Ypreville-Biville

Ypreville biville seine maritime adm

Les deux villages du Pays de Caux, Ypreville et Biville, fusionnent en 1825 et devient Ypreville-Biville.
En 1973, il fait partie de l'éphémère commune de Saint-Michel-en-Caux, qui réunit les communes de Limpiville, Sorquainville, Thiétreville et Ypreville-Biville mais en 1979, les quatre communes sont rétablies et Saint-Michel-en-Caux n'existe plus.

Blason ville fr ypreville biville seine maritime svgHéraldique

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
Écartelé de sinople et d’argent, chargé au 1 d’une aigle d’or / au 2 d’une fleur de lys d’azur / au 3 d’un maillet de gueules / au 4 d’un lion d’or armé et lampassé de gueules.

Drapeau francais fond blancHistoire

Guillaume le magnifiqueAu XIème siècle, Robert-le-Magnifique (portrait ci-contre), duc de Normandie de 1027 à sa mort en 1035 (père de Guillaume le Conquérant) fait don des terres de Biville et d’Ypreville, appelées alors Buie Villam et Ypram Villam, aux deux fils d’un ami, le seigneur Gosman, Hundulf possède Biville et Osbert Ypreville.
Les églises des deux fiefs des XIème et  XIIème siècles sont sous le patronage de l’Abbaye de Fécamp.
Au XIIIème siècle, la chapelle Saint-Martin de Biville passe entre les mains de l’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud, avant d’être directement dépendante des seigneurs du lieu.

Seigneurs et gens de noblesse

En 1581, la seigneurie appartient à la famille Martel, de par le mariage de Charles François Martel, écuyer, seigneur de Montpinchon, avec Isabeau Françoise d’Ysnel, dame de Biville.

Chronique communale

La légende de la chapelle du loup

Legende

Patrimoine

Le château de Biville est édifié sur une ancienne forteresse. Il en a conservé une superbe cave voutée et deux fours à pain. Un jardin arboré de 3000 m² l’entoure.
Cette demeure a aujourd’hui vocation de gîte, tout comme le manoir-ferme du hameau Manoury.

Le domaine de Madeleine situé au pied de l’église Saint Michel, ancien relai  de poste du XVIIIème siècle et ancienne résidence du curé de la paroisse, est aujourd’hui un gîte de charme.

Aucune documentation trouvée sur l’historique de ces trois édifices (dates de constructions, occupants…).

L’église Saint-Michel d'Ypreville est  primitivement bâtie à la fin du XIIème siècle.
Le clocher-porche surmonté d’une flèche en pierre est construit en 1645 après les guerres de religion, il exprime la victoire de la vraie foi sur les hérétiques.
L’entrée étroite s’ouvre sur la nef dont la voûte en bois est refaite vers 1850.
Le chœur est reconstruit en 1771 et la voûte en pierres remplacée en 1980 pour laisser place à la charpente.
Les fonts baptismaux datent du XVIIème siècle.
L’autel est orné d’une colombe dans une croix de Malte et surmonté d’un retable Louis XIV représentant une annonciation.
Une toile représente Saint-Michel terrassant le dragon.
Dans la chapelle Sud, des vestiges de l'ancienne chapelle de Biville-la-Martel sont conservés, comme les statues de Saint-Jean-Baptiste et de Saint-Gilles (dont la biche à ses pieds a été volée) que l’on invoque contre la peur, les cauchemars des enfants et les dépressions des jeunes femmes, ainsi que l'ancienne porte gothique cloutée de 37 marteaux de fer, armes des Seigneurs de Martel. En 1934 et 1936, sous l’impulsion de l’abbé Lestrelin, des travaux importants sont menés.

La chapelle romane de Biville dont il ne subsiste aujourd’hui que des ruines épaulées par des contreforts. Les murs pignons sont encore debout.
L'ancien chœur date du XIème siècle. Le portail du XVIIème siècle.
Le clocher s'effondre en 1825, date à laquelle le sanctuaire est déjà désaffecté. 

La croix de cimetière et une croix en fonte sur une tombe datent de 1923. Le cimetière renferme des tombeaux du XIVème siècle.

Evolution de la population

Ypreville biville seine maritime demo

Hameaux, lieux dits et écarts

Biville – Château de Biville – Ferme Cadinot – Joyeux – Le Mont le Roi – Les Boues – Manoury. 

Nos ancêtres d’Ypreville-Biville …

Union :
CAUVIN Jacques (sosa 1986G11), veuf de CRIBLIER Marie (sosa 1987G11), moins de 3 mois après le décès de sa première femme (avec au moins 2 enfants en bas-âge) épouse en secondes noces, LECOQ Charlotte (hs) le 4 février 1711.

Décès/inhumation :
CRIBLIER Marie (sosa 1987G11), épouse CAUVIN Jacques (sosa 1986G11), le 10 novembre 1710.

Carte de Cassini

Ypreville biville seine maritime carte cassini

 


 

Sources
Sites et photo :
Wikipedia, Rallye de village, Le domaine de Madeleine, Le manoir de Manoury, Le gîte du château,Seine76, Office de Tourisme.

Date de dernière mise à jour : 05/08/2016