Aux pays de mes ancêtres

Hochfelden

 

Hochfelden 67 adm

 

Hochfelden 67 geoCette petite bourgade de milieu rural alsacien se situe entre Metz à 108 Kms et Strasbourg à 30 Kms. Les villes les plus proches sont Brumath à 10 Kms, Haguenau à 17 Kms et Saverne à 15 Kms.
Le territoire de Hochfelden est situé sur le champ de fracture de Saverne, son relief se caractérise par les vallonnements des collines sous-vosgiennes.
La majeure partie des habitations est construite sur un même flanc de colline. 
En 2017, la commune fusionne avec Schaffhouse-sur-Zorn pour former une commune nouvelle, de même nom.

Hochfelden 67 blason Héraldique 

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :  De gueules à Saint Pierre de carnation, chevelé et barbé d'argent, auréolé d'or, habillé d'une tunique aussi d'argent, ceinturée d'or, et d'un manteau du même, tenant de sa dextre une clef d'argent et de sa senestre un livre ouvert du même.

 Hydrographie 

Située sur le canal de la Marne au Rhin entre Saverne et Strasbourg, Hochfelden possède un port de plaisance.

 Toponymie 

Hochfelden = champs élevés en allemand, le bourg étant édifié sur une colline qui surmonte la vallée de la Zorn.
Hocfeldis est mentionné en 816 par Reginold, scribe d’origine romaine et greffier de justice, dans la rédaction d’un acte de donation en faveur de l'abbaye de Wissembourg.
Une autre mention date de 1065 lorsque l'empereur Henri IV du Saint-Empire (1050/1106) donne la villa Hochfeld à un comte Eberhard.
On trouve Hoffelden en 823 et 826 et Hochvelden en 1246.

Drapeau francais fond blanc Histoire 

Othon ier du st empire et adelaide de bourgogneEn 968, la ville et son château sont compris dans une donation faite par l’empereur Othon Ier du Saint-Empire (912/973) à sa seconde épouse Adélaïde de Bourgogne (931/999, portraits de droite).
En 1388, elle est prise et dévastée par le comte Robert II du Palatinat dit Le Sérieux (1325/1398). Les habitants s’emparent du château pour se soustraire aux vexations des soldats qui le gardent et qui sont fait prisonniers et livrés ainsi que le château aux citoyens de Strasbourg et de Haguenau.
Les boulangers de la commune sont réputés pour l’excellence de leur pain, en 1464 l’empereur du Saint-Empire, Frédéric de Habsbourg (1415/1493, portrait de gauche), les propose en modèle à leurs confrères de Haguenau. De nos jours, le pain fabriqué à Hochfelden est toujours de qualité supérieure.Frederic de habsbourg
En 1512, les statuts de la ville sont signés par le bailli impérial de Haguenau et le comte d’Ochsenstein. Ils régissent la vie du bourg sur le plan civil et pénal. Un schultheiss (prévôt) gère l’administration et la justice, un Gericht (tribunal) composé de 8 échevins siège à la halle publique.
Durant les années 1630 et l’Invasion Suédoise, Hochfelden est presqu’entièrement détruit ou brûlé. L’herbe pousse dans les rues ! l’église est abîmée, le château et le moulin sont ruinés. Au sortir de la guerre, le village est entièrement à reconstruire. Il commence à se repeupler vers 1640, en 1652, la population est à nouveau conséquente. 
En 1890, le brasseur Albert Metzger achète une machine à vapeur qui produit la première électricité dans le village. A partir de 1896, son gendre Louis Haag brasse et produit une bière de qualité. La brasserie devient une activité artisanale avec 15 ouvriers en 1900 puis 65 en 1939 ;
En 1941, dans la ville occupée par les nazis, le 14 juillet est célébré par un cortège acclamé de plus de 200 jeunes gens. En représailles, l’état de siège est instauré, le maire et les gendarmes remplacés et 106 personnes, dont 23 femmes, sont internés au camp de Schirmeck. L’information parvient à Londres où la BBC diffuse la nouvelle.

Seigneurs et gens de noblesse

En 1632, la ville est donnée en fief à la Famille Albertini d’Ichtratzheim qui le conserve jusqu’à la Révolution Française.

 Chronique communale 

La gare de Hochfelden
Elle est mise en service en 1851 par la Compagnie du Chemin de Fer de Paris à Strasbourg et ouvre la section Strasbourg / Sarrebourg de la future ligne Paris / Strasbourg.
En 1854, la Compagnie des Chemins de Fer de l'Est succède à la précédente.
En 1871, la gare entre dans le réseau de la Direction Générale Impériale des Chemins de Fer d'Alsace-Lorraine à la suite de la défaite de la Guerre franco-allemande de 1870 et du Traité de Francfort.
Sous la période allemande, le bâtiment voyageurs construit en 1851 est agrandi avec le surhaussement d'une des ailes, la modification de la toiture de l'aile basse et le remplacement de la toiture de la partie à deux étages par une toiture plus haute.
En 1919, la gare entre dans le réseau de l'Administration des Chemins de Fer d'Alsace et de Lorraine, à la suite de la victoire de la Première Guerre Mondiale.
En 1938, cette administration d'État forme avec les autres grandes compagnies la SNCF, qui devient concessionnaire des installations ferroviaires de Hochfelden.
Après l'annexion allemande de l'Alsace-Lorraine, la Deutsche Reichsbahn gère la gare pendant la Seconde Guerre Mondiale, de juillet 1940 jusqu'à la Libération.
En 1962, la gare dispose de plusieurs voies de service et d'un quai militaire.
En 2017, la SNCF estime la fréquentation annuelle de cette gare à 218 004 voyageurs, contre 208 764 en 2016.

 Patrimoine 

Le château
Mentions de sa présence en 968 puis en 1388, il est détruit au XVème siècle.

L’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul
Elle est citée dès le IXème siècle. Elle est construite selon un plan allongé se terminant par un chevet polygonal. La base de la tour date de l'époque médiévale. Elle est entourée d'un cimetière fortifié.
Au XIVème siècle, le château de la Famille Ochsenstein est édifié à proximité de l’enceinte fortifiée et de l’église. Au XVème siècle, cette Famille tente en vain de transférer l'église paroissiale dans la chapelle Saint-Wendelin en lui octroyant des privilèges habituellement réservés aux églises paroissiales comme le droit de baptiser ou de disposer d’un cimetière.
Le château est détruit mais l’église est reconstruite en 1467. Il n’en subsiste aujourd’hui qu’un mur à l’angle sud-est appartenant au mur de fortification. Pendant des fouilles, des murs antérieurs à la construction romane, datant de l’époque carolingienne ou ottonienne, sont découverts.
La nef et le chœur sont restaurés entre 1826 et 1828. La nef intègre alors la base de la tour.
En 1889, le clocher est rehaussé et l'intérieur restauré.
Le décor peint sur les murs est supprimé lors de la restauration de 1990.
La façade principale est percée d'un portail surmonté d'un auvent, encadré de deux baies en plein cintre. Le clocher, sur le pignon de la façade, est percé de baies munies d'abat-sons et couvert d'une toiture à double pan. Les murs latéraux et le chevet sont percés de baies en plein cintre.

La chapelle Saint-Wendelin
Elle est bâtie en 1435 par l’échevin de la ville, Henri d’Achenheim.
En 1694, le plafond de la nef est restauré et des modifications d’ouvertures ont lieu aux XVIIème et XVIIIème siècles. Le mobilier est remplacé au XVIIIème siècle et les 2 autels latéraux rejoignent l’église paroissiale d’Albé en 1984.
Le chœur est situé derrière un arc diaphragme en arc brisé. Son autel possède un magnifique retable du XVIIIème siècle où trône Saint Wendelin entouré de Saint Mathieu et de Saint Jean-Baptiste.
La chapelle abrite : une cloche du XIIème siècle ; une piéta dans une niche, à l’intérieur de la nef, sous un crucifix ;  une cure baptismale de 1496 ; les statues d'une Vierge dorée et de Saint Joseph à l’emplacement des autels déménagés ;  un tableau de 1659 représentant Saint Wendelin (1) offert par Anne Barbara de Wallbrunn (+1661) veuve d'Ascario Albertini (1564/1639), seigneur banneret.  
La chapelle est inscrite aux Monuments Historiques en 1982.

Le cimetière
Il est désaffecté depuis 1859 mais possède encore quelques stèles et un curieux calvaire où se trouve un angelot assis tenant un ciboire.

L’ancienne synagogue
Elle est construite en 1841, en remplacement d’un bâtiment plus ancien, pour une communauté qui compte à l’époque 219 âmes. Un bâtiment annexe abrite un bain rituel, une salle de réunion et une école. L'association ARCHE rénove le bâtiment désaffecté en 1995 et le transforme en musée de pays.

L’église protestante
Elle est construite en 1895 en brique rouge. La communauté est une filiale de la paroisse de Schwindratzheim.

 Personnages liés à la commune 

Auguste Kassel (1862/1931) médecin de campagne et collecteur du folklore, des us et coutumes d’Alsace, est né et décédé à Hochfelden.

Jean pierre hirschJean Pierre Hirsch (1948/-, portrait de droite) historien, professeur d'histoire-géographie pendant de nombreuses années au collège de Hochfelden, auteur notamment d'une thèse Les débits de boisson dans les petites ville d'Alsace de 1848 à 1914.

Jean Baptiste Bouffleur (1766/1833) prêtre réfractaire sous la Révolution Française, curé à Ingwiller puis à Minversheim et enfin curé à Haguenau, est né à Hochfelden. Une rue porte son nom.

François Joseph Thierse (1815/1880) prêtre missionnaire à l'île Maurice, supérieur de la Communauté de Notre-Dame du Grand Port, est né à Hochfelden.

Peter Ober (1813/1869) pionnier de l'alpinisme, né à Hochfelden. Il a largement contribué à l'essor touristique de Interlaken en Suisse. Il est nommé Interlakens Guter Geist.

François Xavier Corbet (1836/1914) missionnaire spiritain, préfet apostolique à Pondichéry (Inde) puis premier évêque de Madagascar Nord, né à Hochfelden et enterré en sa cathédrale de Diego-Suarez (Antsiranana).

 Evolution de la population 

Hochfelden 67 demo

 Nos ancêtres de Hochfelden … 

Hochfelden 67 ancetres 1

 Carte de Cassini 

Hochfelden 67 cassini

 

 


 

Notes :
(1) C'est une des plus ancienne illustration de ce personnage fils d'un roi d'Ecosse du VIème siècle qui aurait abandonné ses privilèges pour devenir un berger priant Dieu pendant que paissent ses moutons.
Saint Wendelin est le patron des animaux domestiques.

 


 

Sources
Sites, blogs, photos et lecture : Wikipedia. 

Date de dernière mise à jour : 28/07/2020