PRESENTATION DU DEPARTEMENT

 

1024px hauts de seine 92 logo 2014Hauts de seine adm

Le département des Hauts-de-Seine de la région Ile-de-France fait partie intégrale de la Métropole du Grand Paris. Il est limitrophe des départements de la Seine-Saint-Denis, du Val-d'Oise, des Yvelines, de l'Essonne, du Val-de-Marne et de Paris.Langfr 280px departement 92 in france red zoom 2016 svg
Avec les départements de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, les Hauts-de-Seine forment une ceinture autour de Paris, appelée la Petite Couronne.

100px blason hauts de seine

 

Héraldique :
Parti d'azur à une fleur de lys d'or et de gueules à une nef d'argent, au chef d'argent chargé d'une fasce ondée d'azur. 

 

Toponymie :
Le département est en majorité issu du département de la Seine, originellement Paris. Une portion importante du département correspond à ce qui était les hauts du département de la Seine, dominant l'ancien département.

Hydrographie :
La Seine borde 17 des 36 communes des Hauts-de-Seine.
36 ponts, dont 24 ponts routiers et 4 ponts ferroviaires, y enjambent la Seine. Parmi ces ponts, l'on trouve notamment le pont de Neuilly qui est le plus important pont urbain d'Europe en termes de trafic routier, le pont ferroviaire d'Asnières qui, avec ses 10 voies, est le pont ferroviaire le plus large d'Europe, et le pont de Saint-Cloud qui est le plus ancien des ponts des Hauts-de-Seine, sa première version remonte au IXème siècle.

Histoire :
Le territoire a de très longue date été occupé par l'homme, notamment à l'époque Gallo-romaine.
De nombreux souverains s’y sont installés et de grands évènements historiques y ont eu lieu :
Henri iiiL’assassinat d’Henri III (1551/1589, photo de gauche), dernier roi de la dynastie des Valois.
Afin de mener le siège de Paris, il s’installe au château de Saint-Cloud qui appartient à Jérôme de Gondi (1550/1504 d’une famille de financiers florentins arrivés en France en 1543 à la suite de Catherine de Médicis). Le 1er août 1589 Jacques Clément, moine dominicain, ligueur fanatique, Philippe of france duke of orleans 1640 1701parvient à se faire introduire auprès du roi sous prétexte de lui délivrer un message important et le blesse mortellement. Les gardes ayant entendu les cris du roi se jettent sur le moine qu’ils transpercent à leur tour. Henri III, avant de s’éteindre le 2 août, exige qu’Henri de Navarre, futur Henri IV (1553/1610) soit reconnu pour lui succéder sur le trône.
Le château de Saint-Cloud et Philippe d’Orléans dit Monsieur (1640/1701, photo de droite), frère du roi Louis XIV, qui est à l’origine de l’agrandissement et de l’embellissement du château et de son parc, constituant ainsi un des plus fameux domaines de l’Ouest parisien.250px cardinal de fleury by rigaud
Issy-les-Moulineaux et André Hercule de Fleury (1653/1743, photo de gauche) précepteur et principal ministre du jeune roi Louis XV.
Louis IV Henri de Bourbon-Condé, duc de Bourbon, est nommé premier ministre de Louis XV en 1723. Il tente de disgracier auprès du roi, le cardinal de Fleury dont il est jaloux de l’influence. Fleury se réfugie au séminaire d’Issy-les-Moulineaux d’où Louis XV le fait rappeler prestement avant de se séparer de son ministre.180px madame de pompadour
La Marquise de Pompadour (1721/1764, photo de droite) et le château de Bellevue à Meudon qui occupe une place particulière dans la vie de la marquise, dans le soin qu’elle a pris de cette demeure et pour son lien avec la Manufacture de Sèvres. Jeanne Antoinette Poisson, épouse du fermier général Charles Le Normant d’Etiolles, devient en 1745 la maîtresse déclarée du roi Louis XV qui lui offre en 1748 un terrain surplombant la Seine, face à l’île Seguin. La favorite, protectrice des arts, y fait édifier une vaste demeure, d’une élégante simplicité en faisant appel aux plus grands artistes de son temps. En 1750 le château de Bellevue est achevé. En 1754, elle y fait construire deux glacières puis en 1757, cède son domaine au roi qui le fait remanier. Elle y conserve toutefois un appartement jusqu’à sa mort en 1764. A la mort de Louis XV, la propriété revient à ses filles, Mesdames Adélaïde et Victoire, qui y aménagent un jardin anglais.
Le massacre des Gardes Suisses (photo de gauche) en 1792
Au XVIIIème siècle, le territoire n'est qu'une juxtaposition de Gardes suisses sous louis xvivillages et de champs (céréales, légumes et surtout vigne). Il est directement impacté par les événements se déroulant à Paris durant la Révolution Française.
Le matin du 10 août 1792, le roi Louis XVI quitte le palais des Tuileries défendu par 900 Gardes Suisses. Un coup de feu venant de leurs rangs donne le signal à de sanglants combats entre défenseurs et assaillants. Lorsqu’enfin, le cesser le feu est ordonné par le roi, de nombreux morts jonchent le sol. Aussitôt, les Gardes-Suisses sont livrés à la fureur des assaillants qui en massacrent un très grand nombre. Les survivants fuyant vers leurs casernes de Rueil et de Courbevoie, sont arrêtés aux barrières de Neuilly ou du Roule.  Le 14 août, tous les Gardes Suisses qui se trouvent encore dans les casernes sont emprisonnés. Après un simulacre de jugement, le verdict inéluctablement rendu est à la force ; sortis du guichet, ils sont immédiatement déchiquetés par les piques des massacreurs. Presque tous exterminés, certain sont inhumés à la chapelle expiatoire.
220px bonaparte premier consul gerard chantillyLe Coup d’Etat du 18 Brumaire an VIII (1799) organisé par Emmanuel Joseph Sieyès et exécuté par Napoléon Bonaparte (photo de droite), marque la fin du Directoire et de la Révolution française, et le début du Consulat. Si les événements déterminants se produisent le 19 brumaire au château de Saint-Cloud, où le Conseil des Cinq-Cents et le Conseil des Anciens sont réunis, c'est le 18 que la conjuration met en place les éléments nécessaires au complot.
En 1815, les Prussiens occupent Issy-les-Moulineaux  tandis que les Français ont à l'entrée du village un poste d'observation, les deux partis s'attendent à combattre, lorsque la capitulation est signée à Saint-Cloud.
La Guerre Franco-Prussienne de 1870
La seconde bataille de Buzenval à lieu à Rueil-Malmaison, Garches et Saint-Cloud le 19 janvier 1871. Les troupes assiégées dans Paris tentent une sortie en direction de Versailles. Mais, cette sortie insuffisamment préparée et d'un intérêt stratégique discutable, imaginée et conduite par le général Louis Jules Trochu, gouverneur militaire de Paris et président du gouvernement provisoire, pour calmer les Parisiens les plus bellicistes, est un échec.
Les Jeux Olympiques de 1924 au Stade de Colombes
Construit sur un ancien hippodrome, le stade de Colombes, acheté par le journal « le Matin » et inauguré en 1907, devient stade olympique grâce aux travaux de l’architecte Louis Faure-Dujarric. Ces jeux sont marqués par l’apparition du premier village olympique inst220px ydm portraitallé en bordure du stade pour loger les athlètes. Autre nouveauté, la retransmission à la radio permet à un public plus important de suivre les épreuves en direct. Le 5 juillet 1924, 40 000 spectateurs assistent à la cérémonie d’ouverture.
Sur le site de Colombes se déroulent principalement les épreuves d’athlétisme, de rugby, de football et le départ et l’arrivée de l’épreuve de cyclisme sur route. Les compétitions d’aviron ont lieu sur le bassin de Colombes-Argenteuil.
A partir de 1928, le stade de Colombes porte le nom qu’il conserve toujours aujourd’hui, le stade Yves du Manoir (1904/1928, photo de gauche, grand espoir de rugby du Racing Club de France décédé dans un accident d’avion).

Patrimoine /Tourisme :
Les édifices religieux
Le clocher de Châtenay-Malabry de style roman, l'église Saint-Hermeland de Bagneux de style gothique, l'église de Puteaux de style flamboyant, l’église Saint-Stanislas des Blagis à Fontenay-aux-Roses, l'église de Rueil-Malmaison, le Séminaire Saint-Sulpice d’Issy-les-Moulineaux…

Les châteaux
Le château de Malmaison (photo ci-dessous) entre dans l'histoire de France durant le Directoire, lorsque Marie Josèphe Rose Tascher de La Pagerie dite Joséphine de Beauharnais (1763/1814, photo de gauche), épouse de Napoléon Bonaparte, l'achète le 21 avril 1799 à Jacques Jean Le Couteulx du Molay. Napoléon Ier fait rénover et redécorer la bâtisse au goût du jour. Le château est le cœur du gouvernement français (avec les Tuileries) pendant le Consulat et Napoléon y séjourne régulièrement jusqu’en 1804 avant de choisir le château de Saint-Cloud plus digne de son nouveau rang. Il y vient cependant jusqu'à sa séparation d’avec Joséphine en 1809. Dès lors, le château devient la demeure principale de Joséphine, qui y mène une vie désœuvrée sans Bonaparte. Elle y reçoit le tsar Alexandre Ier de Russie, le 28 mai 1814, la veille de sa mort.
Entre 1803 et 1814, Joséphine, passionnée de botanique, envoie des botanistes à travers le monde pour enrichir la collection de sa roseraie. Le parc de plus de 6 ha reflète parfaitement la passion de l’Impératrice pour la botanique.

Rueil malmaison hauts de seine le chateau de malmaison


Le château de la Petite Malmaison (photo ci-dessous) construit en 1805 pour Joséphine est entourée d’arbres centenaires. L’Impératrice s’attache de tout son cœur à l’embellissement et à la décoration de cette Petite Malmaison, notamment, en transformant une partie de la bâtisse en grande serre chaude dans le but d’y faire pousser des plantes tropicales et extrêmement rares. Pour cela, elle fait appel à des artistes de renom. Aujourd’hui, demeure privée, la Petite Malmaison a conservé son charme d’antan.

Rueil malmaison hauts de seine le chateau de la petite malmaison

Le château de Sceaux (photo ci-dessous)
A l’emplacement de l’ancienne demeure des Colbert, détruite dans les premières années du XIXème siècle, Napoléon César Édouard Mortier (1804-1869), marquis puis duc de Trévise, et son épouse Anne Marie Lecomte, décident la construction d’un nouveau château. La première pierre est posée en 1856 et le décor intérieur achevé en 1862. Trois fois moins étendu que celui des Colbert, le château, présente des façades "brique et pierre", ainsi que de hautes toitures d’ardoise. Les Mortier de Trévise suivent la mode, répandue sous  le Second Empire, en faisant agrémenter leurs salons de réception et leurs appartements privés des styles historiques inspirés des XVIIème et XVIIIème siècles.
Le musée du Domaine départemental de Sceaux, créé en 1937 et situé au cœur du domaine, déploie ses collections dans plusieurs édifices prestigieux : le Château, l’Orangerie, le Pavillon de l’Aurore, le Petit Château et les Ecuries.

Sceaux hauts de seine le chateau

Le château Sainte-Barbe-des-Champs  à Fontenay-aux-Roses (photo ci-dessous)
Le premier édifice est élevé au XVIIIème siècle sur l'ancien terrain d'une demeure ayant appartenu à l'abbaye de Sainte-Geneviève, cédée en 1649 à un conseiller au Parlement de Metz. Après l'époque révolutionnaire, le château abrite jusqu'en 1831 l'institution Morin, où étudie Viollet-le-Duc (1814-1879), puis est vendu en 1851 au célèbre collège parisien Sainte-Barbe. En 1899, l'établissement ferme ses portes. La bâtisse devient propriété du séminaire de Notre-Dame-des-Champs, qui est obligé de s'en séparer en 1907.

Fontenay aux roses hauts de seine le chateau sainte barbe des champs

Le château de Saint-Cloud (photo ci-dessous)
Le 1er décembre 1852, dans la galerie d'Apollon, Napoléon III, rééditant le geste de son oncle, se fait investir par les grands corps de l'État à la dignité impériale. Chaque année, au printemps et à l'automne, Napoléon III et Eugénie établissent leur cour au château.
De Saint-Cloud, où il a déclaré la Guerre à la Prusse le 28 juillet 1870, Napoléon III part pour l'armée. Devenu quartier-général de l'armée allemande pendant le conflit, le château est bombardé et incendié le 13 octobre 1870 par les canons français postés au fort du Mont-Valérien pendant le siège de Paris.
Après la guerre, Saint-Cloud reste à l'état de ruines pendant plus de 20 ans, jusqu'à ce qu'elles soient rasées en 1892.
Il ne subsiste aujourd'hui que le parc de 460 ha dénommé officiellement Domaine national de Saint-Cloud.

Saint cloud hauts de seine le chateau en flammes cpa

Le pavillon de Breteuil dans le parc de Saint-Cloud, inauguré par Louis XIV en 1672 (photo ci-dessous)
Sur le domaine acheté par le roi pour son frère, le duc Philippe d’Orléans dit Monsieur, le Trianon du château de Saint-Cloud est construit à l’écart du château, à l’extrême Sud du domaine, près de Sèvres. Il domine des jardins en terrasses ornés de parterres et bassins qui descendent jusqu’à la Seine.
Nommé Pavillon du Mail sous Louis d’Orléans, petit-fils de Monsieur, il est remanié en 1743 pour le mariage de son fils Louis Philippe d’Orléans, duc de Chartres, et de la princesse Louise Henriette de Bourbon-Conti. Louis Auguste Le Tonnelier, baron de Breteuil, ministre de la Maison du roi et ministre de Paris, négocie en 1784 le rachat par Marie Antoinette du Domaine de Saint-Cloud au duc d’Orléans et devient administrateur du domaine et il fait du  pavillon du Mail sa résidence officielle. En 1799 le pavillon de Breteuil est occupé par l’armée et laissé en mauvais état. Restauré par Bonaparte qui s’installe dans le château de Saint-Cloud, il devient  Pavillon d’Italie, Napoléon en ayant fait la résidence du représentant du royaume d’Italie. Le bâtiment prend alors son aspect actuel : il est surélevé dans son milieu et les avancées octogonales aux deux extrémités s’arrondissent. Le pavillon accueille successivement le roi Jérôme de Westphalie, le plus jeune frère de Napoléon, Caroline Murat, reine de Naples, Louis Bonaparte, roi de Hollande et son fils le futur Napoléon III. Après son occupation par les Prussiens, le pavillon est de nouveau restauré et passe entre les mains de plusieurs dignitaires entre 1820 et 1848.
À la chute de Louis-Philippe en 1848, le pavillon de Breteuil dépend du ministère des Travaux publics qui loue la propriété. La princesse Mathilde Bonaparte, fille de Jérôme de Westphalie et cousine germaine du prince Louis Napoléon est l’une des plus célèbres locataires : elle y séjourne chaque été de 1849 à 1853.

Sevres hauts de seine le pavillon de breteuil

Le château de Meudon est notamment la résidence d’Anne de Pisseleu, duchesse d'Étampes (1508/1580), du cardinal Charles de Lorraine (1524/1574), d'Abel Servien (1593/1659), de François Michel Le Tellier marquis de Louvois (1641/1691) ainsi que de Louis de France Monseigneur dit le Grand Dauphin (1661/1711), qui lui adjoint en annexe le château de Chaville (aujourd'hui détruit).
Le château-vieux, incendié en 1795, est démoli à partir de 1803. Le château neuf est incendié en 1871 (gravure ci-dessous avant l'incendie), sa démolition est envisagée, mais conservé, il est transformé à partir de 1878 et sert de réceptacle à une lunette astronomique, avant d'être rattaché à l'Observatoire de Paris en 1927.
Idéalement situé entre Paris et Versailles, au cœur d'une abondante réserve de chasse, jouissant d'une topographie idéale pour de vastes jardins, il bénéficie d'aménagements somptueux de la part de ses propriétaires successifs, depuis la Renaissance jusqu'à la chute du Second Empire.
L'ensemble du domaine national de Meudon fait l’objet d’un classement au titre des Monuments Historiques en 1972.

Photographie chateau neuf intact avant 1871

Le château d’Asnières, le château d’Antony, le château Barral à Clamart, le château de Bourg-la-Reine… et des ruines de châteaux anciens comme le château de Neuilly dont il ne reste qu’une aile du XIXème siècle intégrée en 1907 dans le couvent de la Congrégation des Sœurs de Saint-Thomas de Villeneuve qui voisine avec la chapelle Notre-Dame-de-Bonne-Délivrance (la Vierge noire de Paris) consacrée en 1910.

Des maisons de célébrités
La maison d'Armande Béjart à Meudon
, veuve de Molière depuis 3 ans, elle achète cette ancienne demeure d'Ambroise Paré, en 1676 et y séjourne jusqu'à sa mort en 1700.
La maison de Chateaubriand à Châtenay-Malabry offre en 1807, à l’écrivain un refuge à l’écart de la scène politique qu’il doit quitter suite à la publication dans le Mercure de France de son article fustigeant le despotisme de Napoléon. Il s’y installe avec son épouse Céleste, la bâtisse n’est alors qu’une maison de jardinier. Chateaubriand y débute la rédaction des Mémoires d’outre-tombe, son œuvre la plus célèbre.
La maison des Jardies à Sèvres est, à l’origine,  une maison de vignerons construite à la fin du XVIIème siècle à la place actuelle de la Maison des Jardies. Transformée au XVIIIème siècle en maison de campagne dont le premier propriétaire célèbre est Honoré de Balzac qui s'installe sur ce coteau de Sèvres en 1837. Il fait construire dans le jardin une sorte de chalet. En 1840, harcelé par ses créanciers il quitte les lieux. En 1878, Léon Gambetta achète la maison où il se rend régulièrement pour se reposer. Lorsqu'il se retire de la vie politique, il se réfugie à la maison des Jardies en janvier 1882, en compagnie de sa maîtresse Léonie Léon. C'est dans cette demeure qu'il meurt, le 31 décembre suivant, à l'âge de 84 ans. Après la mort de Gambetta, la maison est donnée à l'État qui en fait un lieu de souvenir.

Des domaines, parcs, jardins, et forêts :
Le domaine national de Malmaison  et le bois de Saint-Cucufa à Rueil-Malmaison.
Le parc de Saint-Cloud et ses jardins dessinés par Le Nôtre (vidéo en bas de page).
Les arboretums de la Vallée-aux-Loups et du Val d’Aulnay à Châtenay-Malabry.
Le musée-jardin Paul-Landowski à Boulogne-Billancourt.
La forêt domaniale de Meudon.
Le bois de Boulogne à Neuilly/Boulogne-Billancourt…

Mais aussi :
De nombreux musées dont le Musée Nationale de la Céramique à Sèvres, l’Hippodrome de Saint-Cloud, l’Observatoire de Meudon, le Haras de Jardy à Marnes-la-Coquette, la Halle du parc de l’Ile Saint-Germain d’Issy-les-Moulineaux, le Mémorial de la France combattante au Mont Valérien à Suresnes, le cimetière des Chiens à Asnières-sur-Seine, la Grande-Arche du quartier de La Défense…

 

Dans ce département, 3 villes

ont été témoin de la vie (naissances/baptêmes/unions/décès/inhumations…)

de 4 individus du XXème siècle

 

Rtemagicc 20131202nouveaudecoupage png 2

Le département et ses cantons (2015)

 

 


 

Sources
Sites et photo : Wikipedia
Vidéo : YouTube, Jean-Paul Cerny

 

Date de dernière mise à jour : 30/04/2017