PRESENTATION DU DEPARTEMENT

 

Seine et marne 77 logo 2012Seine et marne adm

 

Le département de la Seine-et-Marne dans la région Ile-de-France a été créé à la Révolution française à partir d'une partie des provinces d'Île-de-France, de Champagne et d'une micro-partie de l'Orléanais. Il tire son nom du fleuve Seine et de la rivière Marne.Departement 77 in france 2016 svg
Les dix départements ayant des limites communes avec la Seine-et-Marne sont : le Val-d'Oise, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et l'Essonne à l'Ouest, le Loiret et l'Yonne au Sud, l'Aube et la Marne à l'Est, l'Aisne et l'Oise au Nord.
Le département s'étend sur plusieurs régions naturelles, notamment la Brie et le Gâtinais.
Son point culminant est la butte Saint-Georges (215 m), le point le plus bas est à Seine-Port avec 35 m.

600px blason departement fr seine et marne svg

Héraldique
D'azur semé de fleurs de lys d'or et brisé en chef d'un lambel de gueules de trois pendants chargés chacun de trois petits châteaux aussi d'or rangés en pal, à la bordure du même chargée de trois tourteaux de gueules.
Artois : d'azur semé au lambel. Boulonnais : d'or aux trois tourteaux.

Hydrographie
La Seine qui draine toutes les eaux des cours d'eau du département traverse ce dernier sur 106 kms. Son principal affluent est la Marne qui étend son cours sur 100 kms dans le département.
La Seine arrose notamment Bray-sur-Seine, Montereau-Fault-Yonne et Melun. La Marne baigne Meaux, Esbly, Lagny-sur-Marne et Chelles.
Le Petit Morin, l'Ourcq, le Grand Morin et la Beuvronne sont des affluents de la Marne.
L'Orvin, la Voulzie, l'Yonne, le Loing et l'Yerres se jettent dans la Seine.
Étangs et marais, jadis très nombreux, se font plus rares aujourd’hui à la suite de travaux de drainage menés aux XIXème et XXème siècles.

Histoire
Le site de Pincevent à La Grande-Paroisse, non loin de Montereau-Fault-Yonne, a livré les vestiges d'un campement magdalénien, occupé durant plusieurs siècles et témoignant de l'activité humaine il y a environ 12 300 ans.
Des fouilles archéologiques ont mis au jour une herminette datant de la période Néolithique démontrant des traces d'occupation humaine à Torcy au Néolithique (voir Echelle des Temps).
Plusieurs peuples gaulois se partagent le territoire. Les Meldes (capitale Meaux) occupent le Nord-Ouest du département. Les Sénons étendent leur autorité sur un vaste territoire de la Vallée de l'Yerres jusqu'à Auxerre dans l'Yonne. Les Parisii contrôlent la frange occidentale du département entre l'Yerres et la Marne. Peut-être quelques Suessions au Nord-Ouest si leur territoire va bien jusqu'au Petit Morin. Ces peuples prennent part au soulèvement de Vercingétorix.
A l’époque gallo-romaine, les principales villes sont Melun (Melodunum) et Meaux (Iatinum). Melun fait un temps figure de rivale sérieuse pour Paris (Lutèce). Les campagnes se couvrent de villae dont on détecte la présence de nos jours grâce à l'observation aérienne.
Clovis iClovis Ier (466/511, portrait de gauche, mon ancêtre sosa n° 494 610 801 762 400 en 49ème génération) élève Melun au rang de duché. Il fait fortifier la ville qui connaît un renouveau.
Les raids vikings touchent cruellement Meaux en  852 et en 886.
Les premiers Capétiens résident souvent à Melun tandis que Montereau se dote d'un château-fort en 1026. Provins émerge avec une première citation écrite au VIIIème siècle. La position est rapidement fortifiée par les comtes de Champagne ; la Tour César qui se dresse en 1150 est l'un des symboles du règne d'un demi-siècle (1102-1152) de Thibault-le-Grand. Provins s'impose rapidement en s'appuyant principalement sur ses fabriques de draps très renommés et sur sa foire, la plus fameuse des foires de Champagne. Exempte de taille et dotée depuis 1179 d'une charte communale donnant aux bourgeois le pouvoir judiciaire, puis en 1230, le pouvoir électoral avec choix du maire et du conseil.
Quand Pierre Abélard (1079/1142) est chassé de Paris en 1138, c'est à Melun qu'il vient poursuivre son enseignement.
En 1165, le futur Philippe Auguste (1165/1223) nait à Jard (4 kms de Melun).
En 1169, Fontainebleau trouve son nom. Ce hameau est doté d'un rendez-vous de chasse et d'une chapelle par Louis VII dit le Jeune (1120/1180).
Louis IX dit Saint Louis, apprécie beaucoup Fontainebleau qu'il appelle ses déserts. Il y fait construire un pavillon et un hôpital.
Philippe le Bel (1268/1314) y naît et y meurt.
Dès 1064, le Gâtinais est rattaché au domaine royal, la Brie attend jusqu'en 1285 par le mariage entre Philippe le Bel et Jeanne de Navarre. Meaux se signale en 1239 en générant un groupe d'hérétiques cathares, bien loin de sa zone d'origine. Le 22 mai 1239, 83 hérétiques sont brûlés.
La guerre de Cent Ans est particulièrement pesante avec son cortège de pillages, de peste et de famines. Les paysans se soulèvent en 1358 sous la conduite de Guillaume Callet. Les Jacques brûlent une soixantaine de belles demeures massacrant tous leurs occupants. Quand la troupe se présente devant les portes de Meaux, les nobles se cachent. Les habitants de Meaux ouvrent alors les portes de la ville aux émeutiers et le maire, Jean Soulas, les guide lui-même à la cachette des nobles. Gaston III de Foix-Béarn dit Gaston Phoebus (1331/1391), comte de Foix, arrive à la rescousse avec une troupe de chevaliers, taillant en pièces les révoltés. En punition, la ville de Meaux est livrée aux flammes pendant quinze jours tandis que son maire est pendu.
Cette même année 1358, Charles II de Navarre dit le Mauvais (1332/1387) s'empare de Lagny, Montereau-Fault-Yonne et Melun que Bertrand Duguesclin (1320/1380)  reprend six ans plus tard.
En 1419, Jean Ier de Bourgogne dit Jean sans Peur  (1371/1419) est assassiné sur le pont de Montereau.
En 1420, Melun soutient un siège de 5 mois devant les Anglais et les Bourguignons. La famine cause la chute de la ville. Les défenseurs de la ville sont pendus ou ont la tête tranchée.
Lagny, qui connait une belle prospérité aux XIIème et XIIIème siècles, subit un sévère coup d'arrêt avec la guerre de Cent Ans.
Au XVIème siècle, Meaux est l'une des villes les plus actives en matière de protestantisme avec Jean Leclerc qui prêche dès 1523. En 1546, quatorze protestants sont brulés sur la place publique tandis que nombre d'autres sont bannis. En 1562, la liberté de culte est accordée aux protestants, mais ces derniers tentent de prendre le contrôle de la ville ; ils sont vaincus et massacrés à l'occasion de la Saint-Barthélemy en 1572.
Les guerres de religion ensanglantent particulièrement Meaux qui prend le parti de la Ligue avant de se rendre à Henri IV (1553/1610) en 1593. Provins qui n'a pas connu d'excès religieux prend également le parti de la Ligue avant de se rendre à Henri IV en 1592.
La paix religieuse revient en 1598 avec la signature de l'Edit de Nantes. Le temps des crises est passé, et de Meaux à Melun, de Brie-Comte-Robert à Provins, le retour de la paix permet un renouveau basé sur la production agricole.
La mode est alors aux résidences luxueuses chez les Grands du royaume qui se détournent définitivement des austères constructions médiévales. Le territoire se couvre de folies.
Nicolas Fouquet (1615/1680) reçoit Louis XIV (1638/1715) en 1661 dans son château de Vaux-le-Vicomte. Le jeune roi jaloux de la beauté du château de son ministre le fait condamner à la prison à vie.
Bossuet est nommé évêque de Meaux en 1681.
Pendant la Terreur, Meaux n'échappe pas aux exactions.
En 1814, Mormant, Nangis, Montereau et Donnemarie sont le théâtre des derniers faits d'armes de la Campagne de France. Napoléon fait ses adieux dans la cour du Cheval Blanc du château de Fontainebleau, résidence favorite de l'Empereur.
En 1815, le département souffre particulièrement de l'invasion étrangère.
Le territoire est particulièrement touché par la Guerre de 1870 et l'occupation prussienne.
En 1896, les statistiques morales recensent 101 000 habitants illettrés, 26 000 sachant seulement lire et 229 000 sachant lire et écrire. 16 habitants sur 100 sont dans l'indigence ; on recense 24 établissements hospitaliers. 140 hommes et 75 femmes sont détenus dans les prisons départementales.
En 1914 le département se rend célèbre par la bataille de la Marne où a lieu l'épisode des taxis de la Marne qui permet de repousser les armées allemandes qui menacent d'envahir Paris.

Patrimoine /Tourisme
Second département le plus touristique d'Île-de-France après Paris, le département possède de nombreux sites touristiques, culturels et de loisirs, dont les principaux sont :
La cathédrale de Meaux dont la construction  commence au XIIème siècle pour s'achever quatre siècles plus tard, au milieu du XVIème siècle en raison de la Guerre de Cent Ans et de l'occupation anglaise de la cité.
Le château de Fontainebleau (photo ci-dessous), de styles principalement Renaissance et classique, haut lieu de l'histoire de France, le château de Fontainebleau est l'une des demeures des souverains français depuis François Ier jusqu'à Napoléon III. Les premières traces de ce château remontent au XIIème siècle. Il est classé aux Monuments Historiques depuis 1862 et au Patrimoine Mondial de l’UNESCO avec son parc depuis 1981.

Fontainebleau seine et marne le chateau

Le château de Vaux-le-Vicomte à Maincy (photo ci-dessous) est construit pour le surintendant des finances de Louis XIV, Nicolas Fouquet (1615/1680) qui fait appel aux meilleurs artistes de l'époque pour le bâtir : l'architecte Louis Le Vau, premier architecte du roi (1656), le peintre Charles Le Brun, fondateur de l'Académie de peinture (1648), le paysagiste André Le Nôtre, contrôleur général des bâtiments du roi (1657) et le maître-maçon Michel Villedo. Il sert de modèle pour la construction du château de Versailles.
Chef d’œuvre de l'architecture classique du milieu du XVIIème siècle, il est aujourd’hui la plus importante propriété privée de France classée au titre des Monuments Historiques depuis son achat en juillet 1875 par Alfred Sommier qui y fait œuvre de mécène, poursuivie par ses descendants.

Vaux le vicomte seine et marne le chateau

Le château-fort de Blandy-les-Tours (photo ci-dessous), l’un des derniers témoins de l’architecture médiévale d’Île-de-France, est construit aux XIIIème et XIVème  siècles, réhabilité en 2007 selon les plans du XVIIème siècle. Il a traversé les Temps, manoir, château puis simple ferme avant de tomber en ruines. Le donjon (défense et habitation du seigneur) est la tour la plus haute du château. Il a la particularité d'être construit sur la courtine et non au centre de la cour. Sa herse, par son ancienneté et son maintien en place depuis plus de 600 ans est un des rares éléments du site à ne pas avoir été restauré. Elle date de 1381 .

Blandy les tours seine et marne le chateau fort

Le château de Champs-sur-Marne (photo ci-dessous), typique de la maison de plaisance à la française du début du XVIIIème siècle, avec son plan en  U à deux courtes ailes sur la cour d'honneur au Sud et sa rotonde sur le jardin au Nord, il témoigne de l'évolution de la société vers la recherche de davantage de confort. Il est construit près d'une boucle de la Marne entre 1703 et 1706.  Entouré d'un des plus beaux parcs de France, il allie un jardin à la française et à l'anglaise sur 85 ha. Le jardin est labellisé Jardin remarquable. Le château est classé aux Monuments Historiques en 1935.

Champs sur marne seine et marne le chateau 1


La Commanderie Templière de Coulommiers (photo ci-dessous) fondée vers 1172 sur des terres offertes par Henri, comte palatin de Troyes en Champagne. Lors de l'arrestation des Templiers en octobre 1307, il n'y a plus que quatre frères dans la commanderie. Elle est confiée au prévôt de Coulommiers en 1308 par Philippe le Bel, puis dévolue aux Hospitaliers sur ordre du pape. Ils y entreprennent de nombreux travaux de rénovation au XVIème siècle.

Coulommiers seine et marne la commanderie templiere

Les cités médiévales de Provins (vidéo en bas de page), ses remparts, sa grange aux dîmes, sa place du châtel, sa tour César, ses souterrains, sa collégiale, ses deux autres églises, sa roseraie… et celle de Moret-sur-Loing, en lisière de la forêt de Fontainebleau,  avec son église…
Des villages de caractère tels : Château-Landon, Donnemarie-Dontilly, Flagy, Larchant, Thomery (labellisés en 2014). Bourron-Marlotte, Coupvray, Samois-sur-Seine (en 2015). Barbizon, Beaumont-du-Gâtinais, Grez-sur-Loing, Montceaux-les-Meaux, Seine-Port, Villeneuve-le-Comte, Villeneuve-sur-Bellot (en 2016).
Le Parc Disneyland/Paris ouvert en 1992 à Serris-Coupvray.

 

Dans ce département, 2 villes ou villages

ont été témoin de la vie (naissances/baptêmes/unions/décès/inhumations…)

de 4 ancêtres des XIème et XVIIème siècles

 

Carte seine et marne cantons 2015 630x0

Le département et ses cantons (2015)

 

 

 


 

Sources
Sites et photo : Wikipedia
Vidéo : YouTube

 

Date de dernière mise à jour : 30/07/2017