PRESENTATION DU DEPARTEMENT

 

176px mairie de paris svgParis adm

Paris dans la région Ile-de-France est l'unique commune française qui est en même temps un département. Depuis la loi du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, entrée complètement en vigueur le 1er janvier 1968, Paris est à la fois un département et une commune.
Auparavant et depuis 1790, France location map regions and departements 2016 svgParis était le chef-lieu du département de la Seine. La commune est divisée en 20 arrondissements municipaux créés lors de son extension territoriale de 1860, en remplacement des 12 arrondissements qui existaient auparavant depuis le 11 octobre 1795, et en 18 circonscriptions électorales.
Le Département de Paris n'a pas d'autre subdivision que la seule commune qui le compose.

Blason paris 75 svg

 

Héraldique
De gueules à la nef équipée et habillée d'argent voguant sur des ondes du même mouvant de la pointe, au chef cousu d'azur fleurdelysé d'or.
Devise : Fluctuat nec mergitur (traduction : Il est battu par les flots, mais ne sombre pas). 

Toponymie
Le nom de la cité est attesté pour la première fois par Jules César, au milieu du Ier siècle avant J.-C., dans la Guerre des Gaules, sous la forme Lutecia ou Lutetia. On trouve ensuite Lutetia apud Parisios au IVème siècle, puis Parisios en 400 et enfin Paris attestée dès 887.
Lutetia peut être issu du gaulois luta (boue) qui correspond à la nature du terrain décrit par César dans la Guerre des Gaules (existence d'un marais permanent qui déversait ses eaux dans la Seine). Le mot Paris est issu du nom du peuple gaulois des Parisii, dont Paris était la capitale à l'époque gallo-romaine. Les Parisii ont donné leur nom à Paris, ainsi qu'au Pays du Parisis (maintenant Pays de France) qui subsiste dans Villeparisis, Cormeilles-en-Parisis, Fontenay-en-Parisis.

Hydrographie
La Seine traverse la ville en formant un arc de cercle. Plus de 30 ponts permettent de franchir le fleuve.
La ville est également traversée par la Bièvre, aujourd'hui entièrement souterraine, qui arrive du Sud par le canal Saint-Martin (4,5 kms) inauguré en 1825 qui constitue la partie terminale du canal de l'Ourcq (108 kms) et du canal Saint-Denis (6,6 kms) ouvert en 1821, qui permet de rejoindre la Seine en aval en évitant la traversée de la ville. Il alimente le bassin de la Villette, passe en souterrain sous les boulevards Jules Ferry et Richard Lenoir et la place de la Bastille, traverse le port de l'Arsenal et rejoint la Seine en amont de l'île Saint-Louis.
Autrefois, la Seine recevait encore dans Paris un autre affluent, le ruisseau de Ménilmontant qui traversait les faubourgs Saint-Martin et Saint-Denis, passait derrière la Grange-Batelière, continuait en traversant la Ville-l'Evêque et le Roule et se jetait dans la Seine au Nord de la colline de Chaillot. À partir du XVIème siècle, il est transformé en égout et devient le Grand Égout.
La ville a été marquée par de nombreuses inondations, dont les plus importantes sont celles de 583, 842, 1206, 1280, 1325, 1407, 1499, 1616, 1658, 1663, 1719, 1733, 1740, 1764, 1799, 1802, 1836, 1844, 1876, 1910, 1920, 1924, 1945, 1955, 1986 et 2016.

Histoire

Préhistoire et Antiquité
Un habitat permanent est attesté dans les limites du Paris actuel à partir de la période Chasséenne (entre 4 000 et 3 800 avant notre ère) au village de Bercy ; les restes de trois pirogues du Néolithiques sont retrouvés sur la rive gauche d'un ancien bras de la Seine dans le 12e arrondissement, où la présence humaine semble avoir été continue durant le Néolithique.
Les Parisii, l'un des 98 peuples gaulois, vivent sur cette région en 52 avant J.-C., au moment d'être soumis à Rome.
La cité romaine s'étend sur la rive gauche et sur l’île de la Cité et prend le nom de Lutetia (Lutèce).
À l'époque Gallo-romaine, Lutèce n'est qu'une cité relativement modeste du monde romain qui connait toutefois une certaine prospérité grâce au trafic fluvial.
La position stratégique de Lutèce face aux grandes invasions en fait un lieu de séjour pour l'empereur Julien entre 357 et 360, puis Valentinien Ier en 365. La cité prend le nom de Paris à cette époque. Si ses faubourgs subsistent encore au IVème siècle, la population se replie au Vème siècle dans l'île de la Cité, fortifiée par la récupération de pierres prises aux grands édifices ruinés.
En 451, sainte Geneviève, future patronne de la ville, est parvenue à convaincre les habitants de ne pas fuir devant les Huns d'Attila, qui s'en détournent sans combat.

Moyen-âge
En 508, après avoir conquis la majeure partie de la Gaule, Clovis (466/511, portrait 1 ci-dessous, mon ancêtre sosa n° 494 610 801 762 400 en 49ème génération) fait de Paris sa capitale. Paris paris le palais des thermes de clunyIl y établit sa résidence principale au Palais des Thermes (photo de droite), et y fait construire plusieurs édifices religieux, dont la basilique des Saints-Apôtres, où il est enterré.
Paris paris les arenes gallo romaines de luteceTout au long des VIème et VIIème siècles, Paris garde une importance particulière, même si les divisions du royaume de Clovis entre ses héritiers limitent son rayonnement.Childebert Ier (497/558) y fait ainsi construire la plus grande cathédrale de la Gaule (Saint-Étienne), tandis que Childéric II (655/675) fait rénover les arènes gallo-romaines (photo 1 de gauche).
L’extension vers l’Est du royaume des Francs sous le règne de Charlemagne (747/814, portrait 2 ci-dessous, mon ancêtre sosa n° 483 018 361 096 en 39ème génération) fait perdre à Paris sa position politique privilégiée.
À partir du milieu du IXème siècle, la ville fait partie du territoire des Robertiens, qui prennent le titre de comte de Paris. A la même époque, la ville est ruinée économiquement par les Paris paris le palais de la citeraids des Vikings, qui la ravagent à plusieurs reprises, la population se replie à nouveau sur l’île de la Cité.
En 885, assiégée par les Normands, la cité parvient à résister et à barrer l’accès au fleuve. Cet épisode procure un grand prestige à Paris et à son comte Eudes et marque une étape du déclin de l’empire carolingien.
Sous le règne des premiers Capétiens, Paris est une des principales villes du domaine royal, mais pas encore une capitale. Robert II dit le Pieux (972/1031, portrait 3 ci-dessous, mon ancêtre sosa n° 3 773 580 960 en 32ème génération)  fait restaurer le Palais de la Cité (photo 2 de gauche) et plusieurs abbayes, tandis que Louis VI dit le Gros (1081/1137, portrait 4 ci-dessous, mon ancêtre sosa n° 471 697 620 en 29ème génération) puis Louis VII dit le Jeune (1120/1180) y fixent leur cour et leur chancellerie.

Clovis i     Charlemagne     Robert ii le pieux 60 377 287 612 g36     Louis vi le gros 943 395 188 g30

Dans le même temps, la cité prospère, devient une place importante du commerce du blé, du poisson et du drap. Les marchands parisiens s’unissant au sein d'une hanse des marchands de l’eau privilégiée par Louis VII en 1170. Elle devient également un centre d’enseignement majeur, grâce aux écoles épiscopales dans un premier temps, puis à partir du milieu du XIIème siècle, aux communautés religieuses qui s’établissent sur la rive gauche alors dépeuplée. Philippe Auguste (1165/1223) fait de Paris la capitale incontestée du royaume, cette position est encore renforcée sous les règnes de Louis IX (1214/1270) et de Philippe le Bel (1268/1314). L’administration royale tient son siège dans la cité, où se situent la Chambre des Comptes, le Trésor, et les Archives du royaume.
En 1263, apparait une municipalité composée d’un prévôt des marchands et de quatre échevins.
Dans le même temps, les écoles de la rive gauche s’unifient en universitas, reconnue par le pape en 1209, faisant de Paris le plus prestigieux centre d’enseignement d’Europe occidentale pendant au moins un siècle.
La cathédrale Notre-Dame est achevée vers 1250, la Sainte-Chapelle (abritant la couronne d'épine du Christ) en 1248, le Palais de la Cité est rénové et étendu et le marché parisien est couvert et emmuré (les Halles). Philippe Auguste fait entourer les deux rives de la Cité de murailles de pierres, terminées en 1209.
En 1348, la Cité est frappée pour la première fois par la peste, mal qui l’atteint ensuite de façon cyclique pendant plusieurs siècles.
Pendant la Guerre de Cent Ans, la ville est exposée aux attaques anglaises, ce qui amène Charles V  dit le Sage (1338/1380) à construire sur la rive droite un nouveau rempart englobant les faubourgs. Le prévôt des marchands Étienne Marcel (1302/1358) tente ainsi de s'emparer du pouvoir en 1355, tandis que les émeutes populaires se multiplient, telle celle des Maillotins en 1382. Charles V puis Charles VI dit le Fol (1368/1422) élisent résidence dans l’Est parisien, moins exposé aux troubles.
Au début du XVème siècle, le conflit entre Armagnacs et Bourguignons occasionne de nombreuses violences dans la capitale.  Ces derniers s'imposent en 1418, et Paris tombe aux mains du roi d’Angleterre 2 ans plus tard.
La Cité est reconquise en 1436 par Charles VII (1403/1461), mais celui-ci préfère résider près de la Loire, et il en est de même pour ses successeurs Louis XI dit le Prudent (1423/1483), Charles VIII (1470/1498) et Louis XII le Père du Peuple (1462/1515).

De la Renaissance au XVIIIème siècle
1363293037 paris ancien pont notredameUne première réglementation d’urbanisme est édictée en 1500 à propos du nouveau pont  Notre-Dame (gravure ci-contre), bordé de maisons uniformes de brique et de pierre de style Louis XII.
En 1528, François Ier (1494/1547) fixe officiellement sa résidence à Paris. Le rayonnement intellectuel s'accroît. Sous son règne, Paris atteint 280 000 habitants et reste la plus grande ville du monde chrétien.
Le 24 août 1572, sous Charles IX (1550/1574), on compte entre 2 000 et 10 000 victimes lors du  Massacre de la Saint-Barthélémy. En 1588, la Ligue Catholique, particulièrement puissante dans la capitale, se dresse contre Henri III (1551/1589) durant la Journée des barricades. Le roi s'enfuit avant d'assiéger la ville. Après son assassinat, le siège est maintenu par Henri de Navarre, devenu Henri IV (1553/1610). La ville, pourtant ruinée et affamée, ne lui ouvre ses portes qu'en 1594 après sa conversion.
Paris est une ville misérable où règne une forte insécurité, la légendaire Cour des Miracles est progressivement vidée à partir de 1656 par le premier lieutenant-général de police de Paris, Gabriel Nicolas de La Reynie (1625/1709) qui fait établir 6 500 lanternes pour éclairer la ville la nuit et rendre les rues plus sûres.
Louis XIV (1638/1715) choisit Versailles comme résidence en 1677, avant d'y déplacer le siège du gouvernement en 1682. Colbert prend en main la gestion parisienne et fait la navette entre Paris et Versailles. Durant son règne, le Roi Soleil ne vient que vingt-quatre fois à Paris, essentiellement pour des cérémonies officielles, marquant ainsi envers la cité une hostilité que n'apprécient guère les Parisiens.
Au XVIIIème siècle, Paris s’ouvre aux idées des Lumières, c'est la période des salons littéraires, C’est aussi une période de forte expansion économique permettant une importante croissance démographique, la ville atteint 640 000 habitants à la veille de la Révolution Française.
En 1715, le régent Philippe d'Orléans (1674/1723) quitte Versailles pour le Palais-Royal. Le jeune Louis XV (1710/1774) est installé au Palais des Tuileries pour un retour de la royauté dans Paris. Mais, dès 1722, il retourne au château de Versailles rompant la fragile réconciliation avec le peuple parisien.
La ville s'étend alors sur les six premiers arrondissements actuels, le jardin du Luxembourg marquant la frontière occidentale de la ville.
Louis XV s'intéresse personnellement à la ville en 1749 lorsqu'il décide l'aménagement de la place Louis XV (Place de la Concorde), la création de l'école militaire en 1752 et surtout la construction en 1754 d'une église dédiée à Sainte-Geneviève (Panthéon).

La Révolution Française et l'Empire
La Révolution française débute à Versailles par la convocation des États généraux puis le Serment du Jeu de paume. Mais les Parisiens, atteints par la crise économique, sensibilisés aux problèmes politiques par la philosophie des Lumières et mus par une rancœur à l'égard du pouvoir royal ayant abandonné la ville depuis plus d'un siècle, lui donnent une nouvelle orientation. La prise de la Bastille le 14 juillet 1789 en est une première étape.
Le 15 juillet, l'astronome Jean Sylvain Bailly (1736/1793) reçoit à l'Hôtel de Ville la charge de premier maire de Paris.
Le 5 octobre, l’émeute, déclenchée par les femmes sur les marchés parisiens, atteint Versailles le soir. Le 6 au matin, le château est envahi et le roi doit accepter de venir à Paris au Palais des Tuileries et d’y convoquer l’Assemblée Constituante qui s’installe le 19 octobre dans le Manège des Tuileries. Le département de Paris comprend alors 3 districts : Paris, le Franciade et le Bourg-de-l'Égalité.
Dans la nuit du 9 août 1792, une Commune Révolutionnaire prend possession de l'Hôtel de Ville. Le 10 août, la foule assiége le Palais des Tuileries avec le soutien du nouveau gouvernement municipal. Le roi Louis XVI (1754/1793) et la famille royale sont incarcérés à la Tour du Temple. La monarchie française est abolie.
Les Parisiens vivent alors deux années de rationnement. La Terreur règne sous la coupe du Comité de Salut Public. Le Tribunal révolutionnaire, avec l'aide de la mairie, s'emploie à incarcérer tout ce que la ville compte encore de nobles suspects, de prêtres réfractaires et d'opposants jugés contre-révolutionnaires.
La création de la charge de Préfet de Police par Napoléon, ôte à la municipalité tout pouvoir de police judiciaire (de sorte que le maire de Paris est, aujourd'hui encore, le seul de France à en être privé).
Le 21 janvier 1793, Louis XVI est guillotiné sur la place Louis XV, rebaptisée Place de la Révolution. Il est suivi sur l'échafaud par 1 119 personnes.
A cette époque, de nombreux couvents et églises sont rasés et font place à des lotissements édifiés sans plan d'ensemble, ce qui aboutit à une réduction des espaces verts de la ville et à une densification du centre. Sous le Directoire, des immeubles de rapport, de style néo-classique, sont élevés.
En 1799, Napoléon Bonaparte (1769/1821) prend le pouvoir.
En 1800, Paris compte 548 000 habitants.
Paris paris l arc de triomphe du carrouselLe 2 décembre 1804, Napoléon Bonaparte est sacré empereur par le pape Pie VII à la cathédrale Notre-Dame. Il décide d'établir à Paris la capitale de son Empire et ambitionne d'en faire la nouvelle Rome. Il ordonne la construction des arcs de triomphe de l’Étoile et du Carrousel (photo ci-contre) ainsi que celle du Palais Impérial de la Bourse (achevé sous la Restauration) et de la colonne Vendôme. Il soumet également à Jean-Antoine Alavoine le projet de l'éléphant de la Bastille, et aux architectes Percier et Fontaine l'édification du Palais du Roi de Rome, dont seuls les jardins du Trocadéro et le pont d'Iéna seront terminés. L'Empereur multiplie par ailleurs les points d'eau, alimentés par un réseau de 50 kms de canaux qui acheminent l'eau de l'Ourcq.
En 1806, Paris a compensé les pertes subies durant la Révolution et compte 650 000 habitants.
En 1814, la Bataille de Paris entraîne la capitulation de la capitale puis conduit à la première abdication de Napoléon et à la Restauration. Les cosaques de l'armée russe occupent certains points de la ville. Les armées alliées quittent la ville après le 3 juin 1814, date du départ du tsar Alexandre Ier.

De la Restauration à la Commune de Paris
À la fin des Cent-Jours, la chute de l'Empire en juillet 1815 amène à Paris les armées anglaises et prussiennes, qui vont jusqu'à camper sur les Champs-Élysées.
Louis Stanislas Xavier de France ou Louis XVIII (1755/1824), de retour de son exil à Gand, s'installe à nouveau aux Tuileries.
Louis XVIII et Charles X (1757/1836), puis la Monarchie de Juillet se préoccupent peu de l'urbanisme parisien. Le prolétariat ouvrier s'entasse misérablement dans les quartiers centraux qui, avec plus de 100 000 habitants au kilomètre carré, constituent d'importants foyers d'épidémie ; le choléra en 1832 fait 32 000 victimes. En 1848, 80% des morts vont à la fosse commune et les deux tiers des Parisiens sont trop pauvres pour payer des impôts. La masse paupérisée du petit peuple, délaissée et excédée, est mûre pour des révoltes répétées que le pouvoir ne sent pas germer : les barricades font tomber Charles X lors des Trois Glorieuses puis Louis Philippe Ier (1773/1850) en 1848.
Fortifications de la porte de versailles parisEntre 1840 et 1844, la dernière enceinte de Paris dite enceinte de Thiers est construite sur l'emplacement actuel du boulevard périphérique (photo ci-contre porte de Versailles dans l'enceinte Thiers en 1913). Au cœur de la ville, la rue Rambuteau est percée.
A partir du Second Empire, Paris se transforme radicalement. De structure médiévale, aux constructions anciennes et insalubres, quasiment dépourvue de grands axes de circulation, elle devient en moins de vingt ans une ville moderne.
Commanditaire des travaux du baron Haussmann à Paris, Charles Louis Napoléon Bonaparte dit Napoléon III (1808/1873) transforme la ville réputée pour sa surpopulation, son insalubrité et sa sensibilité aux épidémies, en un modèle d'urbanisme et d'hygiène comme l'est déjà Londres. L'époque est marquée également par l'émergence des Grands Magasins comme le Bon Marché, le Bazar de l'Hôtel de Ville, le Printemps et la Samaritaine.
Le 1er janvier 1860, une loi permet à Paris d'annexer plusieurs communes voisines. La capitale passe de 12 à 20 arrondissements et à une superficie de 3 288 à 7 802 hectares.
Lors de la Guerre franco-prussienne de 1870, Paris est assiégée pendant plusieurs mois mais n'est pas prise par les armées prussiennes. À cette occasion, est inventée la poste aérienne, grâce aux ballons montés. Refusant l'armistice signé le 28 janvier 1871 et à la suite des élections de février qui portent au pouvoir des royalistes désireux de mettre fin à la guerre, les Parisiens s'insurgent le 18 mars 1871. C'est le début de la Commune de Paris. L'Assemblée monarchiste installée provisoirement à Versailles, la réprime entre les 22 et 28 mai lors de la Semaine sanglante qui reste à ce jour la dernière guerre civile qu'ait connue Paris.

De la Belle Époque à la Seconde Guerre mondiale
Pendant la Belle Époque, l'expansion économique de Paris est importante, Paris devient la deuxième place financière internationale presque à égalité avec Londres.
Paris 16 tour eiffel 2Deux expositions universelles laissent une large empreinte dans la ville. La tour Eiffel (ci-contre en 2014) est construite pour l'Exposition de 1889 (centenaire de la Révolution française).
La première ligne du métropolitain, le Grand Palais-le Petit Palais-le pont Alexandre-III est inauguré à l'occasion de celle de 1900.
De la Belle Époque aux Années folles, Paris connaît l'apogée de son influence culturelle (notamment autour des quartiers de Montparnasse et de Montmartre) et accueille de très nombreux artistes tels Picasso, Matisse, Braque ou Fernand Léger.
En 1910, une crue centennale de la Seine provoque l'une des plus graves inondations que la ville ait connue et cause trois milliards de francs de dégâts.
Lors de la Première Guerre mondiale, Paris, épargnée par les combats, subit des bombardements et des tirs de canon allemands.
L'entre-deux-guerres se déroule sur fond de crise sociale et économique. Les pouvoirs publics, pour répondre à la crise du logement, votent la loi Loucheur qui crée les habitations à bon marché (ou HBM) érigées à l'emplacement de l'ancienne enceinte de Thiers. Les autres immeubles parisiens sont, pour l'essentiel, délabrés et constituent des foyers de Tuberculose.
La densité urbaine culmine en 1921, Paris intra-muros compte 2 906 000 habitants. Parallèlement, des lotissements se développent partout autour de la cité, en banlieue où l'expansion se fait de façon anarchique.
Les Parisiens tentent de reprendre leur prééminence politique dans un contexte de multiples scandales financiers et de corruption des milieux politiques. Le 6 février 1934, la manifestation des Ligues Patriotes contre la gauche parlementaire dégénère en émeute et fait 17 tués et 1500 blessés, puis le 14 juillet 1935, un important défilé en faveur du Front Populaire compte 500 000 manifestants.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, déclarée ville ouverte dès la débâcle, est occupée par la Wehrmacht le 14 juin 1940. Elle est relativement épargnée. Le gouvernement du maréchal Pétain installé à Vichy, Paris cesse d'être la capitale et devient le siège du commandement militaire allemand en France.
À l'approche des troupes alliées, la Résistance intérieure déclenche un soulèvement armé le 19 août 1944. La Libération de Paris se fait le 25 août avec l'entrée dans Paris de la 2e division blindée du général Leclerc et de la 4e division d'infanterie américaine du major-général Raymond O. Barton. Paris est l'une des rares communes de France à se voir décerner le titre de Compagnon de la Libération.

Le Paris contemporain
En 1956, Paris se lie à Rome par un jumelage privilégié avec le slogan :  Seule Paris est digne de Rome ; seule Rome est digne de Paris .
De 1958 à 1969, sous les mandats de Charles de Gaulle dit le général de Gaulle (1890/1970), plusieurs événements politiques se déroulent dans la capitale. Le 17 octobre 1961, une manifestation en faveur de l'indépendance de l'Algérie est violemment réprimée. Selon les estimations, entre 32 et 325 personnes sont massacrées par la police, alors dirigée par Maurice Papon. À partir du 22 mars 1968, un important mouvement étudiant démarre à l'université de Nanterre. Il entraîne dans le quartier latin des manifestations qui dégénèrent en émeutes et se développe très vite en crise politique et sociale nationale. Après deux mois de désordre et de troubles, les Parisiens votent massivement en faveur du général de Gaulle lors des élections législatives des 22 et 29 juin et le calme revient.
Georges Pompidou (1911/1974) s'intéresse de près à la capitale. Il laisse son nom au bâtiment qui abrite le Musée National d'Art Moderne et la Bibliothèque Publique d'Information ainsi qu’à la voie express rive droite.
Valéry Giscard d'Estaing (1926/-), président à son tour, ne partage pas sa vision d'une modernisation radicale : il remet en cause le projet prévu pour les Halles et interrompt partiellement celui de voie express rive gauche.
En 1976, l'État accorde pour la première fois depuis 1871 une municipalité autonome à la capitale. Le gaulliste Jacques Chirac (1932/-) est alors élu maire. Il sera réélu en 1983 et 1989.
Sous le premier mandat du président François Mitterrand (1916/1996), une réforme est adoptée par la loi de décentralisation du 31 décembre 1982 : elle dote chaque arrondissement de la capitale d'un maire et d'un conseil municipal propre et non plus désigné par le maire de Paris.
En 1991, les quais de la Seine (du pont de Sully en amont au pont d'Iéna en aval) sont classés sur la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO au titre de remarquable ensemble fluvio-urbain avec ses monuments dont plusieurs constituent des chefs-d'œuvre architecturaux au rayonnement mondial.
Jacques Chirac, élu président de la République en mai 1995,est remplacé à la Mairie de Paris par Jean Tiberi (1935/-) dont l'unique mandat est marqué notamment par la mise au jour de plusieurs affaires politico-financières et par la division de la majorité municipale.
Lui succède en 2001 un maire de gauche, le socialiste Bertrand Delanoë (1950/-). Il se démarque de ses prédécesseurs par sa volonté affichée de réduire la place de l'automobile dans la ville au profit notamment des piétons et des transports en commun.
En 2014, après deux mandants,  il est remplacé par  Anne Hidalgo (1959/-), sa première adjointe qui devient la première femme maire de Paris.
La ville est touchée par les attentats des terroristes islamiques à partir de janvier 2015.

Patrimoine/Tourisme
Paris compte plus de 1 800 immeubles classés ou inscrits à l'inventaire des Monuments Historiques, dont près de cent lieux de culte, 463 parcs et jardins dont le Bois de Boulogne et le Bois de Vincennes et 14 cimetières arborés, des jardins anciens dans le cœur de Paris, comme ceux des Tuileries et du Luxembourg, Le jardin des plantes est le premier jardin public de Paris.
Paris est un centre culturel de premier plan, avec de nombreux musées, des bibliothèques, des opéras, théâtres, salles de spectacles, discothèques, cabarets, cinémas… De nombreux cafés, restaurants et brasseries… palaces et hôtels (ci-dessous photo du Palace Peninsula, ancien hôtel Majestic).

Paris paris le palace peninsulaParis paris l hotel majestic cpa

Paris, capitale de la Mode
En 1945, il existe 106 maisons labellisées Haute Couture en France, toutes concentrées à Paris, avec parmi elles l'une des plus célèbres : Givenchy. Aujourd’hui, elles ne sont plus qu’une dizaine : les plus anciennes, Dior, Chanel, Yves Saint Laurent ou encore les plus modestes Dominique Sirop, Adeline André ou Franck Sorbier.
Ces maisons de haute couture excellent dans la mode, et parfois dans la parfumerie : No 5 de Chanel ou Arpège, apparus dans les années 1920, deviennent incontournables, tout comme Miss Dior dans les années 1940.
Depuis le XIXème siècle, à côté de la parfumerie, se développe la maroquinerie, avec Vuitton ou Hermès comme représentants notables
Certains se partagent la marché de la mode et de ses accessoires : Lanvin, Dior…
Vers la fin du XXème siècle, de nouveaux créateurs apparaissent comme Jean Paul Gaultier, Claude Montana, Thierry Mugler, Christian Lacroix ou encore Chantal Thomass pour la lingerie. Le prêt-à-porter n'est pas en reste, avec Jean-Charles de Castelbajac ou encore Vanessa Bruno et Isabel Marant.
La ville occupe une place éminente sur la scène mondiale pour la joaillerie, concentrée place Vendôme et rue de la Paix.

 

Cette ville a été témoin de la vie

 (naissances, baptêmes, unions, décès, inhumations…) 

de 18 ancêtres du VIème au XXème siècle

 

 

Arrondissements paris

Paris et ses 20 arrondissements (2017)

 

 

 

 


 

Sources
Sites et photo : Wikipedia
Vidéo : YouTube par Peter Fenyvesi

 

Date de dernière mise à jour : 30/07/2017