Aux pays de mes ancêtres

VISAGES DE LA MOSELLE

Voir en plus grand et avec davantage de détails, cliquez sur Oeil

 

 

Du VIIème et XIXème siècle

14 familles d‘ancêtres dont 6 de la noblesse (roi, duc, comte…)  
ont vécu dans ce département
28 individus dans 6 villes ou villages

où 38 actes ont été enregistrés :
12 naissances/baptêmes °
13 unions x
et 13 décès +

 

Les familles …

Les familles 57

dans les villes

Tableaux villes moselle

Voir détails pour chacun dans les communes concernées.

 

Quelques détails historiques

 

 Foulques III d’Anjou dit le Noir (972/1040) 

Il décède à Metz le 21 juin 1040. Voir page « Visages d’Indre-et-Loir ».

Thierry II d’Austrasie dit le Jeune (587/613)  Roi de france

Famille : Mérovingiens.
Fils de Childebert II, roi d’Austrasie et de Burgondie, et de son épouse Faileube.

Mon arbre généalogique : n° sosa 61 826 348 158 784++ en 46ème génération.

Biographie : Il est roi des Burgondes de 595 à la mort de son père, tandis que son frère aîné Thibert II (585/612) devient roi d'Austrasie. La régence revient à sa grand-mère paternelle, la reine Brunehilde.
Il est roi des Francs d’Austrasie et de Burgondie en 612 et 613.
En 600, Thibert et Thierry font alliance contre Clotaire et le vainquent à Dormelles (près de Montereau). Clotaire est privé de la plus grande partie de son royaume, qui est partagé entre les deux frères.
Brunehilde est chassée de la cour de Metz et se réfugie auprès de Thierry, accompagnée de Théodeline, sœur de Thierry.
En 607, le projet de mariage avec Ermenberge avorte et le père de celle-ci (voir § suivant), Wittéric, conclut en réaction une série de pactes avec plusieurs voisins de Thierry : Thibert II d'Austrasie, Clotaire II de Neustrie, et Agilulf, roi des Lombards. La Chronique de Frédégaire indique que Thierry eut vent de leur alliance, mais la traita avec mépris.
610 est marqué par la guerre entre les deux frères. L'enjeu est au départ la possession de l'Alsace attribuée à Thierry en 595. Thibert est vainqueur ; Thierry lui cède l'Alsace lors de l'entrevue de Seltz.
Il fait alliance avec Clotaire II, en lui promettant la restitution de la partie de la Neustrie accaparée par Thibert. Au mois de mai 612, il remporte la victoire lors des batailles de Toul et de Tolbiac (actuelle Zülpich près de Cologne).
Il s'attribue le royaume d'Austrasie, après l'élimination de Thibert et de son fils Mérovée.
Il meurt en 613 à Metz, empoisonné (ou de dysenterie), laissant son royaume à son fils aîné Sigebert II, qui ne règne guère puisqu'il est capturé avec son frère Chramn et la reine Brunehilde et exécuté avec eux sur ordre de Clotaire II. Saint colomban de luxeuil 543 615Mérovée, filleul de Clotaire II, échappe à la mort, mais est enfermé dans un monastère colombanien (saint Colomban de Luxeuil, 543/615, portrait ci-contre) pour le restant de ses jours.
Le royaume franc est réunifié par Clotaire II.

Unions et descendance : En 607, un mariage est projeté  avec la princesse Ermenberge, fille du roi wisigoth Wittéric, dont le royaume est adjacent à celui de Thierry par la Septimanie (Languedoc). Thierry envoie à Tolède l'évêque de Lyon, Arigius, et le connétable Eborin, qui s'engagent au nom de Thierry à ce qu'Ermenberge ne soit jamais privée de son statut de reine. La cérémonie n'a pas lieu... Ermenberge est renvoyée à Tolède, mais Thierry conserve sa dot.
Thierry a des enfants de ses relations avec plusieurs concubines : Sigebert, Childebert, Chramn, Mérovée…
Ce qui lui vaut d'être blâmé par saint Colomban, qui refuse de bénir ses enfants sous le prétexte qu'ils sont  nés de prostituées.

 Lothaire Ier de Lotharingie d’Italie (795/855)  EmpereurRoi de france

Famille : Il est le fils de Louis Ier dit le Pieux, roi d’Aquitaine et empereur d’Occident,  et de son épouse Ermengarde de Hesbaye.

Mon arbre généalogique : n° sosa 241 509 172 490++ en 38ème génération.

Biographie : Il est roi des Lombards, de Lotharingie et empereur d'Occident.
En 814, son père lui confie le gouvernement de la Bavière, puis en juillet 817, l'associe à l’Empire, et le déclare seul héritier. Il assigne à ses fils puînés, Pépin et Louis, une part du territoire avec un rôle subordonné.
Également reconnu comme roi des Francs, Lothaire Ier est envoyé en Italie, où il prend en 820 le titre de roi des Lombards, et s’installe à Pavie.
Le 5 avril 823 à Rome, il est couronné co-empereur par le pape Pascal Ier.
En 829, Louis le Pieux jette les bases d'un partage nouveau, favorable à son plus jeune fils Charles, né en 823 de sa seconde épouse Judith de Bavière. Lothaire se révolte alors contre son père et entraîne ses deux frères Louis le Germanique et Pépin Ier d'Aquitaine. Ils le détrônent  une première fois en 830. Mais Lothaire est battu et ne conserve que l'Italie et le Royaume franc proprement dit est attribué à ses trois frères. La rivalité qui ne cesse d'exister entre Judith et ses beaux-enfants amène la crise de 833 qui voit la déposition de Louis dit le Pieux par ses fils. Lothaire s'empare du pouvoir souverain ; une nouvelle répartition du territoire écarte les prétentions de Charles.
L’année suivante, Louis et Pépin se rapprochent de leur père et Lothaire est contraint de prendre la fuite. Le vieil empereur est restauré le 1er mars 834.
En 839, réconcilié avec Lothaire, Louis le Pieux opère un nouveau partage à Worms. Lothaire reçoit, outre l'Italie, la portion orientale du Royaume Franc.
Après la mort de son père en 840, ses deux frères, Louis dit le Germanique et Charles, refusent de le reconnaître comme suzerain. Lothaire tente alors d'envahir leurs États, mais ceux-ci se liguent contre lui et, en juin 841, obtiennent la victoire à la bataille de Fontenoy-en-Puisaye dans l’Auxerrois.
Le 14 février 842, les deux vainqueurs renforcent même leur alliance par les serments de Strasbourg. L'année suivante, ils lui imposent le Traité de Verdun qui lui permet de conserver le titre impérial, et lui octroie la Francie médiane, un domaine long et étroit allant de la Mer du Nord jusqu'au sud de Rome et incluant la capitale de l'Empire carolingien, Aix-la-Chapelle.
Peu de temps avant de mourir en 855, Lothaire abdique pour aller s’enfermer dans l’abbaye de Prüm. Avant d'y mourir, il a soin de partager son empire entre ses trois fils : Louis reçoit le royaume d’Italie avec le titre d’empereur, Charles la Provence jusqu’à Lyon, et Lothaire II le reste, toute la partie Nord de l'empire, de la Frise jusqu'au Sud de l'actuel département de la Haute-Marne. Ce dernier domaine s’appelle la Lotharingie, (royaume de Lothaire).
À la fin de sa vie, il comble les abbayes de Murbach, de Lièpvre, d'Erstein, de Saint-Étienne à Strasbourg et de Munster.

Union et descendance : En octobre 821 à Thionville, Lothaire épouse Ermengarde, fille du comte Hugues III de Tours (voir ci-après) et de son épouse Ava de Morvois. Le couple a au moins 8 enfants :
- Louis II dit le Jeune (825/875), empereur d'Occident,
- Ermengarde (825/866) qui épousera Gislebert de Maasgau,
- Lothaire II de Lotharingie (835/869) qui épousera en premières noces Theutberge, puis épouse en secondes noces Waldrade,
- Hiltrude (826/866),
- Rotrude,
- Charles de Provence (845/863), roi de Provence,
- Gisèle (830/860), abbesse de Saint-Sauveur de Brescia,
- Berthe (830/852), abbesse d'Avenay en Champagne

D'une maîtresse nommée Doda,  il a : Carloman (853/-)

 

Les comtes de Metz 

Il y a à Metz deux sortes de comtes :
- Les comtes royaux, investis par le roi des Francs, puis par le roi de Germanie.
- Les comtes palatins, nommés par les évêques de Metz pour gérer leurs affaires ; ils exercent en même temps que les comtes royaux.
Au XIème siècle, l’influence de l’empereur germanique, héritier des rois de Germanie, s'éloigne, les comtes royaux deviennent ducs de Lorraine alors que les évêques, résidant sur place, concentrent de plus en plus en leurs mains le pouvoir temporel dont ils délèguent l'exercice à leurs comtes palatins qui deviennent des comtes épiscopaux.

 Adalhard de Metz dit le Sénéchal (805/878)  Comte de france

Famille : noble Carolingiens, rattaché aux Girardides.
Il est le fils de Leuthard Ier de Fézensac, comte de Paris, et de son épouse Grimhilde d’Aquitaine.

Mon arbre généalogique : n° sosa 483 018 345 064++ en 39ème génération.

Biographie : Il est sénéchal de l'empire carolingien sous le règne de Louis Ier dit le Pieux (778/840) et comte royal de Metz.
Vers 840, il prend le parti des enfants de l'empereur contre leur père, puis celui des fils cadets, Louis II dit le Germanique (806/876) et Charles II dit le Chauve (823/877), contre leur aîné Lothaire  Ier (795/855).
Il incite Charles dit le Chauve à épouser Ermentrude d'Orléans, fille de sa sœur, Engeltrude de Fézensac, et du comte Eudes d'Orléans.
Après le partage de l'empire en 843, au Traité de Verdun, il suit Louis II dit le Germanique en Francie Orientale.
Compromis en 861, lors de la révolte de Carloman de Bavière (830/880) contre son père, il s'enfuit de Germanie pour se réfugier à la cour de Charles II dit le Chauve, qui lui donne la Marche de Neustrie, avec la mission de la défendre contre les Normands. Cette faveur suscite la jalousie des Rorgonides, puissamment implantés dans le Maine, qui se révoltent et se rallient à Salomon de Bretagne.
Afin de ramener la paix, Charles le Chauve lui retire la Marche de Neustrie pour la donner au rorgonide Gauzfrid du Maine.

Union et descendance : d'une épouse inconnue, il a au moins 3 enfants :
- Étienne,
- Une fille, fiancée en 865 à Louis le Jeune, fils de Louis le Germanique,
- Adalhard IV qui lui succède comme comte royal de Metz.

 Adalhard IV de Metz (+890)  Comte de france

Famille : Fils du précédent.

Mon arbre généalogique : n° sosa 241 509 172 532++  en 38ème génération.

Biographie : Il succède à son père comme comte royal de Metz de 878 à 890.

Union et descendance : d’une épouse inconnue, il a au moins 2 enfants, Matfried et Gérard Ier.

Gérard Ier de Metz (875/910)  Duc

Famille : Fils du précédent.

Mon arbre généalogique : n° sosa 120 754 586 266++ en 37ème génération.

Biographie : Il est comte royal de Metz, comte de Wetterau et de Rheingau, duc de Lotharingie.
Il essaye en vain, avec ses frères Stéphane et Matfried Ier, comte d’Eifel, de régner sur la Lotharingie.
Tous les trois entrent en conflit en 897 avec le roi de Lotharingie, Zwentibold (870/900). Ils sont tout d’abord repoussés mais se réconcilient peu de temps après.
Vers 900, il prend la tête d’un soulèvement, avec son frère Matfried et défont l'armée de Zwentibold et le tuent sur le champ de bataille près de l’abbaye de Susteren sur la Meuse.
Vers 904, le roi Louis IV de Germanie dit l’Enfant (893/911), lui confit ainsi qu’à Conrad de Franconie dit l’Ancien, le gouvernement de la Lotharingie. Il devient duc de Lotharingie.
En 906, allié à son frère Matfried, il entre en guerre contre le comte Conrad.
Les Magyars (Hongrois) vainquent les armées de Louis IV dit l’Enfant le 22 juin 910 près d’Augsbourg, il est tué dans cette bataille.

Union et descendance : Il épouse en 902 Oda de Saxe (880/952), fille d’Otton Ier, duc de Saxe, et veuve de Zwentibold. Le couple a plusieurs enfants :
- Hermann Ier de Souabe (903/949), duc de Souabe, qui épousera Reginlinde Unruochinger,
- Othon IV de Wetterau (903/949), comte de Wetterau, qui épousera Cunégonde de Vermandois,
- Godefroid de Metz (910/950), comte du Jülichgau, qui épousera Ermentrude de France,
- Wigfrid (+ 953), abbé de Sainte-Ursule de Cologne, puis archevêque de Cologne de 924 à 953,
- Oda de Metz  (+ 963), mariée à Gozlin d’Ardenne, comte de Bidgau et de Methingau, puis abbé de Gorze,
- une fille,
Veuve à nouveau, Oda de Saxe se remarie avec Eberhard, comte en Oberlahngau.

 Matfried Ier de Metz (860/930)  Comte de france

Famille : Frère du précédent.

Mon arbre généalogique : n° sosa 241 509 172 992++ en 38ème génération.

Biographie : Il est comte d’Eifel, puis comte royal de Metz de 926 à 930.

Union et descendance : Il épouse Landsinde et a un fils Adalbert Ier qui lui succède.

 Adalbert Ier de Metz (905/944)  Comte de france

Famille : Fils du précédent.

Mon arbre généalogique : n° sosa 120 754 586 496++ en 37ème génération.

Biographie : Il nait en 905. Il est comte royal de Metz de 930 à 944.

Union et descendance : Il épouse Liutgarde de Trèves, fille de Wigéric de Bidgau. Elle épousera en seconde noces , Eberhard IV, comte du Nordgau.
Le couple a au moins 1 fils : Matfried II.

 Hugues III d’Alsace de Tours dit le Peureux (765/837)  Duc

Famille : des Ethichonides.
Il est le fils de Luitfrid II de Sundgau et de son épouse Hiltrude de Wormsgau.

Mon arbre généalogique : n° sosa 241 509 181 446++ en 38ème génération.

Biographie : Il nait vers 775 à Thionville.
Il est comte de Tours et duc de la Haute-Alsace.
En 811, il est nommé par Charlemagne ambassadeur de Constantinople, charge qu'il conserve jusqu'en février 828 quand il est destitué de cette fonction par Louis Ier dit le Pieux pour avoir tardé à porter secours à Bernard de Septimanie qui combattait les Sarrazins commandés par Abou Marvan au Sud de l'Aquitaine. Lui et le comte Matfried d'Orléans sont sévèrement réprimandés par le roi qui les destitue de leur titre. C'est à la suite de cet épisode que le surnom de Peureux lui est attribué.
Il est  le bienfaiteur de l'abbaye Sainte-Marie de Niedermunster à Saint-Nabor près du Mont Sainte-Odile en Basse-Alsace.
Il a pour adversaire les fils de Guillaume de Gellone, petit-fils de Charles Martel, Bernard de Septimanie, Gaucelme, comte de Roussillon et leur parent Bernard de Gothie qui soutiennent l'empereur Louis Ier dit le Pieux, alors qu’il soutient son gendre, Lothaire Ier (voir plus haut).
En juin 833, Louis dit le Pieux est fait prisonnier par ses propres fils au champ du Mensonge, près de Colmar à la suite d'une révolte fomentée par Lothaire. En 835, il est remis sur son trône et vient à Thionville pour tenir la diète convoquée pour le mois de février. Lothaire se rend à l'invitation de son père avec le comte Hugues qui le soutient. En 834, Lothaire est contraint de se soumettre à son père et implore sa grâce et celle du comte Hugues.
Hugues est rétabli  dans toutes ses terres de l'Alsace sans toutefois qu'il puisse y exercer une quelconque autorité. Il perd son comté et une partie de ses biens et s’exile avec Lothaire en Italie où il meurt le 20 octobre 837 de la peste.
Il est inhumé dans l’église Saint-Jean-Baptiste de Monza en Lombardie  où son épouse le rejoint deux ans plus tard.
Peu avant sa mort, avec son frère Leuthard, il donne des terres situées à Echéry, au Petit Rombach (secteur de Sainte-Croix-aux-Mines) à sa fille Ermengarde qui y fait construire en 836 un petit sanctuaire qui deviendra, une centaine d'années après, un prieuré bénédictin dirigé par un moine de l'abbaye de Gorze.
Il lègue ses biens à la chapelle Saint-Jean-Baptiste de Monza.

Union et descendance : Il épouse Ava de Morvois d’Alsace fille de Guerry de Morvois et de son épouse Eve de Sulichgau. Ils ont plusieurs enfants :
- Ermengarde de Tours (804/851), qui épousera Lothaire Ier à Thionville en 821 (voir plus haut).
- Hugues III d’Alsace dit le Méfiant (810/837),
- Liutfrid de Tours de Monza (812/865),
- Adélaïde de Tours (815/882), qui épousera Conrad Ier de Bourgogne,
- Tertulle d’Anjou (830/-),
- Bérenger d’Alsace de Tours (+ 838),
- Berthe de Tours, qui épousera Girart de Vienne, comte de Paris et de Fezensac, en 843.

 

 

 


 

Sources
Sites et photos : Wikipedia
Livres et revues : La chronique de Frédégaire.

Date de dernière mise à jour : 17/11/2017