Aux pays de mes ancêtres

VISAGES DE SEINE-MARITIME

 

Au XIème siècle

68 familles d’ancêtres dont 4 de la noblesse
 soit 209 individus ont vécus dans ce département

(naissances, baptêmes, mariages, décès, inhumations…)
dans 52 villes ou villages où 308 actes ont été enregistrés :
79 naissances/baptêmes o(o)
123 unions x
106 décès/inhumations +(+)


 

Les familles …

Tableaux noms 76

 

dans les villes

Tableaux villes 76 1Tableaux villes 76 2Tableaux villes 76 3Tableaux villes 76 4Tableaux villes 76 5

Voir détails pour chacun dans les villes concernées

 

 

* Quelques détails historiques

 

 Rollon de Normandie ou Hrölfr le Marcheur (860/932)  Comte de france

Famille : Dynastie des Rollonides.
Il est le fils de Ragnvald Eysteinsson dit le Sage (840/890), jarl de More og Romsdal (Norvège), et de Ragnhilde.

Mon arbre généalogique : n° sosa 30 188 647 686++ en 35ème génération.

Biographie : Il nait vers 860 près d’Alesund (Norvège). Il reçoit le nom de Robert à son baptême. Il est aussi appelé Robert Ier dit le Riche.
Son histoire est assez incertaine : les sources qui l’évoquent sont presque toutes tardives et beaucoup de légendes ont été créées autour de son personnage.
Les ruines de son château se trouvent dans la banlieue Sud d'Ålesund en Norvège.
Il est banni de Norvège par le roi Harald Ier de Norvège dit à la Belle Chevelure (850/933) pour s'être livré à des actes de pillage dans le pays.Vikings debarquant en islande Il prend la tête d'une bande de Vikings, des Danois et quelques Norvégiens, et s'attaque principalement aux côtes de la mer du Nord et de la Manche. Il arrive dans le royaume franc vers 876 par la Seine et découvre une région (la future Normandie) pillée régulièrement depuis 841 par ses compatriotes Vikings. Sa bande s'installe à l'embouchure de la Seine et de là lance différents raids dans le royaume franc. Il participe au siège de Paris entre 885 et 887, puis part pour Bayeux où il tue le comte Bérenger de Bayeux, marquis de Neustrie, lors de la prise de la ville en 890. Il emmène de nombreux prisonniers dont Poppa, fille de Bérenger, qu’il prend pour frilla. Puis, il quitte la Neustrie pour l'Angleterre. Son fils Guillaume nait outre-mer en 905.
Son installation en Normandie a été suffisamment longue pour que le chef viking noue des contacts avec les représentants du pouvoir carolingien et de l'Église et développe des alliances avec les autorités en place.
Il revient en 911 et conclut avec l'archevêque de Rouen le Pacte de Jumièges  afin d'épargner la ville de Rouen.
Les Vikings quittent Paris et la Seine, et par mer et terre se rendent dans le territoire de Coutances qu’ils assiègent. Ils sont  battu par le roi breton Alain Ier dit le Grand. Rollon se replie et hiverne à Noyon.
En  911, il attaque Paris mais échoue. Il assiège Chartres mais la légende prétend que Gancelme, évêque de la ville, fait partir Rollon en brandissant le voile de la Vierge Marie le 20 juillet 911.
Le roi carolingien Charles III dit le Simple (879/929) négocie avec lui : Traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911. Le roi cède à Rollon une partie de la Neustrie, une terre allant de l'Epte à la mer, base du futur duché de Normandie. En échange, Rollon s'engage à se convertir et à bloquer les incursions vikings menaçant le royaume franc.
Il se fait baptiser en 912 en la cathédrale de Rouen sous le nom de Robert, du nom du futur roi des Francs, Robert Ier (860/923), son parrain de baptême.
Rollon est considéré par les historiens comme le premier duc de Normandie et le fondateur du duché normand. Il restaure la paix et la sécurité en Normandie.
Bien que converti au christianisme, Rollon n’en reste pas moins attaché aux rites et aux croyances de ses ancêtres Vikings. Ses dernières volontés sont de faire distribuer 100 livres d’or aux églises en hommage à Dieu et de faire décapiter 100 prisonniers chrétiens pour satisfaire Odin.
La date et les circonstances de son décès sont incertaines. Il serait mort en 925, lors du siège du château d'Eu (Seine-Maritime), conduit par Herbert II de Vermandois et Arnoul, comte de Flandre. Selon Dudon de Saint-Quentin (chroniqueur normand), il n’aurait pas été tué et aurait abdiqué en faveur de son fils, et vécu ensuite jusque vers 932 où il serait décédé à Rouen.
Il est inhumé dans la cathédrale de Rouen, puis sa dépouille est transférée à l'abbaye de Fécamp dans la seconde moitié du Xème siècle, sous le principat de Richard dit Sans-Peur, son petit-fils.
Le gisant du XIIIème siècle du roi d’Angleterre, Henri dit le Jeune (1155/1183), situé dans le déambulatoire Sud de la cathédrale, a servi de modèle à l'actuel gisant de Rollon dont l’original a été détruit en 1944 (voir diaporama).
En 1911, la ville de Rouen fait réaliser deux copies de la statue en bronze de Rollon sculptée en 1863 par Arsène Letellier et érigée à Rouen en 1865. Une est offerte à la ville d’Alesund en Norvége (ville natale de Rollon) ; la seconde à la ville de Fargo, aux Etats-Unis dans le Nord Dakota (peut-être parce qu'elle est jumelée à une ville de Norvège, Hamar, ancien centre de pouvoir important à l'époque des Vikings...).

Union et descendance : L’une de ses frilla les plus connues est Poppa de Bayeux. Elle lui donne au moins 2 enfants :
- Guillaume Ier de Normandie dit Longue Epée, qui lui succède, voir page « Visages de l’Eure »,
- Gerloc Adèle de Normandie, qui épousera Guillaume dit Tête d’Etoupe, comte de Poitiers et duc d’Aquitaine, voir page « Visages de l’Eure ».

Après son baptême, il aurait reçu une épouse officielle, Gisèle, fille du roi Charles III dit le Simple, mais aucun document contemporain ne le confirme.

 Poppa de Bayeux (880/912) 

Elle décède à Rouen vers 912.
Voir page « Visages du Calvados ».

 

 Richard Ier de Normandie dit Sans Peur (930/996)  Duc

Famille : des Richardides.
Il est le fils naturel du jarl des normands, Guillaume Ier dit Longue-Épée (905/942) et de sa frilla, Sprota, d’obscures origines, dite bretonne et née vers 911.

Mon arbre généalogique : n° sosa 15 094 323 892++ en 34ème génération.

Biographie : Il est né en 880 à Fécamp et décédé en 912 à Fécamp. 
Ses prédecesseurs sont jarl des nomands, il est le premier à se qualifier de marquis des normands. Il est reconnu duc légitime en 947.
Il a une douzaine d’années à la mort de son père, assassiné en décembre 942, et se voit attribuer un Conseil de régence comprenant quatre hauts personnages du duché normand. Mais le roi carolingien Louis d'Outremer, sous prétexte de faire son éducation, fait transporter l'adolescent avec l'un de ses régents, Osmond de Conteville, à sa Cour de Laon. Il semble y avoir séjourné de 943 à 945 et s'être enfui avec l'aide d'Osmond.
Richard, adolescent, revenu en Normandie, fait reconnaître l'indépendance de la Normandie par les Grands du royaume franc carolingien. Le principat de Richard Ier de 945 à 996 est une période d'affermissement et de consolidation qui dure un demi-siècle. Au cours de cette époque la Normandie se forme véritablement, elle acquiert sa personnalité originale et ses caractères spécifiques.
Comme son père, il œuvre pour la restauration de l'Église. En 960, il installe de nouveaux moines à Saint-Wandrille pour relever l'abbaye détruite par ses ancêtres Vikings. À Fécamp, ville où il est né, il crée une résidence ducale de première importance et émet le projet d'installer un monastère à proximité. Trois évêchés normands, Lisieux, Sées et Avranches, depuis longtemps laissés vacants sont pourvus. Les autres sièges sont renouvelés : Bayeux, Rouen, Evreux et Coutances. Il fait reconstruire et embellir la cathédrale Notre-Dame de Rouen, enrichit l’abbaye de Saint-Ouen de Rouen, fait réformer le Mont Saint-Michel où il installe une communauté Bénédictine et fait édifier l’abbaye Notre-Dame-Sous-Terre ( chapelle du Mont-Saint-Michel), sur les fondations d’un ancien oratoire.
Il fait de Fécamp un sanctuaire dynastique (comme font les Robertiens de Saint-Denis) et commande au chanoine Dudon de Saint-Quentin une histoire des premiers ducs de Normandie qui deviendra le De Gestis Normanniae ducum seu de moribus et actis primorum Normanniae ducum.
En 954, le roi Louis IV dit d'Outremer meurt suivi deux ans plus tard par son principal rival le duc des Francs, Hugues dit  le Grand. Le fils de ce dernier, Hugues Capet, étant mineur, un de ses principaux vassaux, Thibaud Ier dit le Tricheur, comte de Blois, en profite pour s'emparer  des comtés de Chartres et de Châteaudun, entre 956 et 960. La Normandie se retrouve bordée au Sud-Est par la nouvelle puissance thibaldienne. Le comte de Blois manigance pour faire tomber Richard. Il attire l'attention du nouveau roi Lothaire, de sa mère et de son oncle Brunon, archevêque de Cologne, et les entraîne dans ses vues. Sous l'influence de Thibaud de Blois, le roi Lothaire rassemble son ost dans le Drouais, et s'empare d'Évreux. Il laisse la ville à son allié Thibaud qui pousse son avantage vers la capitale normande Rouen, mais Richard l'attaque et le bat près de la ville en 962. Après cette victoire, la guerre se poursuit quelques années. Le roi Lothaire signe un accord avec les Normands en 965, sur les bords de l'Epte. Le traité préconise le renoncement du roi à toute suzeraineté sur la Normandie et en contrepartie, l'arrêt de toute action militaire de la part des Normands.
Richard semble avoir noué précocement des liens avec les Robertiens, Hugues le Grand puis son fils Hugues Capet : en 948, une troupe normande aide Hugues dit le Grand dans le siège de Soissons. En 960, le duc de Normandie épouse la sœur d'Hugues Capet, Emma. En 968, Hugues Capet épouse une cousine germaine de Richard, Adélaïde, petite-fille de Rollon par sa mère.
Dans une charte de 968, Richard se reconnaît le vassal d'Hugues Capet. S'il ne l'aide pas contre Charles de Lorraine en 988, il est son principal soutien, avec le comte d'Anjou Foulque Nerra, lors du siège de Melun en 991.
Une alliance des normands avec les bretons amène un double mariage des enfants de Richard et de Conan Ier dit le Tort.
Les relations avec l’Angleterre ne sont pas bonnes. Le roi Aethelred II dit le Mal Avisé (966/1016) lui reproche d'accueillir les Danois qui pillent son royaume. Le légat du pape Jean XV intervient pour empêcher la guerre. Le 18 mars 991, Richard et Aethelred concluent un traité dans lequel ils promettent de ne pas aider leurs ennemis respectifs. Cette paix contribue au développement des relations commerciales entre Normandie et Angleterre.
Richard décède en 996, la même année qu'Hugues Capet. Il est enterré à l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp qu’il a fondé. Une foule énorme assiste aux funérailles et en perturbe le bon déroulement.

Union et descendance : Vers 960,  il épouse Emma, fille d'Hugues dit le Grand et sœur d'Hugues Capet. Ils n'ont pas d'enfants.

Il épouse more danico, Gunnor de Crépon  (950/1031), qui lui donne plusieurs enfants :
- Richard II (972/1026), son successeur ;
- Robert Le Danois , comte d'Évreux et archevêque de Rouen ;
- Mauger, comte de Corbeil ;
- Emma, future reine des Anglo-Saxons (par son premier mariage avec Aethelred II), puis des Danois (par ses secondes noces avec Knut II) ;
- Havoise, épouse de Geoffroi, comte de Rennes ;
- Mathilde (+1004), épouse du comte Eudes II de Blois, première abbesse de l'abbaye aux Dames de Caen.

Il est probable que le duc Richard eut d'autres concubines et de nombreux bâtards dont :
- Godefroi de Brionne (+1015), comte d'Eu et de Brionne ;
- Guillaume de Brionne (+1058), comte d'Hiémois, qui succèdera à son neveu Gilbert de Brionne (+1040), à Eu ;
- Robert, comte de l'Avranchin ou de Mortain ;
- Papie ;
- Béatrice.

 

 Philippe Ier de France (1052/1108) 

Il nait en 1052 à Conteville (Seine-Maritime).
Voir page « Visages du Loiret ».

 

 


 

 

Sources
Sites et photo :
Wikipedia,
Normandie Héritage
Livres/revues/documents : Rollon, le chef viking qui fonda la Normandie,  par Pierre Bouet, Ed. Tallandier, 2016.

Date de dernière mise à jour : 21/11/2017