VISAGES DE SAONE-ET-LOIRE

Cartes des duché et comté de Bourgogne

 

Du VIIIème au XIIème siècle

8 familles de lointains ancêtres de la noblesse
ont vécu dans ce département,
46 individus dans 6 communes
dont la plupart portent le nom.

Dans ces communes 29 actes (connus) ont été enregistrés :
20 actes de naissance/baptême
°
9 actes de décès +

 

 

Les familles ...

d'Autun, de Marcigny, de Bourbon-Lancy, de Chalon-sur-Saône, de Mâcon,
de Blanzy, d'Ivrée, de Bourgogne-Comté

 

par villes

71 liste71 liste2

Voir tableau détaillé en bas de page de chacune des villes

 

Quelques détails historiques

 

 Aubri Ier de Mâcon (875/944) 

Famille : Fils puiné de Marald de Narbonne (855/894), vicomte de Narbonne pour Guillaume dit Le Pieux, et de son épouse, Raimondis de Toulouse.

Mon arbre généalogique : n° sosa 120 754 591 112++ en 37ème génération.

Biographie : Il laisse la gestion des terres à son frère, Ulbérad, préférant voyager et part en direction du Mâconnais où il rencontre celle qui devient son épouse Attalla, fille du vicomte de Mâcon. Par ce mariage il devient le premier comte de Mâcon.
Il s'approprie Salins qui relève alors de l'abbaye territoriale de Saint-Maurice-d'Agaune. L'abbaye s'assurant ainsi d'un seigneur puissant pour veiller à ses intérêts.
Bernon, évêque de Mâcon et descendant de cette maison, accorde à Albéric le château de Confrancon, le bourg et l'église de Saint-Amour et la prévôté de Vinzelles ; Albéric lui cède le lieu de Montgudin, la ville de Civria et celle de Savigny.
En 941, Maynier, prévôt de l’abbaye de Saint-Maurice d'Agaune, donne à Albéric les terres que le monastère possède dans les comtés de Scoding et de Warasch à savoir Aresches, Chamblay, Usie, le château de Bracon et une partie des Salines. Cette donation, approuvée par Conrad III, roi de Bourgogne, est faite à la condition de les rendre après la mort d'Albéric et de ses fils si l'abbaye les demande.
Il meurt en 943 et est inhumé sous le parvis de l'église de Saint-Étienne de Besançon.
Son fils Liétaud II de Mâcon  lui succède comme comte de Macon.

Union et descendance : Il épouse Attala de Mâcon, fille unique de Ranulf de Mâcon, puis en secondes noces, Berthe de Troyes, fille du comte Garnier de Troyes, puis Richilde.
De son premier mariage il a : Liétaud II (ou Robert Ier de Dijon), comte de Bourgogne, d'Autun et de Mâcon, vicomte de Chalon, Dijon,  Vergy ; Humbert Ier de Salins ; Adela (+944).

  Warin Ier de Vergy de Chalon (780/855)

Famille : Il est supposé être le fils ou le petit-fils d'Adalard, comte de Chalon, qui en 761 défend Chalon contre Waïfre, duc d'Aquitaine et de Vasconie, puis en 765, marche avec son armée contre le comte d'Auvergne, Hilping, faisant partie d'une coalition pour lutter contre Pépin III dit le Bref (715/768).

Mon arbre généalogique : sosa n° 483 018 364 464++ en 39ème génération.

Biographie : Il est sire de Vergy, comte de Chalon et de Mâcon de son estoc (par héritage) et devient comte d'Auvergne en 818, par un don de Louis Ier dit Le Pieux (778/840).
En 834, Warin et son épouse finissent leurs jours dans la méditation et la prière en se retirant à Cluny qu'ils ont échangé en 825 avec Hildebold, évêque de Mâcon, contre le village de Genouilly et des terres en Auvergne et en Nivernais, avec leurs serfs et toutes leurs dépendances.

Union et descendance : Warin Ier de Chalon de Vergy épouse en 778, Albane d’Auvergne d’Autun, fille d’Ithier, comte d’Auvergne qui lui donne 5 enfants : Isembard (800/858), Bernard (815/868), Théodoric (820/883), Ermengarde (849/881) et Guérin II (+869).

Manassès Ier dit l’Ancien ou Mainier de Vergy de Chalon (875/918)

Famille : Fils de Théodoric de Chalon (820/883) et de son épouse Bertrane de Metz.

Mon arbre généalogique : n° sosa 120 754 591 116++ en 37ème génération.

Biographie : Il est comte de Chalon, de Langres, d'Altuyer, d'Auxois, d'Avallon, de Mâcon, d'Oscheret et d'Autun, seigneur de Vergy et de Langres, conseiller du roi Charles II dit Le Chauve, chambellan du roi Louis II dit Le Bègue (846/879) et tuteur des fils de ce dernier, Louis III (863/882) et Carloman II (867/884).
Il est au côté du duc Richard de Bourgogne dit le Justicier (858/921) et combat les Vikings qui ravagent la Bourgogne.
Il participe aux batailles de Saint-Florentin et d’Argenteuil contre les Normands en 898.
Sur la fin de sa vie, il fonde le monastère Saint-Vivant de Vergy à Curtil-Vergy sur les conseils de son fils Hervé de Chalon, évêque d'Autun de 920 à 929. Il y permet l'installation des moines de Biarne fuyant les Normands d'Hastings qui, vers 886, après le siège de Paris, s'avancent vers la Bourgogne.
Il meurt vers 918 et est inhumé dans son monastère.

Union et descendance : Il épouse Ermengarde de Bourgogne (873/921), fille du roi  Boson V de  Provence (844/887), qui lui donne 5 enfants : Walo de Vergy ; Hervé ; Giselbert de Chalon de Vergy qui suit ; Manassès ; Ermengarde III qui épouse le comte Liétaud II de Mâcon.

Giselbert de Chalon (900/956)

Famille : Fils du précédent.

Mon arbre généalogique : n° sosa 60 377 295 558++ en 36ème génération.

Biographie : Il est comte de Chalon, d'Autun, de Beaune, de Troyes, d'Avallon, de Dijon, et comte principal de Bourgogne de 923 à 943.
Principal lieutenant du duc de Bourgogne, Hugues dit le Noir (+952), il lui succède dans ses différents comtés, mais sans être reconnu duc de Bourgogne, il doit se contenter du titre de comte principal. Il se maintient à l'écart des luttes de pouvoir entre les Carolingiens et les Robertiens, mais accepte la suzeraineté du duc et comte Hugues dit le Grand (898/956), père d’Hugues Capet.
Lorsque Raoul Ier accède au trône de Francie en 923, il confie le duché de Bourgogne à son ancien lieutenant, Gilbert de Chalon, qui devient son beau-frère 5 ans plus tard, plutôt qu'à son propre frère cadet, Hugues.
En 936, ses beaux-frères Hugues dit le Noir et Hugues dit le Grand contestent tous deux la décision du roi Raoul et revendiquent le duché de Bourgogne. En 938, un traité signé à Langres, divise celui-ci en trois parts égales. Chaque bénéficiaire prend alors le titre de duc de Bourgogne. Gilbert conserve donc son titre ducal mais règne, de fait, sur un territoire réduit. Cette division prend fin en 943, par décision de Louis IV dit d'Outremer (920/954), roi des Francs, qui confie l'intégralité des droits sur le duché de Bourgogne à Hugues dit le Grand, et donnent à Hugues dit le Noir et à Gilbert de Chalon, le titre de comte principal de Bourgogne. Ces derniers continuent de jouir de la part qui leur a été attribuée mais deviennent des vassaux du duc.
En 952, Gilbert de Chalon récupère la part d'Hugues dit le Noir, qui vient de mourir, jouissant dès lors, bien que vassal d'Hugues dit le Grand, des revenus des deux tiers du duché de Bourgogne où il étend son influence, ce qui le rend de fait plus puissant que le duc, son suzerain, et menaçant pour ce dernier.
Afin d'éviter une éventuelle conquête du comte principal et de garder le contrôle du duché entre les mêmes mains d'un seul et même duc, Hugues le Grand s'empresse de marier Otton, son fils, à Liégearde, la fille de Gilbert de Chalon.
Il disparaît vers 956.

Union et descendance : Il épouse vers 928 Ermengarde de Bourgogne (905/942), fille de Richard dit le Justicier ((856/921), qui lui donne les enfants suivants : Lietgarde, mariée en 955 au duc Otton de Bourgogne qui lui succède comme duc de Bourgogne et Adélaïde dite Wérra (928/967), mariée en 845 au comte de Meaux, Robert Ier de Vermandois (920/966) puis en secondes noces à Lambert de Chalon qui suit.

  Lambert de Chalon (930/978) 

Famille : Fils du précédent.

Mon arbre généalogique : sosa n° 30 188 647 778++ en 35ème génération.

Biographie : Il est nommé comte de Chalon en 955.
Il bat une armée auvergnate à Chalmoux en 960.
Il est à l'origine de la fondation du prieuré d'Orval en 973.
Il meurt le 27 février 978.

Union et descendance : Vers 968, il épouse Adélaïde de Chalon dite Werra (928/967), fille du comte Gilbert de Chalon de Vergy (voir en 4) et d'Ermengarde de Bourgogne, veuve du comte Robert Ier de Meaux,  qui lui donne pour enfants : Gerberge Mahaut de Chalon (945/990), épouse du roi Aubert Ier d'Ivrée qui suit, puis du duc Eudes-Henri Ier de Bourgogne dit Le Grand ; Hugues Ier d'Autun (972/1039), évêque d'Auxerre et comte de Chalon à la mort de son père ; Elizabeth de Chalon (970/1014) ; Aelis, épouse du comte Guy Ier de Mâcon ; Mathilde, épouse de Geoffroy de Semur-en-Brionnais.

 

Les familles issues de la Maison d’Ivrée (ou maison des comtes palatins de Bourgogne), famille de seigneurs originaires du comté d'Oscheret du Royaume de Bourgogne, d’où sont notamment issus pendant plusieurs siècles les comtes de Bourgogne et les rois de Castille.
Le premier membre connu de cette lignée est Amédée d'Oscheret (790/867).
L'un des marquis d'Ivrée, Bérenger II d'Italie, fils d'Adalbert Ier d'Ivrée et de Gisèle de Frioul (880/910) parvient à devenir roi d'Italie en 950. Il est destitué l'année suivante par le roi de Germanie Otton Ier. Les membres de la Maison d'Ivrée se fixent alors dans le comté de Bourgogne. Otte-Guillaume de Bourgogne qui suit, petit-fils de Bérenger II, devient en 982 le premier comte palatin de Bourgogne de la Maison d'Ivrée.

  Otte-Guillaume de Bourgogne (962/1026) 

Famille : Fils d’Aubert Ier d’Ivrée (936/971) et de Gerberge Mahaut de Chalon (945/990).

Mon arbre généalogique : n° sosa 7 547 161 944++ en 33ème génération.

Biographie : Il est le premier comte palatin de Bourgogne de la maison d'Ivrée du comté de Bourgogne par le domaine franc-comtois de son père et par le titre de comte palatin de Bourgogne donné par son beau-père le duc de Bourgogne. Il devient comte de Mâcon par son mariage.
Son père fait partie des rois qui se partagent et règnent sur l'ancien empire carolingien de Charlemagne et à ce titre, lui constitue, au moment de la féodalisation et du découpage de l'ancien empire de Charlemagne en duchés et en comtés féodaux, le comté de Bourgogne autour de Dole dans le Jura.
En 971 son père décède. En 973, sa mère se remarie avec le duc Eudes-Henri Ier de Bourgogne dit Le Grand (948/1002). Il devient ainsi le beau-fils de son suzerain, le duc de Bourgogne..
En 995, il associe son fils Guy Ier de Mâcon (982/14004) au pouvoir de comte. En 1002, il lui lègue le comté.
En 1002, à la mort sans héritier de son beau-père le duc Henri Ier de Bourgogne, il prétend à la succession du duché de Bourgogne et se considère comme duc de Bourgogne pendant 2 ans.
Le roi Robert II dit le Pieux (972/1031)  l'attaque avec l'aide du duc de Normandie Richard II dit l’Irascible (996/1026). Il assiège Auxerre 2 ans et prend Sens.
En 1004 le duché de Bourgogne est annexé par le roi Robert II au royaume de France.
1004 voit le décès prématuré de son fils Guy Ier de Mâcon. Son petit-fils, Otton II de Mâcon hérite du comté de Mâcon.
Otte-Guillaume se révolte avec d’autres seigneurs français contre l'autorité de suzeraineté sur le Royaume de Bourgogne et sur le comté de Bourgogne légitimement revendiqué par l'empereur germanique.
Il décède le 21 septembre 1026 et est inhumé au monastère de Saint-Bénigne de Dijon.
Son fils Renaud Ier de Bourgogne (voir Côte d’Or) lui succède comme comte de Bourgogne.

Union et descendance : Il épouse Ermentrude de Roucy (950/1004, gravure ci-contre), fille de Renaud de Roucy, comte de Reims et de Roucy, et d'Albérade de Hainaut.  Elle est l'héritière du comté de Mâcon par son premier mariage avec Aubry II de Mâcon (+982).
Ils ont pour enfants : Guy Ier de Mâcon ; Mathilde de Bourgogne (983/1005), épouse en 995 le comte Landry de Nevers ; Gerberge de Bourgogne (985/1024) épouse en 1002 du co-comte Guillaume II de Provence (986/1018) ;  Renaud Ier de Bourgogne (986/1057) qui suit ; Agnès de Bourgogne (+1068), épouse en 1016 le duc Guillaume V d'Aquitaine (969/1030), comte de Poitiers (voir Vienne) et, puis en secondes noces en 1032 du comte Geoffroy II d'Anjou (1006/1060) ; Brunon.
En 1016, Otte-Guillaume épouse (peut-être) en secondes noces Adélaïde d'Anjou (942/1026).

Renaud Ier de Bourgogne (966/1057) 

Famille : Fils du précédent.

Mon arbre généalogique : n° sosa 3 773 580 972++ en 32ème génération.

Biographie : Il nait en 986.
En 995, son père, Otte-Guillaume associe son fils aîné, Gui Ier de Mâcon (982/1004), au pouvoir des comtés de Bourgogne et de Mâcon, en vue de sa succession. En 1002, Gui devient comte de Mâcon mais meurt 3 ans plus tard, laissant un héritier, Otton II de Mâcon qui lui succède au titre de comte de Mâcon. Otte-Guillaume partage ses terres : son fils Renaud Ier reçoit les comtés d'Amous, Varais et Portois et Otton II, son petit-fils, le Mâconnais et l’Escuens. Otte-Guillaume conserve ses droits sur les comtés de la Bourgogne franque, Beaumont, Fouvent et Oscheret.
Le 21 octobre 1026, Renaud Ier succède à son père qui décède et à son frère Gui décédé, à l'âge de 40 ans, au titre de comte de Bourgogne.
En 1027, Renaud est en guerre contre Hugues de Chalon (975/1039),  évêque-comte d'Auxerre. Il est fait prisonnier à Auxerre et libéré par les troupes envoyées par son beau-frère, le duc Richard III de Normandie (1008/1027).
La guerre de succession de Bourgogne de1032 à 1034  est soutenue par Renaud, le comte Gérold II de Genève (+/1080), l'archevêque de Vienne, l'évêque de Saint-Jean-de-Maurienne, ainsi que par  l'archevêque de Lyon, Bouchard II (+1033), fils bâtard de Conrad III de Bourgogne dit le Pacifique (925/993) et demi-frère de Rodolphe III de Bourgogne dit Le Pieux (970/1032) dernier roi des deux Bourgogne (Bourgogne transjurane).
Face à eux, Conrad II du Saint-Empire dit Le Salique (990/1039) a l'appui d'Héribert, archevêque de Milan, du marquis Boniface III de Toscane (985/1052), d'Ermengarde veuve de Rodolphe III, et d'Humbert Ier dit aux Blanches Mains (voir lien ŒILpage Savoie), ancien conseiller et vassal de Rodolphe III.
La révolte échoue et le royaume de Bourgogne reste dans l'Empire.
Afin d'échapper aux armées impériales, Renaud se retire à Dijon, en Bourgogne ducale, où il a conservé de nombreux appuis.
En 1037, Renaud et Eudes II de Blois (+1037) continuent la lutte contre les troupes impériales menées par Gothelon Ier de Lotharingie (967/1044) et alliées, pour l'occasion, à celles du roi des Francs Henri Ier (1008/1060). Eudes II meurt à la bataille de Hanol, entre Bar-le-Duc et Verdun. Renaud Ier, chef de la coalition, reçoit, à Dijon, une ambassade de l’empereur, qui lui annonce les désirs de réconciliation de celui-ci. Il devient comte palatin de Bourgogne, titre donné dans l’administration impériale germanique, à ceux qui sont chargés d’administrer les terres et de rendre la justice au nom de l’empereur. Ses successeurs continuent à porter ce titre.
En 1038,  Conrad II transmet le royaume de Bourgogne à son fils Henri III dit Le Noir (1017/1056). Il le fait couronner roi de Bourgogne à Soleure. Les grands, dont le comte Renaud et l’archevêque de Besançon, Hugues Ier de Salins (1005/1066), sont présents à cette cérémonie et prêtent hommage à leur nouveau roi.
L'empereur accorde une certaine autonomie franche et le droit de s'auto-administrer par son propre gouvernement au comté de Bourgogne.
En 1043, Henri III vient à Besançon, pour se fiancer avec Agnès d'Aquitaine (1020/1077), nièce de Renaud, fille du duc d’Aquitaine, Guillaume V de Poitiers (969/1030).
En 1044, Henri III continue à favoriser ceux qui ont soutenu son père. Il donne la ville de Montbéliard au comte Louis de Mousson (1015/1076). Renaud se révolte à nouveau contre l'empereur, allié au comte Gérold de Genève. Il assiège le château de Montbéliard, mais le comte Louis défait leurs troupes et maintient ainsi l’indépendance de Montbéliard vis-à-vis du comté de Bourgogne.
Le 3 septembre 1057, le comte Renaud meurt. Il est inhumé dans la cathédrale Saint-Etienne de Besançon, remplacée au XVIIIème siècle par la cathédrale Saint-Jean.
Son fils Guillaume Ier (1020/1087), lui succède.

Union et descendance :
En 1016, Renaud épouse Adélaïde de Normandie (1002/1038), fille du duc Richard II de Normandie (960/1026) et de Judith de Bretagne. De ce mariage nait quatre fils et deux filles :
- Guillaume Ier de Bourgogne dit le Grand (1020/1087) ;
- Gui de Bourgogne (1025/1069), élevé à la cour de Normandie. Au décès de son père, il tente de ravir durant une dizaine d'années le comté de Bourgogne à son frère Guillaume ;
- Hugues de Bourgogne dit de Superalios (+1086), vicomte de Lons-le-Saunier, sire de Montmorot, de Navilly et de Scey ;
- Foulques de Bourgogne ou Foulques de Joux de Grandson (+1114) marié à Alix de Roucy (Maison de Grandson).

Notes :
Renaud Ier de Bourgogne élève à sa cour Robert de Nevers (1035/1098), dit Le Bourguignon, fils de Renaud Ier de Nevers (1000/1040), son neveu, et d’Alix de France (1003/1063). Robert de Nevers est à l'origine de la maison de Craon-Nevers. Son petit-fils, Robert de Craon dit Le Bourguignon également, succède à Hugues de Payns en tant que second Maître de l'Ordre du Temple de 1136 à sa mort en 1149.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 22/09/2017