Aux pays de mes ancêtres

VISAGES DU NORD

 

Du Vème au XIXème siècle

98 familles d‘ancêtres dont 5 de la noblesse
ont vécu dans ce département
369 individus dans 33 villes ou villages

où 667 actes ont été enregistrés :
206 naissances
o(o)
239 mariages x
222 décès +(+)

 

Les familles …

Tableaux noms 1Tableau noms 2

 

dans les villes

Tableaux villes 1Tableaux villes 2 Tableaux villes 3Tableaux villes 4Tableaux villes 10Tableaux villes 7 Tableaux villes 11

 

 * Quelques détails historiques

 

 Clodion de Toxandrie dit Clodion le Chevelu (392/448) 

Famille : dynastie des Mérovingiens.
Il peut être le fils de Théodomir de Toxandrie (374/414), roi des Francs Saliens, de Thérouanne et de Cambrai, et de son épouse Blésinde de Cologne (375/418).

Mon arbre généalogique : n° sosa 989 221 475 172 992++ en 50ème génération.

Biographie : Il est le plus ancien roi de la dynastie des Mérovingiens dont l’existence soit certaine.
Vers le milieu du Vème siècle, Clodion pénètre avec son armée en territoire romain et s'empare du Cambrésis et de l'Artois méridional. Il fonde un petit royaume franc, dont héritera Clovis Ier, et qui est l'embryon du futur royaume de France.
Avant l'avènement de Clodion et depuis 342, les Francs saliens sont installés comme fédérés à l'intérieur de l'Empire romain, dans le Nord de la Gaule, en Toxandrie, entre les marais mosans, au Nord de l'actuelle Maastricht, et la forêt Charbonnière. Le 17 janvier 395, l'Empire romain est divisé en deux parties : l'Empire d'Orient et l'Empire d'Occident. À partir de 407, plusieurs peuples germaniques pénètrent en Gaule et s'y installent. Les Wisigoths fondent un royaume en Aquitaine, les Alains (peuple non germanique) prennent leurs quartiers près d'Orléans, les Burgondes et les Alamans s'établissent le long du Rhin. Durant le règne de Clodion, Valentinien III dirige la partie occidentale de l'Empire romain.
Clodion commence à régner vers 428. Il succède à son père le roi Théodomir. Il dirige le peuple des Francs Saliens depuis sa capitale, la forteresse de Dispargum, située à l'est du Rhin.
Vers 432, Clodion apprend que les villes de la province romaine de Belgique seconde sont sans défense : Aetius,  général romain chargé de la défense de la Gaule, a prélevé beaucoup de soldats de ces territoires pour combattre tour à tour les Burgondes, les Alains, les Francs rhénans, les révoltes antifiscales et les Wisigoths. Clodion décide de monter une expédition et mobilise toute son armée. Traversant la forêt Charbonnière, les Francs s'emparent de Tournai, emportent Cambrai et Arras au premier assaut et réduisent tout le pays des environs jusqu'à la Somme. Plus que des pillages faciles, Clodion cherche à conférer à son autorité de roi guerrier une assise territoriale. L'occupation perdure quelques années sans qu'Aetius tente d'y mettre fin.
En 448, Clodion, qui célèbre les noces d'un membre important de son armée au bourg d'Helena près d'Arras, est attaqué par le général Aetius et son lieutenant Majorien. Le général veut remettre au pas les Francs saliens qui ont annexé des territoires sans son autorisation. Clodion, pas préparé à l'affrontement, est contraint de fuir. Mais Aetius, qui n'a pas les moyens militaires pour occuper à nouveau le territoire, préfère renégocier avec Clodion et l’autorise à s'installer dans l'Empire, en l'occurrence sur les territoires qu'ils ont déjà conquis à Arras, Cambrai et Tournai (sa capitale).
Après plus d'une vingtaine d'années de règne, Clodion meurt peu avant l'an 451. Selon la coutume franque, son royaume est divisé entre ses fils. L'ainé, sans doute Mérovée, obtient la ville de Tournai et sa région. Un second héritier obtient Cambrai et un troisième Tongres.

Union et descendance : Il épouse Hildegonde de Cologne qui suit. Le couple a plusieurs enfants dont :
- Mévovée Ier (411/457)  roi des Francs, bien que peu de documents attestent de son existence.
- Chlodebaud de Cologne (420/483), roi des Francs Rhénans,
- Lambert de Thérouanne (425/451) roi de Thérouanne.

  Hildegonde de Cologne (399/450)  

Famille : Elle est la fille de Marcomir de Cologne, roi de Cologne, et de son épouse Hildegonde de Lombardie (375/425).

Mon arbre généalogique : n° sosa 989 221 475 172 993++ en 50ème génération.

Biographie : Elle décède vers 450 à Cambrai.

Union et descendance : Elle épouse vers 414, Clodion de Toxandrie dit le Chevelu  (voir descendance ci-dessus).

 Childéric Ier (436/481) 

Famille : dynastie des Mérovingiens.
Il est le fils de Mérovée, roi des Francs de 448 à 457.

Mon arbre généalogique : n° sosa 989 221 475 172 544++ en 50ème génération.

Biographie : Il est né à Cambrai vers 436.
Il est roi des Francs Saliens de 457 à 481,  premier roi de la dynastie des Mérovingiens dont la filiation soit attestée et gouverneur romain de la province de Belgique seconde.
Païen, Childéric est le seul des rois barbares à ne pas être arien, ce qui lui procure l'attention des élites locales et de l'épiscopat.
À la mort d'Aetius et durant le règne de Childéric, le général Aegidius commande l'armée romaine dans le bassin parisien. Un militaire, le comte Paul, est responsable de la Marche Maritime allant de la Somme à la Loire.
A partir de 466, Le royaume Wisigoth de Toulouse est la première puissance d'Europe occidentale, véritable État souverain. Euric, roi des Wisigoths, et ses forces arrivent dans le Val de Loire et contrôlent Tours. Childéric joue alors un rôle majeur dans les derniers succès emportés sur les Saxons, les Wisigoths et les Alamans en soutenant les garnisons romaines qui résistent. Les Francs Saliens aident Aegidius contre les Saxons et les Wisigoths sur la Loire et dans la Bataille d'Orléans en 463. Ils participent aux combats contre les Wisigoths à Tours avec le comte Paul, puis en 469 au siège d'Angers contres les Saxons.
À la mort d'Aegidius en 464, son fils Syagrius (430/487), lui succède, s'installe à Soissons et commence à se rapprocher des Wisigoths, ce qui provoque le blocus de Paris par Childeric à partir de 465.
Vers 469-470, Bourges, Tours,  Loches et Amboise tombent entre les mains du roi Euric (420/484), tout comme Arles en 471. En 475, tandis que Paris s'ouvre à Childéric, Clermont-Ferrand est prise à son tour. Le nouvel empereur d’Occident, Flavius Julius Nepos (430/480), reconnait l'indépendance de l'Aquitaine contre l'évacuation de la Provence.
Flavius Odoacre (433/493), chef Barbare, dépose le dernier empereur romain d’Occident, Romulus Augustule (461/476). Il est reconnu par Zenon, empereur d’Orient. Syagrius refuse de le reconnaître et se tourne vers Euric, quand Childéric fait au contraire alliance avec lui.
Childéric meurt vers 481, probablement à Tournai (Belgique).
Son fils Clovis Ier lui succède et combat ouvertement Syagrius qu'il bat finalement à Soissons en 486.
Son tombeau, découvert en 1653 dans une nécropole mérovingienne, par un ouvrier travaillant à la démolition d’une maison, contenait des armes : une lance, une spatha, une francisque, un scramasaxe ; de nombreux bijoux : son anneau sigillaire, une boucle de ceinture en or, 300 abeilles d’or, une fibule en or qui fermait le paludamentum (manteau habituellement de couleur pourpre) porté par les généraux romains… (voir note en bas de page).
Des découvertes récentes de deux sépultures collectives de chevaux,  situées aux environs immédiats de la tombe de Childéric, laissent supposer que le cheval personnel de Childéric a été enterré avec lui. Le crâne de l'animal et son harnais sont découverts dans la tombe royale. Près du squelette du roi, une calotte crânienne de petite taille et quelques parures féminines laissent supposer qu'il y avait à côté de sa tombe, une tombe féminine, peut-être celle de son épouse Basine.

Union et descendance : Childéric déshonore les femmes de ses sujets et  attire à lui la colère de son peuple qui le détrône. Il se réfugie durant 8 ans en Thuringe, probablement à partir de 451, auprès du roi Basin. Il séduit la femme de celui-ci, Basine, qu'il ramène avec lui dans sa province une fois le calme revenu.
Il épouse Basine et de ce mariage nait :
- Clovis Ier (466/511),
- Audoflède, qui épousera en 493 à Ravenne, Théodoric dit le Grand, roi des Ostrogoths,
- Alboflède, qui deviendra religieuse et mourra jeune,
- Lantilde.
Clovis et ses deux sœurs sont baptisés en même temps.

 Ermentrude d’Orléans (830/869) 

Famille : des Algilolfinges.
Elle est la fille du comte Eudes d’Orléans (770/834) et de son épouse Engeltrude de Fezensac.

Mon arbre généalogique : n° sosa 120 754 586 247++ en 37ème génération.

Biographie : Elle épouse le 842 à Quierzy (Aisne), Charles II dit  le Chauve, et est couronnée le 866  à l’Abbaye Saint-Médard de Soissons. Son mari aime passionnément sa concubine Richilde d'Ardennes, sœur de Boson V de Provence, roi de Bourgogne Cisjurane et de Provence.
Non répudiée par crainte du courroux papal, malgré la naissance de 4 fils et plusieurs filles, elle préfère se séparer de son époux en 867, et se retire à l'abbaye de Hasnon (Nord), dont sa fille est abbesse, et y meurt le 869. Elle est inhumée dans la nécropole royale de la basilique Saint-Denis.
6 jours après sa mort, le 869, le roi épouse, Richilde d'Ardennes. Le mariage est confirmé à Aix-la-Chapelle le 870.

Union et descendance : De son mariage avec Charles II dit le Chauve naissent 4 fils et plusieurs filles :
- Louis II dit le Bègue (846/879), qui accédera au trône en 877,
-  Charles dit l’Enfant (847/866), roi d'Aquitaine,
- Lothaire dit le Boiteux (+865), abbé de plusieurs abbayes
- Carloman, mort en 876 de ses blessures, après avoir eu les yeux crevés sur ordre de son père pour s'être révolté,
- Judith de France (843/870) qui épousera en 846 le roi Aethelwulf de Wessex (795/858), puis le comte Baudouin Ier de Flandre dit Bras de Fer.
- Ermentrude (851/877), qui sera abbesse de l’abbaye de Hasnon,
- Godehilde de France (865/-) qui épousera le comte Geoffroy II du Maine,
- Hersende Albérade de Lorraine (860/916) qui épousera le comte Rainier Ier de Hainaut dit au Long Col,
 - Rotrude de Poitiers (855/912) qui épousera Sigibert de Razes, et deviendra abbesse de Poitiers,
- Hildegarde de France née en 855,
- Gisèle.

 


 

Notes

Le trésor de Childéric
Il est d'abord confié aux Habsbourg de Vienne, puis offert en cadeau en 1665 à Louis XIV. Ce dernier le fait conserver à la Bibliothèque Royale, en son Cabinet des Médailles et Antiques, situé au Louvre et placé sous la garde du vieil abbé Breunot (assassiné par un voleur en 1666).
Le trésor suit les déplacements du Cabinet : à Versailles de 1684 à 1720, puis à la Bibliothèque Royale, rue de Richelieu à Paris, dans le Salon Louis XV visité par les plus grands hôtes de marque de la France.
Fac simile de l anneau sigillaire de childeric ierAbeilles en or incrustees de grenat du tresor de childeric ierIl est protégé durant la Révolution Française. Puis, Bonaparte s'intéresse au trésor et, devenu empereur, fait des abeilles un symbole héraldique remplaçant la fleur de lys des Capétiens.
Ce trésor, qui comprenait 80 Kgs d'objets en or, est volé au Cabinet des Médailles, dans la nuit du 5 au 6 novembre 1831, et l'or fondu pour faire des lingots. On ne retrouve  que quelques pièces dont deux abeilles dans la Seine où on les a jetées.
Il subsiste aujourd'hui du trésor de belles gravures, réalisées lors de sa découverte, et quelques fac-similés que les Habsbourg ont fait fabriquer. Les éléments retrouvés sont  exposés au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale. L'inventaire des objets offerts à Louis XIV, mis à jour en 1978, permet de connaître l'importance du vol.

Ci-contre à gauche fac-similé de l'anneau sigillaire de Childéric Ier et à droite les abeilles en or incrustées de grenat.

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 17/11/2017