Fauville-en-Caux

Fauville en caux seine maritime adm

La commune est située sur un territoire connu pour ses anciennes carrières souterraines dénommées marnières.
Un dicton cauchois dit on y entre comme dans Fauville : le bourg est installé sur un plateau pourvu de nombreuses voies de communication.

Blason fauville en cauxHéraldique

Les armes de la commune de Fauville-en-Caux se blasonnent ainsi :
Parti de gueules et d’argent au cœur aussi d’argent sommé d’un coq issant d’azur avec un panache en forme de croissant versé aussi de gueules, le tout brochant en abîme sur la partition.

Drapeau francais fond blancHistoire

Attesté sous la forme Fovilla en 1152.
Fau ou Fo dérive du Celtique Fao ou Faou (hêtre). Fauville signifierait donc lieu planté de hêtres ou hêtraie.

Fauville est marquée par l'occupation romaine aux IIème et IIIème siècles.
La rue principale est située sur la voie romaine qui allait de Juliobona (Lillebonne) à Gravinum (Grainville-la-Teinturière). 
Des fouilles archéologiques, effectuées en 1983, ont permis de relever  les structures d'une ferme indigène, avec fosses dépotoirs remplies de débris céramiques datables du IIème et  IIIème siècle après J.-C. , et divers objets de la vie quotidienne. 
Au XIIIème siècle, Fauville-en-Caux, l'un des trois doyennetés de l'ancien archidiaconé du Grand-Caux, comprenait 37 paroisses puis 70 à la Révolution. C'était le plus important du diocèse de Rouen, auquel les paroisses d'Yvetot et de Bolbec étaient rattachées.
La situation géographique de Fauville étant favorable aux échanges commerciaux, Jean Sans Terre, dès 1203, y établit le premier marché franc.
Au XVème siècle, les anglais prennent possession de l'ensemble du plateau de Caux. Fauville est alors occupée pendant une vingtaine d'années, avant d'être libérée par une expédition militaire de 4000 hommes.
En 1716, un violent incendie ravage Fauville et son vieux marché.
En 1769, un tremblement de terre frappe la commune.
En 1806, découverte d'une amphore romaine lors de la construction d'une auberge au carrefour des routes de Fécamp et de Cany. Cette poterie cassée lors des travaux au niveau de l’épaule, donne son nom à l'auberge (disparue) et au carrefour  Le pot cassé. Cette amphore est, à ce jour, la plus septentrionale de la Gaule.
En 1836, la motte féodale est détruite.

Seigneurs et gens de noblesse

En 1219, Pierre de Hotot, 1162/1219, époux de Julienne de Baudémont, seigneur de Fauville-en-Caux, donne le patronage de l'église aux religieux hospitaliers du prieuré de la Madeleine à Rouen. Les héritiers contestent la donation s'ensuit une trentaine d'années de procès.
Anne genevieve de bourbon conde duchess of longuevilleEn 1320, la seigneurie passe à la famille d’Estoutteville, par l’union de Marie de Hotot, fille du précédent, avec Colibeaux d’Estoutteville,  fils de Robert et de Péronelle de la Crique.
En 1650, Anne Geneviève de Bourbon-Condé, duchesse de Longueville, 1619/1679 (photo ci-contre à gauche), se réfugie en Normandie après l’arrestation de Condé. Elle figurPrince honore iii de monacoe, dans les écrits, comme seigneur-patronne de Fauville  en 1677.
En 1769, après l’incendie de 1716  et le tremblement de terre qui ravagent la ville, le seigneur de Fauville est le prince Honoré III de Monaco, né Honoré Camille Léonor Grimaldi de Goyon de Matignon, 1720/1795 (photo ci-contre à droite), prince souverain de Monaco et duc de Valentinois.  Il accède au trône en 1733, à l’âge de 13 ans, à la suite de l'abdication de son père. Il épouse en 1757 Marie Catherine de Brignole-Sale, mais cette union ne tarde pas à se briser, irrité des succès mondains de sa femme dans l'entourage du Prince de Condé, Honoré III demande et obtient la séparation. Il réside dans son hôtel parisien, au château de Versailles ou dans ses terres normandes beaucoup plus qu’en Principauté. En tant que cousin du roi Louis XV, il fait partie de la famille royale française.

Personnages liés à la commune

Marius groutMarius Grout, 1903/1946 (ci-contre à gauche), écrivain et poète français, né à Fauville-en-Caux d’un père facteur. Il est élève à Saint-Saire de 1909 à 1915 puis choisit l'enseignement et est nommé en 1928 professeur à Montivilliers où il reste jusqu'en 1933. Il devient ensuite professeur à l'école supérieure du Havre, puis en 1941, est nommé au lycée Colbert. Il publie en 1937 son premier ouvrage, Kagawa et obtient le prix Goncourt en 1943 pour son roman Passage de l'homme.

Erik orsennaErik Orsenna, 1947/- (ci-contre à droite),  écrivain  et académicien français,  a inauguré le pôle Eau de Fauville-Ouest et a été l'invité d'honneur du colloque sur l'avenir de l'eau, en mars 2015.

Jean loup chretienJean Loup Chrétien, 1938/- (ci-contre à gauche), général français, pilote de chasse puis spationaute au CNES. Il est le premier Français, premier francophone et premier Européen de l'Ouest dans l'espace en 1982 (lors de la mission franco-russe PVH). Il est également le premier non-Russe et non-Américain à effectuer une sortie extra-véhiculaire dans l'espace. Il accepte en 1999 de donner son nom à l’école publique élémentaire fauvillaise et de venir rencontrer les enfants pour partager avec eux sa passion pour l’univers spatial.

La famille Grimaldi  est la  fondatrice du premier corps de sapeurs-pompiers de Fauville-en-Caux. A la souscription lancée à l'issue des incendies du XVIIIème siècle, le premier donateur est la famille Grimaldi.
En 2000, lors de l'inauguration de la nouvelle caserne située rue des Grimaldi, un officier supérieur du corps princier des sapeurs-pompiers monégasques a remis, au nom du Prince Rainier, un superbe casque aux armoiries de Monaco, aujourd'hui exposé dans la caserne.

Patrimoine

L’église Notre-Dame de l'Assomption est de style romano-byzantin, elle est inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.
Construite à partir de 1913 pour remplacer une église romane remaniée aux XIIème et au XVème siècles, trop petite et éloignée du bourg, elle n’est achevée qu’en 1938, mais ouverte au culte en 1916. Voulue par le chanoine Louis Dubois, elle est l’œuvre de l’architecte rouennais Pierre Chirol.
Sa construction sur une ancienne carrière de sable cause bien des problèmes techniques et fait s’envoler les dépenses.
L’église est d’inspiration romano-byzantine, un style inhabituel dans le pays de Caux et unique en Seine-Maritime. Le clocher est bâti 25 ans plus tard.
À l’intérieur, le jeu des arcs, les hautes voûtes de la nef et la tour lanterne forment un ensemble spectaculaire, selon les architectes des Monuments Historiques. Une fresque à la détrempe du peintre Charrier, auteur de toiles de Saint-Etienne de Fécamp, et des statues anciennes provenant de l'ancienne église sont à admirer.
Un ciboire et un ostensoir (disparus à la Révolution) ont été offerts en 1677 par la duchesse de Longueville, seigneur patronne du village.
L’église abrite la pierre tombale du chanoine Louis Dubois 1855/1930.

La porte de l'an 2000 (voir diaporama en haut de page) immortalise le passage au 3ème millénaire. Cette porte monumentale consiste à révéler aux générations futures le nom de toutes les personnes vivant à Fauville-en-Caux en l'an 2000. Tous les habitants ont participé en signant l'une des 2066 briques qui ont servi à sa construction. Ces briques signées ont été assemblées pour former les deux piliers constituant la porte de l'an 2000.

L’ancien hôtel du Chemin de Fer (voir diaporama en haut de page) ainsi nommé car une voie ferrée devait passer par Fauville. Ce ne fut pas le cas mais la bâtisse est resté un hôtel et les voyageurs se déplaçaient en diligence jusqu’à la gare de Foucart. Ce lieu, qui a servi de cantine puis de local aux services techniques de la commune, devenu vétuste a été démoli et la résidence Amiot a vu le jour en 2013.

Evolution de la population

Fauville en caux demo

Hameaux, lieux dits et écarts

L’ancien Moulin, L’Epine Saint-Paul, La Côte, Le Dernier Sou, Le Pot Cassé, Les Acacias, Roncherolles.

Nos ancêtres de Fauville-en-Caux …

Unions :
FOLLIE Jacques (sosa 2022G11) avec PICARD Françoise (sosa 2023G11) le 22 janvier 1704.
FOLLIE Jacques (hs) fils du précédent, avec AUGER Marie Magdeleine (hs) en juillet 1738.

 


 

 

Sources
Sites et photo :
Wikipedia, Mairie de Fauville-en-Caux, Fondation de Monaco, Seine 76.

Date de dernière mise à jour : 24/05/2016