Roquetaillade

Roquetaillade adm

Roquetaillade  se situe au  pied des Pyrénées, dominé par le Pic de Brau, entre les vallées de l’Aude et de la Corneilla, à distance égale de la mer et des pistes de ski de Font-Romeu. Le Pic de Roquetaillade ou Pic de Brau est le point culminant du Limouxin. Par temps clair, de son sommet, on peut apercevoir tous les villages de la moyenne Vallée de l’Aude et du Razès, la Montagne Noire ainsi que les Corbières, la cité de Carcassonne et le Lauragais.
Le village s’accroche au rocher. Ses vignes et ses maisons de pierre bâties au pied du château médiéval, en font un petit village pittoresque, paisible et accueillant. Il doit son nom aux roches sur lesquelles il est construit et que l'on dit "taillées par le ciseau de l'homme".

Blason roquetailladeHéraldique

La commune se blasonne ainsi :
Parti d'or et de gueules au roc d'échiquier brochant de l'un en l'autre.

Drapeau francais fond blancHistoire

Pétra talada en 1156, Rocatalaida en 1247, Rocquetalhade en 1571, Roquetailhade en 1671 et enfin Roquetaillade en 1781.

Le château
Il est construit au XIème siècle. C’est un château féodal au donjon très élevé avec une tour carrée et des fossés profonds. Une herse et un pont-levis en interdisent l’entrée. Il  faisait partie de la ligne de châteaux de défense contre les Francs.
En 1068, Dalmatius Bernardus de Rectiliata en est le propriétaire. De nombreux seigneurs lui succèdent.
Au XIIème siècle, pendant la Croisade des Albigeois, le château et ses terres sont placés par Simon de Montfort entre les mains d’un chevalier croisé catholique Lambert De Tury.
En 1380, la famille des seigneurs De Montfaucon hérite du château. Ils y résident jusqu’en 1739. Le plus illustre est Dom Bernard de Montfaucon.

Personnages liés à la commune

Dom bernard de montfauconDom Bernard de Montfaucon 1655/1741, est né au château de Soulatge et habite le château de Roquetaillade jusqu’à la fin de son adolescence. En 1676,  il entre au Monastère toulousain « Notre-Dame de la Daurade », congrégation des Bénédictins de Saint-Maur où il complète sa formation durant 10 années. Puis, il est accueilli à l’Abbaye de Saint Germain-des-Prés à Paris où il est à la fois bénédictin, savant, antiquaire et membre de l’Académie des Inscriptions, spécialiste de la langue grecque.
Il compose des ouvrages qui sont de véritables monuments dont « L’Antiquité et les Monuments de la Monarchie Française » en 5 volumes, « L’Antiquité expliquée et représentée en figures » en 15 volumes (encore utilisés de nos jours dans les études de l’Antiquité) et  « Palaeographia graeca ». Il invente le mot paléographie, discipline consacrée à l’étude des écritures anciennes.
Il meurt à l’Abbaye de Saint-Germain-des-Près.

Patrimoine

La Chapelle de Sainte Anne : En 1600, suite à une terrible épidémie de peste, les habitants font construire une chapelle dédiée à Sainte Anne, et se mettent sous sa protection.

L’Eglise Saint Etienne : construite vers 1635. Sa dernière rénovation, en 1994 a permis de mettre à jour son clocher-mur. A l’intérieur des statues du XIIème siècle et le mouvement de l’ancienne horloge.

Le château (voir texte § Histoire).

Les caves : près du château, en rangs serrés, collées les unes aux autres. Au pays de Limoux, la Blanquette et le Crémant sont rois.

Le Pic de Brau : domine de ses 654m les communes de Magrie, Cournanel, Roquetaillade, Alet les Bains, Limoux, la vallée de l’Aude avec, à l'horizon, la cité de Carcassonne, les Pyrénées et le Pic de Bugarach.  Une table d'orientation permet de repérer les différents sites et notamment la chaîne des Pyrénées.

Le site d’art contemporain du Pic de Brau : inauguré en 2006 par l’exposition des œuvres monumentales de Jean Pierre Rives, sculpteur de talent, bien connu en tant qu’ancien Capitaine de France de Rugby.

Un parc éolien est implanté depuis 1997 sur une colline à 600m d'altitude.

Hameaux, lieux dits et écarts

Saint-Estève de Fonte-Vivo ou Saint-Etienne de Font-Vive : village situé, à l’époque, sur la rive gauche de la Corneilla,  au pied de l’église « Sanctus Stephanus de Fonte -Vivo » construite en 1160.
Le Cazal : hameau entre le village de Saint-Étienne et le château, située sur les bords de la colline, à mi-chemin entre le château et la Corneilla.
Le Village et le hameau ont été détruits par les Protestants vers 1560, lors de la Bataille de Saint Salvadou.
Saint André de Brau : ancien hameau construit et habité par les Moines Hospitaliers de l’Ordre de Malte, dont les ruines sont encore visibles aujourd’hui.

ainsi que Peyret, Jeanbel, La Cave, La Chot…

Evolution de la population

Roquetaillade demo

Nos ancêtres de Roquetaillade …

Naissances/baptêmes :
GAIRAUD Jean (sosa 3268G12) à une date inconnue.
GAIRAUD Catherine (sosa 1635G11) à une date inconnue après 1640.

Unions :
GAIRAUD Jean (sosa 3268G12) avec MARQUES Marguerite (sosa 3269G12) le 16 février 1640.
GAIRAUD Catherine (sosa 1635G11) avec CARLE Jean (sosa 1634G11) le 11 septembre 1674.

Domicile :
GAIRAUD Jean (sosa 3268G12) et MARQUES Marguerite (sosa 3269G12) ont probablement vécu dans ce village toute leur vie.

 


Sources
Sites :
Wikipedia, CC du pays de Couiza.
Photo : Google map, Franc Bardou, Sylvinho31,
blog Mon Univers

Date de dernière mise à jour : 07/03/2017