Aux pays de mes ancêtres

VISAGES DES ARDENNES

 

Du Xème et XIXème siècle

11 familles d‘ancêtres soit 24 individus dont 12 de la noblesse (comte, seigneur)
ont vécu dans 8 villes de ce département
où 28 actes
ont été enregistrés :
19 naissances/baptêmes
°
2 unions x
et 7 décès +

 

Tableaux ancetres ardennes 1

Voir détails pour chacun dans les communes concernées.

 

Quelques détails historiques

 

L'éperon médiéval d'Omont

Eudes de franceAu Xème siècle, c'est un site stratégique régional de première importance.
Reims marne eveque foulques vitrail st remiAu cours des deux dernières décennies, l'archevêque Foulques de Reims dit le Vénérable (892/900, vitrail à droite) y élève une première forteresse, peut-être dans le but de protéger ses terres contre les raids normands, plus probablement pour implanter non loin du domaine royal de Vendresse, un point d'appui dans la lutte qui l'oppose alors au roi Eudes (852/898, portrait de gauche), aux portes de la Francie, en Lotharingie/Germanie.
Un peu avant 920, Hérivée, son successeur, récupère par les armes la place-forte, usurpée par le comte Erlebald de Castrice.
Omont change 5 fois de mains de 943 à 947.
En 940, Hugues de Vermandois (920/962) chasse et remplace Artaud de Reims (+961) sur le siège de l'archidiocèse de Reims. Ce dernier et son frère Dudon continuent la lutte et Hugues assiège en 943 le château d'Omont.
L'archevêque Artaud confie la garde de la forteresse à son frère Dudon et à son neveu, Manassès, cité pour la première fois en 960, ancêtre du lignage comtal de Rethel. La paix est conclue, mais Dudon est contraint d'envoyer son fils en otage auprès d'Hugues. La guerre reprend, Hugues assiège de nouveau Omont en 945 et Dudon doit capituler pour obtenir le retour de son fils. Ce fils peut être Manassès.
Henri dit le liberal de champagneAu début du XIème siècle, Omont devient capitale du comté. Un comté provisoire aménagé en Empire, par les premiers Manassès. Une bulle pontificale de 1179 cite le comté d'Omont comme fief de l'archevêque de Reims.
En 1020, Omont devient un satellite du nouveau comté de Rethel. Le lignage des Manassès s’implante en Porcien dans la vallée de l'Aisne.
L'ancien comté d'Omont devient la principale châtellenie du comté de Rethel. Tenu de l'archevêque de Reims, le territoire est exclu, un siècle plus tard, de la suzeraineté exercée par le comte de Champagne Henri dit le Libéral (1127/1181, gravure ci-contre) sur le reste du comté de Rethel.
D'importants travaux sont entrepris au château d’Omont au cours du XIIIème siècle. Une charte de 1207 oblige les habitants de Singly (Ardennes) à fournir charrois et corvées. Un acte de 1364 rappelle aux vassaux de la châtellenie leurs obligations de garde. Une promenade sur l’éperon qui domine d'une centaines de mètres les campagnes environnantes permet de découvrir une succession de plateformes et de fossés (photo ci-dessous). Sur la plateforme terminale s'élevait la chapelle castrale, à l'emplacement de laquelle se trouve encore la pierre tumulaire (voir diaporama) de Jacques de Villers, gouverneur du Rethélois et capitaine d’Omont, seigneur de Villers-devant-Mézières, de Verrières, de Fontenois, Cesse et Dannevoux, qui accompagnait le duc de Bourgogne, Charles dit le Téméraire, à la bataille de Nancy en 1477, et qui mourut peu après, au mois de février 1478.
Le château est détruit vers la fin du XVIème siècle.

Un prieuré castral est fondé en 1095 par le comte Hugues Ier de Rethel et l'abbé de Saint-Vincent de Laon et placé sous l'invocation de saint Gobert. Il succède à un petit chapitre de chanoines. Ce prieuré ne semble pas avoir connu une grande prospérité.
Quelques années plus tard, le même comte Hugues Ier fonde un second monastère à Novy, puis à Rethel en 1118.

ILouis iv de gonzague neversl faut attendre 1214 pour que s'affirme une communauté villageoise individualisée, jouissant de franchises, et dynamisée par l'existence d'une foire le lendemain de Pentecôte.
En septembre 1591, l'Armée Royale commandée par Louis de Gonzague (1539/1595, portrait ci-contre), duc de Nevers et de Rethel, assiège Omont tenu par des Ligueurs, qui capitulent à l'arrivée d'Henri IV. La vieille forteresse disparaît définitivement.

En 1789, Omont est choisi comme chef-lieu de canton.

 

Omont ardennes la butte le mt damion le pain de sucre

 

Les Comtes de Rethel Comte de france

Les comtes de rethel 3Les comtes de rethel 2

 

Les comtes de Château-Porcien Comte de france

La première mention du Comté du Porcien remonte au VIIIème siècle. Il s'agissait d'un comté carolingien puissant. Les comtes qui en ont la charge sont fidèles à la dynastie carolingienne en place.
Lors du Traité de Verdun en 843, le Porcien est cédé à Charles dit le Chauve. Il devient dès lors un comté-frontière. Le Porcien et ses comtes endossent, de fait, le rôle de défenseurs du royaume contre les puissants voisins Lotharingien et surtout Germanique.

Les comtes de porcien 1

 

 

 

 

 

 


 

Sources 
Sites et photo :
Ardennes médiévales, Chemins d’Ardennes, Wikipedia, Geneanet.
Livres : Histoire de Château-Porcien par J.B. Lépine, 1859.

Date de dernière mise à jour : 17/11/2017