modification intervenue dans les limites du département est le rattachement en 1997, pour des raisons de gestion administrative, de la petite commune de Han-devant-Pierrepont, qui appartenait auparavant à la Meuse.

Blason departement fr meurthe et moselle svg

 

Héraldique
D'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent, accostée de deux cotices ondées d'azur.
On retrouve le blason de l'ancien Duché de Lorraine, qui fût un temps celui de la région Lorraine. Seules deux cotices ondées d'azur ont été ajoutées de part et d'autre de la bande. Elles représentent la Meurthe et la Moselle.

 

Hydrographie
Les deux principaux cours d'eau qui traversent le territoire sont : la Moselle et la Meurthe. Parmi les autres rivières : la Chiers, la Crusnes, l'Orne, la Seille, le Madon, la Mortagne et la Vezouze.

Histoire
La Lorraine de mes ancêtres des origines au XIème siècle

Les plus anciennes occupations humaines semblent remonter au début du Pléistocène moyen il y a environ 600 000 ans (voir lien Echelle des Temps).
Plusieurs stations de plein air appartenant essentiellement au complexe moustérien, confirment le passage en Lorraine occidentale de l’Homme de Néandertal.
Plusieurs découvertes isolées, indiquent une fréquentation de la Lorraine au Pléistocène supérieur par des groupes de chasseurs-cueilleurs lors des phases tempérées.
Le Mésolithique ancien (9800 à 8000 ans avant J.-C.) a été identifié à Montenach (Moselle) alors que la phase moyenne (8000 à 6800 ans avant J.-C.) est représentée à Walschbronn (Moselle).
Le Mésolithique récent à final (6800 à 5500 ans avant J.-C.) est connu avec les occupations de Maizières-les-Metz, Puttelange-les-Thionville et Himmeling (Moselle).
Norroy pont a mousson meurthe et moselle la pierre au jo cpaLe mégalithisme se rencontre en Lorraine avec plusieurs monuments connus, essentiellement des allées couvertes, dolmens et menhirs comme à Sexey-aux-Forges, à Beaufremont et Séraumont (Vosges) et à Montplonne (Meuse). Plusieurs menhirs sont encore en place tel que la Hotte du Diable à Milly-sur-Bradon (Meuse), la Dame Schone à Savonnières-en-Woëvre, la Pierre au Jô à Norroy-les-Ponts-à-Mousson (CPA ci-contre).
La région commence à se peupler au Néolithique.
L'agriculture se développe vers 5000 avant J.-C..
Durant l'Âge du Fer, l'actuelle Lorraine est principalement occupée par les Médiomatriques dont la capitale est Divodurum, qui occupent la Basse-Moselle et les Leuques dont la capitale est Tullum, qui occupent la Haute-Moselle. Au Nord se trouvent également des Trévires, à l'extrême Sud-Ouest, se trouvent des Lingons et à l'extrême Sud-Est, des Séquanes.
À partir de 52 avant J.-C., les Romains prennent possession de la région. Les peuples gaulois de la région restent peu impliqués dans la Guerre des Gaules, seuls les Médiomatriques participent à Bibracte puis envoient 6 000 hommes à Alésia. Les Romains contribuent au développement de la région, en construisant des routes, des aqueducs, des bâtiments…
Après l'invasion romaine, la région connaît une période de paix durable. L'empereur Auguste intègre la région à la province de Gallia Belgica. Les Romains s'installent notamment sur les rives de la Seille, où ils reprennent l'exploitation du sel initiée par les Celtes sept siècles auparavant. Des thermes, alimentés par l'Aqueduc de Jouy-aux-Arches, et des édifices civils, comme un amphithéâtre de 25 000 places, sont construits à cette époque.
Sous Diocletien, en 285, Trèves devient la capitale de toute la partie occidentale de l'empire. La Belgique est séparée en plusieurs provinces plus petites : Metz, Toul, Trèves et Verdun forment la Belgique Première.
Les invasions barbares débutent vers 250-275 par des incursions des Alamans et des Francs, des Vosges jusqu'à l'Argonne. Entre 355-357 les Alamans de Chnodomar avancent jusqu'à la Marne, avant d'être défaits à Tarquimpol, puis près d'Argentoratum. Ils font une nouvelle incursion en 365 et sont arrêtés par Flavius Jovin à Scarpone.
En décembre 406, des bandes d'Alains, de Vandales et de Sièves franchissent le Rhin et sèment le trouble dans la région. En 407, la préfecture du Prétoire des Gaules est rapatriée de Trèves en Arles et les légions stationnées sur le Rhin sont redéployées en Italie. Rome n'exerce plus qu'une autorité théorique sur ses provinces belges.
En 435, Aetius (395/454) défait le roi burgonde Gondicaire (385/437), qui tente d'annexer la Belgique Première.
En 451, la région est envahie par les Huns et Metz est rasée.
Autour de 460, Trèves tombe aux mains des Francs ripuaires.
Pepin ii le jeune ou le gros 3 864 146 888 768 g42Clovis iVers 475-480, les Pays de Meuse et de Moselle passent sous l'influence des Francs rhénans, alors installés entre Cologne et Mayence. La victoire de Clovis Ier (466/511, portrait 1 de gauche, mon ancêtre sosa n° 494 610 801 762 400 en 49ème génération), roi des Francs saliens, à Soissons contre Syagrius (486) permet d'intégrer ce territoire à son royaume. À sa mort, en 511, ses États sont partagés entre ses fils, comme le voulait la tradition franque. Thierry Ier hérite de ce qui deviendra l'Austrasie au VIème  siècle. En 561, Metz devient la capitale de ce nouveau royaume.
Après le règne de Dagobert Ier vers 639, les monarques délaissent leurs charges et confient la gestion du royaume à des représentants de l'aristocratie.Saint arnoul de metz 15 456 587 555 072 g44
À la fin du VIIème siècle, Pépin II de Herstal dit le Jeune (640/714, portrait 1 de droite, mon ancêtre sosa n° 3 864 146 759 872 en 42ème génération), noble austrasien petit-fils du 29ème évêque de Metz, Charles martel 61 826 342 514 816 g46Arnulf de Metz dit Saint Arnoul (582/641, portrait 2 de gauche, mon ancêtre sosa n° 15 456 587 039 488  en 44ème génération) et père de Charles de Herstal dit Martel (686/741, portrait 2 de droite, mon ancêtre sosa n° 1 932 073 379 936 en 41ème génération), devient Maire du Palais après sa victoire sur Thierry II (587/613) roi de Neustrie et d’Austrasie. Cette famille, ancêtre de la dynastie des Carolingiens, va alors gouverner sans discontinuer, obtenant du Pape le titre royal des Mérovingiens en 751. CharlemagnePar conquêtes et alliances, elle va former en quelques décennies l'Empire carolingien.
La Mosellane connaît alors une période brillante. Le palais royal de Thionville devient l'une des résidences préférées des Carolingiens.
Louis 1er le pieux ou le debonnaire 241 509 180548 g38Au IXème siècle, le commerce d'esclave devient florissant. Les Verdunois font régulièrement la liaison entre les pays slaves, notamment Prague, et l'Espagne, où ils revendent leurs esclaves, en échange de soierie et de produits de luxe.
L'église catholique se structure peu à peu dans la région, la hiérarchie religieuse est issue de l'aristocratie locale. Lothaire 1erLa première communauté monastique s'établit à l'abbaye de Remiremont en 620. Les évêques de Metz et Verdun possèdent à cette époque de vastes domaines, y compris dans le sud de la France. La vie culturelle est brillante, grâce aux écoles de Toul et de Metz, qui portent au sommet l'art de l'enluminure carolingienne et de la sculpture sur ivoire.
Le dernier évêque de cette lignée, Drogon de Metz, fils illégitime de Charlemagne (747/814, portrait 3 de gauche, mon ancêtre sosa n° 483 018 361 096 en 39ème génération), exerce aussi une influence directe sur son demi-frère l'empereur Louis Ier le Pieux (778/840, portrait 3 de droite, mon ancêtre sosa n° 241 509 172 492 en 38ème génération).Charles le chauve
Charles iii le simpleBien que Lothaire Ier (795/855, portrait 4 de gauche, mon ancêtre sosa n° 241 509 172 490 en 38ème génération) soit le successeur de Louis Ier le Pieux, ses frères Charles dit  le Chauve (823/877, portrait 4 de droite, mon ancêtre sosa n° 120 754 590 274 en 37ème génération) et Louis II dit le Germanique (806/876, portrait 5 de droite, mon ancêtre sosa n° 1 932 073 568 262 en 41ème génération) lui imposent le partage du royaume de Charlemagne par le Traité de Verdun en août 843 donnant ainsi naissance à la Francie médiane. La Francie médiane est partagée par le Traité de Prum en 855 et la partie Nord donnée à Lothaire II (835/869) dont Metz devient le centre politique.
En 911, la Lotharingie passe sous le contrôle du roi de Francie occidentale, Charles III dit le Simple (879/929, portrait 5 de gauche, mon ancêtre sosa n° 60 377 293 128 en 36ème génération).Gerard i duke of lorraineLouis ii le germanique 1 932 073 568 262 g41
En 925, la Lotharingie devient un duché de l'Empire germanique. Le duché est à son tour divisé en 959 et la Haute-Lotharingie, qui devient le duché de Lorraine, se sépare de la Basse-Lotharingie en suivant les limites de la province ecclésiastique de Trèves.
Jusqu'en 1048, le duché n'a pas de réelle capitale, même si on l’attribue traditionnellement à Metz, les ducs étant fournis d'abord par le comté de Bar, puis celui de Verdun et enfin celui de Metz. En 1048, le fils d'un comte de Metz, Gérard Ier de Lorraine (1030/1070, portrait 6 de gauche, mon ancêtre sosa n° 3 773 580 828 en 32ème génération) se voit attribuer le duché de Lorraine et s'installe à Nancy.

Patrimoine
L'abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson, est le plus bel exemple d'architecture monastique en Lorraine. Monument Historique du XVIIIème siècle, l'Abbaye s'élève majestueuse au milieu d'un parc de 2,5 ha bordé par la Moselle.
Charles cournault 1La Douëra à Malzeville, demeure orientaliste d'inspiration mozarabe qui renferme trois salons au décor inspiré de l’Orient. Son allure de petite mosquée cairote est le souhait du peintre et archéologue Charles Cournault (1815/1904, portrait de droite), élève de Delacroix,  à la suite d’un voyage en Algérie vers 1840.
La place Stanislas (voir lien Stanislas) à Nancy, considérée comme la plus belle Place Royale d'Europe, joyau de l'ensemble architectural Duc leopold 1er de lorrainedu XVIIIème siècle inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO, c’est un parfait exemple du classicisme français. Edifiée par Emmanuel Héré, elle est entourée de grilles finement ouvragées et rehaussées d'or, réalisées par le ferronnier Jean Lamour, et de fontaines majestueuses dessinées par Barthélémy Guibal.
L'Hôtel de Ville, l'Opéra-Théâtre et le musée des Beaux-Arts occupent une partie de la Place.
La place d’Alliance à Nancy, plus intime que la place Stanislas, elle fait partie de l'ensemble architectural du XVIIIème siècle reconnu par l'UNESCO. Elle doit son nom à l'alliance entre la Maison de Lorraine Habsbourg et la Maison de France. En son centre s'élève une fontaine remarquable, créée par Cyfflé, inspirée de la fontaine du Bernin de la place Navone de Rome.
La place de la Carrière à Nancy, 3ème site de l'ensemble architectural du XVIIIème siècle, cette place créée au XVIème siècle, puis remodelée au XVIIIème siècle, est à l'origine un lieu de joutes et de tournois, d'où son nom de Carrière. A l'entrée de la place, deux bâtiments se font face : l'Hôtel de Craon (Cour d'Appel) et la Bourse du Commerce (Tribunal administratif). A l'autre extrémité, s'élève le Palais du Gouvernement, encadré par un hémicycle, orné des divinités antiques, qui héberge, sous Stanislas, l'intendant, représentant du roi de France.
Vitres antoine bertin maison schottLa Maison Schott de Nancy, date du percement du Quai Choiseul en 1863. L’architecture, la menuiserie et la ferronnerie respectent un style traditionnel antérieur. En revanche, la décoration intérieure utilise des peintures murales dans un style floral très innovant, exprimant les thèmes et les motifs de l’École de Nancy. La verrière (photo ci-contre) du peintre-verrier Antoine Bertin est datée de 1900, elle est inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. En verre simple et en verre gravé à l’acide sertis au plomb, au décor de lys, capucines, clématites, tulipes et iris, dans les tons de violet, bleu et jaune, cet ensemble est considéré comme un ouvrage précurseur de l’art du vitrail de l’École de Nancy.
010 louis majorelle theredlistLa villa Majorelle de Nancy, maison personnelle de  Louis Majorelle (1859/1926, portrait ci-contre), ébéniste-décorateur de l’Ecole de Nancy, est conçu par l'architecte Henri Sauvage en 1898. Première maison entièrement Art nouveau de Nancy  résultant d'une parfaite collaboration entre artistes parisiens et nancéiens de renom. Elle est classée aux Monuments Historiques en 1996.
La Mine du Val de Fer de Neuves-Maisons, sur 7ha, domine la vallée de la Moselle à 12kms au Sud de Nancy avec un panorama de 50 kms sur le Saintois jusqu'à la Colline de Sion. Le site est inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1992.
La fontaine Saint-Gengoult à Lanfroicourt, ancienne fontaine, d'un village détruit en partie en 1914.
L’ancienne ville de Nomeny, propriété des évêques de Metz jusqu'au milieu du XVIème siècle, elle est fortifiée jusqu'au XVIIème siècle. Ses remparts édifiés de 1335 à 1365 sont détruits sur ordre de Richelieu. Sa forteresse romane du XIème siècle et son château gothique du XIVème siècle sont détruits sur ordre de Louis XIV. Il ne reste que les vestiges de trois tours, de trois courtines et de deux fossés de la forteresse ainsi que les pavés de la cour du château...

Les châteaux :
Le château des Lumières de Lunéville, le Petit Versailles Lorrain au XVIIIème siècle (photo ci-dessous, vidéo en bas de page), possession des ducs de Lorraine depuis le XIIIème siècle, est construit pour le compte du duc Léopold Ier (1679/1729), entre 1703 et 1720, né en exil pendant l'occupation française, il ne prend possession de ses duchés qu'avec la signature du Traité de Ryswick en 1697. Il découvre alors son palais, datant du Moyen Âge, en piteux état. Il le fait entièrement reconstruire en s'inspirant du château de Versailles et en fait sa résidence principale. Il y meurt en 1729.
Stanis aw leszczy ski 1Son fils, le duc François III (1708/1765), fondateur de la Maison de Habsbourg-Lorraine, est contraint de céder, à titre viager, ses possessions au roi de Pologne, Stanislas Leszczyński (1677/1766, portrait de droite), roi en exil mais beau-père du roi de France, Louis XV (1710/1774). Il fait réaménager le château à son goût et y meurt accidentellement en 1766.
Le duché et Lunéville sont alors annexés par la France. Les châteaux lorrains échoient au roi Louis XV qui ne sait qu'en faire. Un grand nombre sont détruits. Lunéville survit mais est transformé en caserne.
Au cours de son histoire, le château est victime de plusieurs incendies, dont le dernier, en janvier 2003, déclenche un important mouvement de mobilisation pour sa reconstruction.
Depuis 2017, le conseil départemental de Meurthe-et-Moselle est propriétaire de l'ensemble du domaine.
Chef-d'œuvre de l'architecture du XVIIIème siècle, il est inscrit au titre des Monuments Historiques en 1901.

Luneville meurthe et moselle le chateau des lumieres

Le château de Vaudémont (photo ci-dessous) est situé sur un éperon rocheux. Certains éléments laissent à penser que le site est occupé dès le Vème millénaire avant J.-C., notamment le rempart dit Néolithique à l'extérieur du village. Un hameau est probablement apparu à l'époque mérovingienne, dépendant de la paroisse de Sion.
À la fin du XIème siècle, le premier comte de Vaudémont, Gérard Ier d’Alsace (1057/1108), fait construire un énorme donjon, édifié en partie avec des matériaux d'origine gallo-romains trouvés sur les lieux,  qui prend le nom de Tour Brunehaut. C’est le plus ancien donjon de Lorraine.
Louise de lorraine vaudemontHenri iii 2La famille de Vaudémont  donne une reine à la France, Louise de Lorraine-Vaudémont (portrait de gauche) épouse en 1575 le roi de France Henri III (1551/1589, portrait de droite).
 Au XIVème siècle le château actuel est bâtit, il reprend l'ancien donjon et s’accroît d'une vaste enceinte forte de 12 tours englobant le village qui s'est développé aux abords du château primitif. Château et remparts sont démantelés en 1639 sur les ordres d’Armand Jean du Plessis, cardinal de Richelieu (1585/1642), la France occupant alors militairement le Duché de Lorraine lors de la Guerre de Trente Ans.
En 1840, l'angle Nord du donjon s'effondre alors que l'édifice est classé aux Monuments Historiques depuis 1830.
Le château est fortement restauré en 1930. Diverses ruines subsistent dans le village et la plupart des maisons reconstruites aux XVIIème et XVIIIème siècles réutilisent en façade des éléments antérieurs à la destruction du XVIIème siècle.

Vaudemont meurthe et moselle le chateau gravureVaudemont meurthe et moselle le chateau

Le château d’Acraignes à Frolois (CPA ci-dessous) construit au XIIIème siècle. Les comtes de Vaudémont paraissent avoir été ses premiers occupants.
Nicolas de Haraucourt l'acquiert en 1553.
Puis, Elisée de Haraucourt (1555/1629), gouverneur de Nancy, en est propriétaire au début du XVIIème siècle. Il confie en 1617 à  Nicolas Mathieu, maître maçon à Méréville, la construction de la muraille de la basse-cour et au fondeur-charpentier de Méréville, la création d’une fontaine dans cette même cour.  En 1619, des travaux plus importants sont réalisés : des croisées, des demi croisées, des jumelles à la tour ronde, des portes, des cheminées, des marches et les plafonds de l'escalier, les fenêtres de l'écurie et d'autres à la galerie au dessus de l'écurie. La pierre est tirée des carrières de Pont-Saint-Vincent. En 1622, une porte monumentale en pierre de taille est réalisée.
Au début du XVIIIème siècle, le château est reconstruit et embelli par Anne Marie Joseph de Lorraine-Harcourt (1679/1739), prince de Guise.
A la Révolution Française, le château est vendu comme Bien National en 1795.
Ses très importants vestiges disparaissent au début du XXème siècle à la suite de bombardements durant la Première Guerre Mondiale.

Frolois meurthe et moselle le chateau cpa 1

Et encore … le château d’Adomenil à Rehainviller, du XVIIème siècle, inscrit aux Monuments Historiques en 2015 ; le château Anthoine à Vandœuvre-lès-Nancy, demeure d'une famille d'officiers ducaux édifiée au XVIème siècle et modifiée aux XVIIIème et XIXème siècles, classée en 1996 ; le château de Blâmont construit à la fin du XIIème siècle, agrandi au XIIIème et XVIIème siècles , dont il ne reste que les vestiges des fortifications médiévales, inscrit en 1994 ; le château de Choloy à Choloy-Menillot, du XIXème siècle néo-classique, inscrit en 1988 ; le château de Clémery, forteresse mentionnée en 1416, Charles II, duc de Lorraine, l'occupe pour empêcher Édouard III, duc de Bar, de s'y installer. Pris par les Croates et les Polonais en 1635, assiéger et repris par le maréchal François de L'Hospital. Il subit d’importantes transformations en 1861. Il est inscrit en 1986 

mais aussi... la Maison de la Mirabelle à Rozelieures, des musées, des édifices religieux

 

 

Dans ce département, 9 villes ou villages

ont été témoin de la vie  (naissances/baptêmes/unions/décès/inhumations…) 

de 36 ancêtres du VIème au XIXème siècle

 

 

Cantons de meurthe et moselle svg

Le département et ses cantons (2016)

 

 

 


 

Sources
Sites et photo : Wikipedia.
Vidéo : YouTube, Rewo Channel

 

Date de dernière mise à jour : 14/07/2017