Yébleron

Yebleron seine maritime adm

Petite ville du Pays de Caux qui culmine à 140m d’altitude, située à 46Kms de Rouen et à 18Kms de Fécamp et de Caudebec-en-Caux.
Les communes les plus proches sont Auzouville-Auberbosc, Rouville, Trémauville et Raffetot.
Yébleron est jumelée à une commune des Vosges, Bellefontaine.

Drapeau francais fond blancHistoire

Toponymie : Eblelont (vers 1210) ; Eblelunt, Ibelont (1226, 1230, 1240, 1248) ; Hybelunt (vers 1240) ; Yebelont (1240) ; Yeblelon Yeblelont (1248, 1252, 1258, 1274, 1319) ; Ebelon (1246, 1247) ; Ebelont (1237, 1247) ; Ebelonc,  Hebelonc, Ibelonc (1252) ;Yblelont (1254) ; Ybelonc (1260) ; Ybelont (1229, 1254, 1292) ; Ybleront (1347) ; Yebberon (1453 et 1483) ;  Yebelunt (xiiie siècle) ; Iblelont ; Yebleront (1316, 1337, 1623) ; Yebleront (1429) ; Yebleron (1463) ; Saint Leger d'Yebleron (1641) ; Yembleront (1374-1383) ; Yeubleron (1390, 1393) ; Yebleront (1394, 1395) ; Ibleron en Caux (1400, 1402) ; Yebleron (1648) ; Yebleron (1777) ; Yebleron (1715).  

Le premier élément Yèble- représente le vieux norrois epli qui se traduit par pomme, pommier.
Le second -lon est écrit -lont ou -lunt … dans les formes les plus anciennes (le t final est encore articulé en langue d'oïl au début du XIIème siècle). -lunt remonte à l'ancien norrois lundr qui se traduit par verger, bois.
Le sens global serait donc verger de pommiers, pommeraie.

Yébleron est habitée dès l'époque romaine, comme en attestent les découvertes de vases et de monnaies au début du XIXème siècle, lors de travaux de construction en face de l'église.

Seigneurs et gens de noblesse

Un fief au Chambellan (titre héréditaire des comtes de Tancarville, chambellan de Normandie) est cité dans les écrits en 1651 et relève de la baronnie de Hallebosc.

Charles II Maignart, chevalier, seigneur de Bernières, la Rivière-Bourdet*, Calletot, Thibouville, La Ferté, Bautot-sur-Clères, Beuzemouchel, La Vaupalière, Rouville, Yébleron et Baudrollin, conseiller du roi en ses Conseils, maître des requêtes ordinaires de son hôtel, président au Parlement de Normandie, époux de Françoise Puchot, meurt en 1632 à l’âge de 38 ans.
Charles III Maignart, fils ainé du précédent, chevalier, seigneur de Bernières, la Rivière-Bourdet, Bautot-sur-Clères, Beuzemouchel etc…, conseiller du roi en ses Conseils et privé, maître des requêtes ordinaires de son hôtel, épouse Anne Amelot en 1638. Il meurt en 1662 à l’âge de 47 ans.
Etienne Maignard, second fils du précédent devenu ainé par la mort de son frère Jacques, chevalier, marquis de Bernières, époux de Madeleine de Faucon de Ris, conseiller au Parlement de Paris, propriétaire du château de La  Rivière-Bourdet depuis 1662.
En 1678, le plein-fief de haubert, dit le fief du roi de Beuzemouchel et les fiefs de Rotteville, Yébleron, etc… sont unis ensemble par lettre patente du roi Louis XIV, pour ne plus faire qu’une seule terre, sous le nom de marquisat de Bernières, en faveur de haut et puissant seigneur Etienne Maignart.
 Le marquisat de Bernières relève de la baronnie de Hallebosc au duché de Longueville.
En 1685, Etienne Maignart rend aveu au roi pour son marquisat de Bernières.
Charles Etienne Maignart de Bernières, fils du précédent, chevalier, conseiller du roi, maître des requêtes ordinaires de son hôtel, intendant de sa majesté dans la paroisse de Flandre, épouse Catherine Esther Pilastre de la Motte, succède à son père. Il meurt en 1717 à Lille sans descendance.
Gilles Henri Maignard de Bernières 1683/1734, cousin germain du précédent, chevalier, seigneur de Bautot, Tonneville, Antigny, Malmains, du Moustier et de Pouchy-sur-Oise, hérite du titre marquisal et devient seigneur de Bernières et de La Rivière-Bourdet, époux en 1708 de Marguerite Magdeleine du Moustier. Il meurt sans descendance. Sa sœur consanguine, Marie Madeleine Cécile Maignard,  épouse de Jacques Alexandre Henri Dumoncel, hérite de la seigneurie de La Rivière-Bourdet et son autre sœur consanguine…
Magdeleine Françoise Gabrielle Maignard, veuve en 1734 d’Alexandre Louis Philippe de Fouilleuse, marquis de Flavacourt, hérite du marquisat de Bernières.
Avec elle se termine la branche principale des Maignard de Bernières après trois siècles d’illustration dans la robe et dans l’épée.

* Le château de Rivière-Bourdet (photo ci-dessous) est  édifié au XIIIème siècle, par Étienne Bourdet à Quevillon (Seine Maritime), Mis à sac en 1570, il est probablement reconstruit vers 1620 à l'initiative de Charles II Maignart de Bernières.

Quevillon seine maritime chateau de la riviere bourdet

Patrimoine

L’église Saint-Léger est construite sur un plan en croix latine avec un transept. Un clocher-tour à flèche polygonale vient coiffer l'édifice à la jonction de la nef et du bras Nord du transept. Le clocher est flanqué d'une tourelle sur son côté Nord. Le chevet est de forme polygonale. Des baies en arcs brisés éclairent l'édifice et des contreforts viennent le raidir. L'église est construite en pierre et en brique. Le clocher et la partie Nord du transept sont construits seulement en pierre. 
Saint marcouLa construction primitive date du XIIème siècle.
Devenus trop vétustes, la nef et le chœur sont rebâtis en 1885.
De l’église d’origine, il ne reste que la tour-clocher romane remaniée et la chapelle du XVIème siècle devenue sacristie.
En 1878, la foudre endommage gravement l'église. La tour et la chapelle sont restaurées en 1892.
La foudre frappe à nouveau l'église en 1912.
La statue de Saint Marcou 490/558 (statue ci-contre, saint guérisseur des écrouelles) est objet d'un pèlerinage dont le souvenir se perpétue lors de la foire de la saint Marcou, chaque année.

Le calvaire du cimetière date du XVIIème siècle.

Festivités traditionnelles : la fête de la Saint Marcou le second samedi de mai avec sa foire aux bestiaux,  la fête de la Saint Léger début septembre et, jusqu’au début du XXème siècle, un marché chaque mardi matin.

Evolution de la population

Yebleron seine maritime demo

Hameaux, lieux dits et écarts

Berquetot – Envremonville – Ferme du Moulin – Hambuc – Hameau Elu – Hameau Neuf – La Beurioterie – La Campagne – La Chénotière – La Gruchette – Rouelle – La Sente des Rouelles – La Valette – Les deux Portes – Les quatre Fermes – Longuemare – Milon.

Nos ancêtres de Yébleron …

Naissances/Baptêmes :
HAUCHARD Marguerite Jacqueline (sosa 8041G13) vers 1616.
LE CAVELIER Jean (sosa 4038G12) vers 1634.
POUCHIN Abraham (sosa 4020G12) vers1660.

Unions :
POUCHIN Thomas (sosa 8040G13) et HAUCHARD Marguerite Jacqueline (sosa 8041G13) vers 1660.

Décès/inhumations :
HAUCHARD Marguerite Jacqueline (sosa 8041G13), épouse POUCHIN Thomas (sosa 8040G13) le 17 décembre 1692.
POUCHIN Thomas (sosa 8040G13), veuf de HAUCHARD Marguerite Jacqueline (sosa 8041G13), le 25 décembre 1693.
JOUTEL Marie Marguerite (sosa 4039G12), veuve de LE CAVELIER Jean (sosa 4038G12), le 20 novembre 1713.
LE CAVELIER Jean (sosa 4038G12), époux de JOUTEL Marie Marguerite (sosa 4039G12), le 20 avril 1706.

Carte de Cassini

Yebleron seine maritime carte cassini

 


 

Sources
Sites et photo :
Wikipedia, Seine 76, Observatoire du patrimoine religieux, Château de Rivière-Bourdet et famille Maignart.
Livres, documents et revues :

Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Tome 6, par l’Abbé Expilly, 1770.
Revue nobiliaire historique et biographique, Tome 4, 1868.

Date de dernière mise à jour : 03/08/2016