Cliponville

Cliponville adm

Ce petit village rural du Pays de Caux est situé sur la plaine à la naissance de la Durdent.
Les communes d’Ancourteville-sur-Héricourt, Rocquefort, Saint-Pierre-Lavis et Thiouville sont les plus proches.

Drapeau francais fond blancHistoire

Domaine (villa) du seigneur scandinave Klippon.
A l'époque Gallo-romaine, Cliponville est traversée par la voie (chaussée) qui relie Lillebonne à Dieppe et se situe sur la route du pèlerinage du Précieux Sang.
Deux hameaux portent encore le nom de chaussée, la Chaussée Saint-Pierre et la Chaussée d'Ancourteville.
Au XIIème siècle, Cliponville appartient à l'Archevêque de Rouen qui y a droit de justice.
En 1425, le Curé de Cliponville obtient du Roi Henri V d'Angleterre la seigneurie du lieu au préjudice de l'Archevêque.
La Révolution détruit deux chapelles, Saint-Nicolas et Notre Dame des Devises, fondées par les sires de Normanville. En 1313, Hugues de Normanville en fait don aux archevêques de Rouen. Mais en 1320, Guillaume Louvel, sire de Normanville, tente de revenir sur cette donation, en vain « un bienfait reproché tient toujours lieu d’offense », et un procès l’oppose à  Guillaume de Durfort, archevêque de Rouen. La chapelle est annexée à la cure de Cliponville.

Seigneurs et gens de noblesse

Au Moyen Âge, le fief seigneurial est nommé les Bordes. Il dépend de la baronnie de Cleuville (citée en 1154, longtemps sous la dépendance du duché d’Estoutteville).
En 1503, le fief appartient au Comte de Tancarville.
Isaac de Normanville (famille protestante de Normandie, descendante de Saint Louis), chevalier,  seigneur de Boscaule, Cliponville, Hardenville, Hautôt-Saint-Supplix… lieutenant civil et criminel au bailliage de Caux pour le siège de Cany, épouse Madeleine de Boivin de Bonnetot en 1664. Puis, Cliponville passe entre les mains d'une famille de très ancienne noblesse, les des Champs de Bois Hébert, qui descendent de Gilles des Champs, évêque de Coutances de 1408 à 1413 et cardinal.
En 1670, Antoine Adrien, Joseph des Champs de Bois Hébert, chevalier, seigneur et haut justicier de Costecoste, des Landres, de Cliponville, d’Hardenville et de Montaubert, épouse Anne Boullays, fille de noble homme Charles Boullays, écuyer et conseiller du roi.
En 1713, Charles Adrien des Champs de Bois Hébert, fils du précédent, épouse Marie Elisabeth de Quiros.
En 1741, Antoine Adrien Joseph des Champs de Bois Hébert, fils du précédent, épouse Catherine Elisabeth Marie Gabrielle Auber.
En 1748, nait François Adrien Deschamps de Bois Hébert, fils du précédent. Il est reçu page du roi en 1762 puis devient capitaine de Cavalerie au Royal Etranger. En 1772, il épouse Gabrielle Chauvin d’Offranville. Il décède au château de Cliponville.
Raoul des Champs de Bois Hébert, fils du précédent,  né en 1784,  épouse Thorel de Bonneval.

Patrimoine

L’église Saint Martin d'origine gothique, dépendait directement de l'Archevêque de Rouen. Le portail Ouest, la tour clocher, la neuf, le chœur avec ses voutes et sa piscine à double cuvette date du XIIème siècle. La pyramide octogonale en pierre a été ajoutée au clocher à l’époque de la Fronde. Les arcs des fenêtres ont été retaillés en 1691, et la nef refondue. La pointe de la flèche du clocher est armaturée de fleurs de lis entremêlées en plomb.

Le calvaire du hameau des Devises.

Les vestiges du château construit au XVIIème siècle par la famille des Champs de Bois Hébert, puis vendu à M. Lucas qui le détruit presque entièrement pour payer ses dettes.
Aujourd’hui il ne reste que l’aile du château et la partie droite reconstruite avec les matériaux restant de la démolition.

Le Manoir «le Haguet» à Rucquemare est construit au XVIIème siècle. L’aile droite est construite en 1834 et l’aile gauche en 1899. Aujourd’hui c’est une ferme avec son colombier.

La chapelle Saint-Nicolas, antérieure au XIVème siècle, et la chapelle Notre-Dame des Devises, vendue en 1791 pour 8400 Livres,  sont complètement détruites à la Révolution.

Il y aurait eu également une chapelle au hameau de Rucquemare, réunie à l'hôpital de Grainville au début du XVIIIème siècle.

Personnage lié à la commune

André Lefebvre 1872/1941, écrivain local connu sous le nom de Léo de Kerville, repose dans l’église Saint Martin.

Evolution de la population

Cliponville demo

Hameaux, lieux dits et écarts

Grémonpré, Hardanville, La chaussée d’Ancourteville, La chaussée Saint Pierre, Le Bout Joyeux, La Mare Boursaye,  Le Haquet,  Le Hangar, Les Devises, Rucquemare.

Nos ancêtres de Cliponville …

Naissance/Baptême :
LEMONNIER Donatien Modeste (sosa 124G7) le 17 avril 1818.
SAUNIER Catherine Henriette (sosa 249G8) le 23 juillet 1785.
SAUNIER Adrien (sosa 996G10) le 3 novembre 1704.
SAUNIER Pierre Adrien (sosa 498G9) le 5 mai 1745.

Unions :
LEMONNIER Donatien Modeste (sosa 124G7) avec BUQUET Léocadie Joséphine (sosa 125G7) le 17 septembre 1843.
LEMONNIER Jean Pierre (sosa 248G8) avec SAUNIER Catherine Henriette (sosa 249G8) le 23 juillet 1816.
SAUNIER Adrien (sosa 996G10) avec HEMARD Marie Anne (sosa 997G10) le 17 janvier 1733.
SAUNIER Jean (sosa 1992G11) avec FRIGOT Marguerite (sosa 1993G11) le 17 janvier 1701.
SAUNIER Pierre Adrien (sosa 498G9) avec GREVERAN Catherine (sosa 499G9) le 18 octobre 1773.
TALBOT Guillaume (sosa 2020G11) avec VIMER Anne (sosa 2021G11) le 17 janvier 1694.

Décès/inhumations :
HEMARD Marie Anne (sosa 997G10), veuve de SAUNIER Adrien (sosa 996G10), le 17 mai 1784.
Monnier jean pierre 1810LEMONNIER Jean Pierre (sosa 248G8), époux de SAUNIER Catherine Henriette (sosa 249G8), le 7 octobre 1838. Il était toilier, tisserand. Sa signature ci-contre en 1810.
LEMONNIER Pierre Jean Baptiste (sosa 496G9), veuf de HERVIEU Anne (hs) et époux de TELIER Marie Anne Françoise Jeanne Thérèse (sosa 497G9), le 24 décembre 1810. Il était tisserand.
FRIGOT Marguerite (sosa 1993G11), veuve de SAUNIER Jean (sosa 1992G11) et épouse de BEUZ Guillaume (hs), le 8 avril 1742.
SAUNIER Catherine Henriette (sosa 249G8), veuve de LEMONNIER Jean Pierre (sosa 248G8), le 17 mars 1847. Elle était lingère, tisserande.
SAUNIER Adrien (sosa 996G10), époux de HEMARD Marie Anne (sosa 997G10), le 26 octobre 1762. Il était domestique, journalier.
SAUNIER Jean (sosa 1992G11), époux de FRIGOT Marguerite (sosa 1993G11), le 21 avril 1717.
SAUNIER Pierre Adrien (sosa 498G9), époux de GREVERAN Catherine (sosa 499G9), le 18 mars 1817. Il était charron. Sa signature ci-dessous en 1787.
TALBOT Jacques (4040G12), époux de MIGNOT Marie (sosa 4041G12) le 27 août 1693.
TELLIER Marie Anne Françoise Jeanne Thérèse (sosa 497G9), veuve de LEMONNIER Pierre Jean Baptiste (sosa 496G9), le 30 mars 1819.

Saunier pierre adrien 499g9 1787

 


 

Sources
Sites et photo :
Wikipedia, Communauté de Communes Cœur de Caux.

Livres et documents : La famille des Champs de Bois Hébert  par Pierre Georges Roy, 1906.
Répertoire archéologique du département de la Seine Inférieure, par l’abbé Cochet, 1871.
Les églises de l’arrondissement d’Yvetot, Tome 1, par l’abbé Cochet, 1853.

Date de dernière mise à jour : 08/07/2016