PRESENTATION DU DEPARTEMENT

 

Logo cg 93Seine saint denis adm

Le département de la Seine-Saint-Denis de la région Ile-de-France fait partie intégrale de la Métropole du Grand Paris. Il est limitrophe des départements des Hauts-de-Seine, du Val-d'Oise, des Yvelines, de l'Essonne, du Val-de-Marne et de Paris.
Avec les départements des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne, la Seine-Saint-Denis forment une ceinture autour de Paris, appelée la Petite Couronne.
Langfr 280px seine saint denis position svgLe département est essentiellement constitué par un bas plateau, la Plaine de France, structuré par les larges vallées de la Seine et de la Marne et surmonté par un relief de buttes-témoins, avec le plateau de Vaujours, culminant à 130 m de hauteur, la colline de Belleville - Ménilmontant à 128 m et le plateau d'Avron à 115 m, qui matérialisent l'extrémité du massif de l'Aulnoye ou celle du plateau de la Brie. Ces derniers sont séparés par les dépressions de Gagny et de Rosny-sous-Bois, qui correspondent à un ancien lit de la Marne. Au Nord du département se trouve la Butte-Pinson, qui annonce les premiers contreforts du plateau de Montmorency.

250px 93 blason seine saint denisHéraldique
Coupé, au premier d'azur semé de fleurs de lys d'or, au second de gueules au vol d'aronde ployé d'argent embrassant trois épis de blé d'or ordonnés en éventail ; à la roue d'engrenage d'argent brochant sur la partition.
La partie supérieure évoque la région Île-de-France, le vol évoque les activités aéronautiques du Bourget, les épis rappellent les activités agricoles du département, la roue dentée évoque les activités industrielles du département.

Hydrographie
Le département est limité au Nord-Ouest par la Seine, à la hauteur de la boucle de Gennevilliers.
Il est traversé par la Marne dans son extrémité Sud-Est.
Il est également traversé par 5 voies d'eau : le canal de l'Ourcq et le canal Saint-Denis construits au début du XIXème siècle par la Ville de Paris, le canal de Chelles inauguré en 1865 pour faciliter la navigation de Vaires-sur-Marne à Neuilly-sur-Marne.
Il n'existe pas de port important en Seine-Saint-Denis.

Histoire
Des découvertes archéologiques témoignent d’une occupation du territoire depuis le Paléolithique Inférieur (voir lien Echelles des Temps) ainsi qu’aux époques Gallo-romaine et Médiévale.
Durant le Moyen Âge, la Seine-Saint-Denis est à la fois un centre économique avec la foire du Lendit et spirituel avec l'abbaye de Saint-Denis. Ces deux particularités trouvent leur origine dans l'antiquité gauloise et gallo-romaine avec la présence dans la pleine du Lendit d'un lieu de rassemblement des peuples gaulois, sur la route de l'étain, à la limite des Gaules Belgique et Celtique.

La foire du Lendit
Le nom Endit puis par agglutination de l’article Lendit est donné au champ ou à la plaine situé entre le pas de la chapelle et Saint-Denis et correspond en pleine campagne à de très anciens lieux d’assemblée, vieux rendez-vous gaulois à la fois religieux et marchands, remontant parfois à des emplacements marqués dès avant la conquête romaine.
La foire du Lendit est au moins attestée sous ce nom au XIème siècle. D'après un diplôme de fondation daté de 629, elle est réputée avoir été créée au VIIème siècle par Dagobert Ier (602/639). Il est  vraisemblable que, située sur une route romaine, la Via Agrippa qui va vers la Mer du Nord et constitue la route de l'étain, elle plonge ses racines dans l'antiquité gauloise.
En 1215, Philippe Auguste (1165/1223) réglemente son installation. Pendant la durée de la foire, les marchands doivent cesser de vendre aux Halles de Paris.
En 1319, la foire est incendiée et reconstruite.
En 1556, en raison des intempéries, mais surtout des troubles de la Guerre de Cent Ans et des Guerres de religion, la foire est déplacée par un arrêt d’Henri II (1519/1559) à l'intérieur des murs de Saint-Denis où des loges en bois sont construites pour l'accueillir.
En 1793, la foire disparait.

220px king henry iv of franceLe Bon roi Henri, Henri IV (1553/1610, photo de gauche)
est omni présent en Seine-Saint-Denis. Après avoir abjuré le protestantisme et écouter la messe à l'abbaye de Saint-Denis, on trouve trace de son passage dans nombre de communes du département. Il donne ses rendez-vous de chasse (ainsi que ses rendez-vous galants) dans la forêt de Bondy ou au Vert Galant, à Vaujours. C'est dans le château de Clichy-sous-Bois qu'il retrouve Gabrielle d'Estrées (voir § suivant).
D'autres étapes de chasse, comme l'ancien bois de Romainville ou l'actuel Pré-Saint-Gervais revendiquent son passage.

Patrimoine /Tourisme
Le château de Gournay-sur-Marne est construit en 1680 par le seigneur Ancelin, frère de lait de Louis XIV (1638/1715). De style classique, avec une façade de pierres blanches et de briques rouges, il accueille la mairie depuis 1925 (photo ci-dessous).

Gournay sur marne 93 la mairie ancien chateau

Le château de Clichy-sous-Bois est édifié à la fin du XVIème siècle, sous le règne du roi Henri IV par le vicomte de Puységur. La tradition veut que la favorite du roi, Gabrielle d'Estrées (1573/1599) y passe quelquefois pour y retrouver son royal amant. On retrouve la belle dans d'autres endroits du département comme le château de la Briche, à Epinay-sur-Seine, où elle a également séjourné.
Le château est acquis en 1645 par Robert de Bragelongne, surintendant des Eaux et Forêts du roi Louis XIV, qui le cède ensuite à Jean Antoine de Mesmes, comte d’Avraux (1640/1709) ami de Marie de Rabutin-Chantal dite Madame de Sévigné (1626/1696).
En 1740, une orangerie de style Louis XVI est érigée en face du château.
Sous l’Empire, le parc autrefois à la française, est redessiné à l'anglaise avec une pièce d'eau par Alexandre Théodore Brongniart. La façade est transformée avec l’adjonction des balcons, du portique d’entrée et des frontons.
En 1930, la municipalité devient propriétaire du château qui devient l’hôtel de ville de la commune (photo ci-dessous).
Il est classé aux Monuments Historiques en 1972.

Clichy sous bois seine saint denis l hotel de ville ancien chateau

Le château de la terrasse de Clichy-sous-Bois, à l'origine la grande commanderie de l’Ordre du Temple construite en 1268, ravagée lors de la Guerre de Cent Ans, reconstruite en 1491 qui se dégrade lentement jusqu’au XVIIIème siècle.  Achetée par les banquiers Mallet de Genève lors de la vente des biens de l'Église sous la Révolution, la Commanderie cède la place à un château, construit légèrement plus au Nord.
Au début du XIXème siècle, il est occupé par le maréchal François Etienne Christophe Kellermann (1735/1820), duc d'Empire et vainqueur de Valmy. L'édifice est très endommagé par l'occupation prussienne de 1871. Il est largement remanié et considérablement réduit en 1908 (photo ci-dessous).

Clichy sous bois seine saint denis le chateau de la terrasse

Le château de Saint-Ouen, à l'origine un manoir  construit au  XIIIème siècle pour Guillaume de Crépy qui le cède à Philippe de Valois (1293/1350).
Un nouveau château est construit au XVIIème siècle (de 1664 à 1669), en face du pont de Saint-Ouen pour Joachim Adolphe de Seiglières de Boisfranc, chancelier de Philippe d’Orléans dit Monsieur (1640/1701), frère du roi Louis XIV.
Wincenty potockiLe château appartient en 1679 à Léon Potier, duc de Gesvres (1620-1704), gouverneur de Paris, puis à François Joachim Bernard Potier, marquis de Gesvres (1692-1757), et de 1759 à 1764 à Jeanne Antoinette Poisson, marquise de Pompadour (1721/1764).
Il est acheté en 1811 par Vincent Potocki (photo de droite), grand chambellan de Pologne et général de cavalerie.
Zoe talonDans le château du XVIIème siècle,  Louis XVIII signe, en 1814, la Déclaration dite de Saint-Ouen qui restaure la monarchie et institue certaines libertés constitutionnelles. Il fait bâtir à son emplacement le château actuel en 1821 qu’il offre à sa maîtresse Zoé Talon, comtesse du Cayla (1785/1852, portrait de gauche).
Le château est fortement endommagé durant le siège de Paris en 1871.
En 1881, Omer et René Talon, héritiers de Madame du Cayla, louent le domaine à la Société d'encouragement hippique, qui le transforme en hippodrome  fréquenté jusqu'en 1914 et disparu en 1917. Durant la Première Guerre Mondiale, le château devient un hôpital militaire.
Le château, peu à peu abandonné, est repris par la commune, qui le restaure en 1963 pour en faire le musée d'histoire locale. Depuis, il accueille également le conservatoire de musique municipal (photo ci-dessous).
Son style architectural est l'un des très rares témoignages de la période Restauration.

Saint ouen seine saint denis le chateau

     
Le château seigneurial de Villemomble est à l'origine un vieux manoir Renaissance construit par Florimond Robertet d’Alluye (1458/1527), secrétaire de François Ier (1494/1547).
Etiennette marquisLouis philippe d orleans dit le grosLouis Philippe d'Orléans dit Le Gros (1725/1785, portrait de gauche) installe sa maîtresse, Etiennette Marie Perine Le Marquis (1737/1806, portrait de droite), comédienne, au château de Bagnolet en 1759. Puis en 1767, Mademoiselle Le Marquis devient propriétaire des terres de Villemomble, Avron et Noisy-le-Sec. Devenue haute et puissante dame de Noisy-le-Sec et de Villemomble, elle fait raser le vieux manoir et se fait construire, par l’architecte Alexandre Théodore Brongniart en 1769, un élégant château, décoré avec soin par Henri Piètre. Elle y mène une vie de châtelaine respectable avec ses trois enfants. L'hiver, elle réside dans son hôtel particulier, 14 rue Grammont à Paris et l'été à Villemomble.
Mais Louis Philippe lui préfère bientôt Charlotte Jeanne de Montesson qu’il épouse  en 1773. Par dépit, elle vend ses terres d’Avron et de Noisy en 1775 et s’installe dans son hôtel parisien.
De 1800 à 1875, ce château et ses terres sont la propriété de différents bourgeois de Paris.
Utilisé de 1887 à 1980  comme mairie de la ville, il est restauré en 2003 (CPA ci-dessous).

Villemomble seine saint denis le chateau seigneurial mairie cpa

Le château de Romainville, de style Louis XIII, entouré d’un grand parc, est construit en 1630 pour  Nicolas Le Quelen, derrière l’église, au cœur du village.
En 1666, lorsque la seigneurie devient baronnie, la famille de Baud réside dans le château  et y accueille de nombreuses personnalités de la Cour.
En 1723, le château est acquis par Henri François de Ségur (1689/1751), qui le cède ensuite à son fils, Philippe Henri (1724/1801), ministre de la Noailles paul deGuerre en 1780 et maréchal de France en 1783. La famille de Ségur coule des jours heureux dans le château et dans le parc, agrémenté d'un pavillon de musique octogonal, de pièces d'eau et de bassins qui captent les sources des fontaines jusqu’en 1791.
Le marquis Louis Jules César de Noailles (1773/1838) qui en est propriétaire ensuite décède, le château est vendu par son fils, Paul (1802/1885, portrait de droite) à une société anglaise d'exploitation de gypse, et une partie du château est rasée dès 1840. Le grand parc est utilisé comme carrière de gypse. Le pavillon, ce qui subsiste du château, est acquis par la ville de Romainville en 1988 puis racheté par la Région Ile-de-France pour y faire un lieu de loisirs (photo ci-dessous en 2006).
Abandonné et très délabré, il subit plusieurs incendies criminels en 2010 et ses ruines sont rasées début 2017.

Romainville seine saint denis le chateau en ruines en 2006

Et encore, les châteaux : des Cèdres à Montfermeil construit vers 1640 pour Denis Néret, procureur à la Chambre de Paris ; Ladoucette de Drancy détruit lors de la guerre de 1870, reconstruit ensuite, centre de convalescence pour les militaires blessés au Front durant la Première Guerre Mondiale, victime de destructions durant les deux guerres mondiales ; de la Forêt à Livry-Gargan construit en 1864 de style Louis XIII au milieu d'un parc de 10 hectares avec un joli plan d'eau, reconverti en musée municipaux ; des Tourelles ou le château bleu à Tremblay-en-France, ancienne propriété des abbés de Saint-Denis, vendu par le cardinal de Retz, dernier abbé de Saint-Denis à la fin du XIVème siècle, demeure des seigneurs du fief des Tournelles jusqu’à la Révolution française ;Bagnolet seine saint denis la maison dite du cardinal du perron le château rouge à Villepinte construit au début du XVIIème siècle, dont il ne reste aujourd’hui que la partie centrale amputée de ses deux tourelles d’angle…

Des maisons, telle la maison dite du cardinal Perron à Bagnolet, l’une des plus anciennes de la ville.
Bâtie en 1610 pour Jean du Perron, archevêque de Sens, frère cadet du cardinal Jacques du Perron (1556/1618) dont les armes ornent le fronton (photo ci-contre). Cette demeure est restaurée aux XIXème et XXème siècles.

Les édifices religieux comme la basilique Saint-Denis (voir lien page sur la ville de Saint-Denis)...

La chapelle Notre-Dame-des-Anges (CPA ci-dessous) à Clichy-sous-Bois, édifiée entre 1650 et 1660 par Christophe de Coulanges (1607/1587), abbé de Livry et oncle de madame de Sévigné, à l'emplacement d'un oratoire du XIIIème siècle. Détruite par un incendie en 1791, elle est reconstruite vers 1808, puis agrandie en 1865 date à laquelle on lui ajoute une coupole.

Clichy sous bois seine saint denis la chapelle n d des anges cpa

L’église Saint-Médard de Tremblay-en-France (photo ci-dessous), propriété de l'abbaye de Saint-Denis au IXème siècle. Des éléments des ses fondations datent de l’époque mérovingienne et trois sépultures de ce type y ont été trouvées ainsi que des blocs de pierre façonnés au XIIIème siècle. Toutefois le chœur de l’église actuelle date de 1543, et sa nef est du XVIIIème siècle.
Elle est classée au titre des Monuments Historiques en 1939.

Tremblay en france seine saint denis l eglise saint medard

Et de nombreux autres comme : l’église Notre-Dame-des-Vertus d'Aubervilliers avec sa façade de style Baroque du XVIIème siècle ; l’église Saint-Sulpice d’Aulnay-sous-Bois, ancienne église d'un prieuré clunisien ; l’église Saint-Leu-et-Saint-Gilles de Bagnolet ;  les églises Saint-Louis et Notre-Dame du Raincy (voir vidéo en bas de page) de style moderne en béton armé ; l’église Saint-Germain de Pantin ; l’église Saint-Germain-l’Auxerrois de Romainville de style néoclassique ; les églises Sainte-Louise-de-Marillac, Saint-Jean-l’Évangéliste et Saint-Louis-du-Progrès à Drancy ; les églises du Sacré-Cœur et Saint-Charles au Blanc-Mesnil ; l’église Saint-Yves-des-Quatre-Routes à La Courneuve ; l’église Notre-Dame de l'Assomption à Neuilly-Plaisance …

La Seine-Saint-Denis abrite aussi plusieurs lieux des différents cultes protestants, des synagogues, plusieurs mosquées ainsi qu'un mandir, un Gurdwārā et des centres bouddhiques.

De nombreux musées, tels : le musée de l’Air et de l’Espace au Bourget, le conservatoire historique du camp de Drancy, le musée associatif d'histoire locale et du patrimoine à Noisy-le-Grand…

Des espaces verts :
Les parcs départementaux de l'Île-Saint-Denis,  du Sausset à Aulnay-sous-Bois et à Villepinte de la Fosse Maussoin à Clichy-sous-Bois, Jean Moulin les Guilands à Bagnolet,  de la Haute-Île à Neuilly-sur-Marne…
Les parcs communaux du Croissant Vert à Neuilly-sur-Marne, Jacques Duclos au Blanc-Mesnil, de la Butte Verte , des Mares Dimanches, des Yvris, Louis-Antoine de Bougainville à Noisy-le-Grand…

et encore ... Le plateau d'Avron avec la coulée verte Voie Lamarque à Neuilly-Plaisance,
La forêt régionale de Bondy à Clichy-sous-Bois, Montfermeil et Coubron,
Le parc forestier de la Poudrerie nationale de Sevran-Livry.
Les bois Saint-Martin de Noisy-le-Grand, des Ormes à Montfermeil, de Bernouille à Coubron…
La promenade de la Dhuis, coulée verte en Seine-Saint-Denis.
Les bords de Marne à Neuilly-Plaisance, Neuilly-sur-Marne, Noisy-le-Grand et Gournay-sur-Marne.
Les bords de Seine à Epinay-sur-Seine, Saint-Denis et Saint-Ouen.
Les rives du canal de l'Ourcq, du canal Saint-Denis et du canal de Chelles en Seine-Saint-Denis.

 

 

Dans ce département, 1 ville a été témoin de la vie

 (naissances/baptêmes/unions/décès/inhumations…) 

de 12 lointains ancêtres du Vème au XIIème siècles

Carte seine st denis cantons 2015

Le département et ses cantons (2015)

 

 


 

Sources
Sites et photo : Wikipedia
Vidéo : YouTube, Bruno Gallet.

 

Date de dernière mise à jour : 16/11/2017