Aux pays de mes ancêtres

Présentation de la région

 

Logo region bourgogne franche comte

 

La région Bourgogne/Franche-Comté est issue de la fusion administrative de deux régions, la Bourgogne et la Franche-Comté, au 1er janvier 2016.
Elle  est située dans le quart Nord-Est de la France,  limitrophe des régions Grand Est au Nord, Île-de-France et Centre-Val de Loire à l'Ouest, Auvergne-Rhône-Alpes au Sud, et elle partage une frontière avec la Suisse à l'Est.
Au Moyen-Age, Le territoire des actuelles Bourgogne et Franche-Comté est inclus au Vème siècle dans le royaume des Burgondes, que prolonge le royaume de Bourgogne mérovingien.
Sous les Carolingiens, le traité de Verdun en 843 conduit à distinguer une « Bourgogne franque » ou « Basse Bourgogne » à l'origine du duché de Bourgogne (Bourgogne), et une « Bourgogne impériale » ou « Haute Bourgogne » où va se constituer le comté de Bourgogne (Franche-Comté).
Réunies au XIVème siècle par la première maison de Bourgogne, puis par les ducs Valois au sein des États bourguignons, les deux provinces sont séparées à la fin du XVème  siècle, le duché étant annexé au domaine royal français alors que le comté passe aux mains des Habsbourg.
La Comté n'est intégrée au royaume de France qu'après sa conquête en 1678 par les troupes de Louis XIV et la reddition de Dole, ancienne capitale franc-comtoise, cependant que Besançon hérite du statut de capitale. Le duché de Bourgogne et la Franche-Comté forment alors deux provinces et généralités distinctes, avec leur propre capitale de gouvernement (respectivement Dijon et Besançon).
Les anciennes provinces de France sont supprimées pendant la Révolution.
De 1941 à 1944, une préfecture régionale du régime de Vichy regroupe Bourgogne et Franche-Comté, tout comme l'igamie de Dijon de 1948 à 1964. Cependant, lors de la création des régions comme établissements publics en 1972 puis comme collectivités locales en 1982, Bourgogne et Franche-Comté forment deux régions séparées.

Blason bourgogneBlasonfranche comteHéraldique :
Pour la Bourgogne : "Écartelé: au premier et au quatrième, d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée de gueules et d'argent; au deuxième et troisième, bandé de six pièces d'azur et d'or à la bordure de gueules" (à gauche).
Pour la Franche-Comté : "D'azur semé de billettes d'or au lion couronné du même, armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout" (à droite).

Origine des noms :
Le premier royaume portant le nom de Bourgogne, regnum Burgundiæ en latin « royaume de Burgondie », est l'œuvre des Burgondes. Vaincu par les Francs, ce peuple laisse en héritage un ensemble territorial qui perpétue son nom. Tour à tour, pendant dix siècles, au milieu de luttes continuelles, les familles régnantes de l'histoire (Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbons) effacent et redessinent les frontières et le statut politique de ce territoire.
Le partage du royaume de Bourgogne, à la suite du Traité de Verdun de 843 aboutit progressivement à la création de la Franche Comté de Bourgogne en 986.

8 Départements (dont 4 soulignés, concernés par la présence de mes ancêtres) : Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Jura, Nièvre, Saône-et-Loire, Territoire de Belfort et Yonne.

Communes : 3831

Superficie : Elle s'étend sur 47 784 km2.Bourgogne franche comte

Population : 2 820 623 habitants en 2014.

Densité : 59 habitants au km2.

Gentilés : Bourguignon et Franc-Comtois

Préfecture : Dijon.

Conseil Régional : Besançon.

Langues régionales : Le Franc-comtois et l'Arpitan

Hydrographie : Les principaux cours d'eau navigables sont la Saône et le Doubs. La Loire traverse le Sud-Ouest de la région au niveau de Nevers mais elle n'est pas praticable en raison des bancs de sable. La Seine y prend aussi sa source en Côte-d'Or.
Une partie du réseau hydrographique régional prend sa source en Suisse voisine (notamment le bassin versant de l'Allan).

Topographie : Trois principaux massifs montagneux marquent le paysage. Le massif des Vosges (point culminant le ballon de Servance à1216 m) ; le Jura (point culminant au Crêt Pela à 1495 m, plus haut sommet de la région), les Vosges et le Jura se rejoignent dans la Trouée de Belfort ; le Morvan (point culminant le Haut-Folin à 901 m).
D'autres massifs plus modestes existent. Au Nord-Est du Morvan, la côte d'Or, un escarpement créé par la formation d'un rift, à 641 m d’altitude.
Le Massif central atteint la partie Sud de la région par le Mâconnais, dominé par le Mont Saint-Cyr 771 m.

Histoire :
1- La Bourgogne a en majeure partie repris le territoire de l'ancien duché. Terre de passage, ouverte entre le Nord et le Sud, la région de Bourgogne et ses ressources naturelles ont très tôt favorisé la présence de l'homme. Depuis Homo erectus, la présence de l’homme a été continue en Bourgogne où il a laissé d'abondants vestiges. Le vase de Vix, objet exceptionnel, témoigne notamment de la présence des tribus celtes sur le sol bourguignon. De Bibracte à Alésia, en passant par Autun, s'y relèvent les traces de la conquête de la Gaule par Jules César.
Le premier royaume portant le nom de Bourgogne, regnum Burgundiæ en latin (royaume de Burgondie), est l'œuvre des Burgondes. Vaincu par les Francs, ce peuple laisse en héritage un ensemble territorial qui perpétue son nom. Tour à tour, pendant dix siècles, au milieu de luttes continuelles, les familles régnantes de l'histoire : Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbons, effacent et redessinent les frontières et le statut politique de ce territoire, donnant au vocable Bourgogne des acceptions différentes.
La Bourgogne du Moyen-âge voit naître avec les abbayes de Cluny et de Cîteaux les plus grands mouvements de la réforme monastique. Les deux célèbres abbayes furent pendant plusieurs siècles tout à la fois des foyers de science dogmatique, de pensée réformatrice, des centres d'activité économique et sociale, artistiques et même politiques de premier ordre pour toute l'Europe. Des édifices comme la basilique de Vézelay et l'abbaye de Fontenay témoignent encore de ce rayonnement.
Quelques siècles plus tard, l'entreprise des ducs de Valois marque profondément son histoire. Philippe le Hardi, Jean sans Peur, Philippe le Bon et Charles le Téméraire font de leur État une grande puissance européenne qui englobe la Belgique et la Hollande actuelles et qui devient la rivale du royaume de France. Philippe le Bon, fondateur de l'ordre de la Toison d'or, fait rayonner sa cour et étend sa renommée jusqu'en Orient. Son fils Charles le Téméraire mate les révoltes de Gand en Flandre et de Liège. Il élève à son apogée l'État bourguignon, mais sa mort à la bataille de Nancy en 1477 fait rentrer définitivement la partie proprement bourguignonne du duché dans le domaine de la couronne. Cependant, la fille de Charles, Marie de Bourgogne, sauve son pouvoir sur les États du nord, donnant naissance à une descendance qui aboutit à Charles V dit Charles Quint, né à Gand, qui ne cessa de revendiquer la Bourgogne, source de conflits incessants avec la monarchie française.Dijon cote d or le palais des ducs de bourgogne
Devenue royale sous Louis XI, la partie française de la Bourgogne garde ses États et son Parlement, préservant ainsi son individualité jusqu'à la Révolution Française. Durant des siècles, son histoire se compose de l’écho des grands événements, des transformations économiques générales et du contrecoup des révolutions parisiennes. Elle épouse le destin de la France et connaît les jours sombres des occupations. De grands noms comme ceux de Bossuet, Rameau ou Buffon, pour ne citer que quelques-uns des plus illustres Bourguignons, continuent à l'illustrer dans le domaine des arts, des lettres et des sciences.
2- La Franche-Comté, sous l'Antiquité et le début du Haut Moyen Âge, était le pays des Séquanes (Séquanie), peuple gaulois, conquis par Jules César en 58 avant J.-C. Envahie par les Vandales, qui ne firent que passer (407–409), occupée par les Alamans, qui massacrèrent nombre de chrétiens, au milieu du Vème siècle, puis par les Burgondes (vers 475–480), elle devint terre des Francs dès le deuxième tiers du VIème siècle jusqu'à la mort du fils de Charlemagne, Louis dit le Débonnaire en 840. Les trois fils de ce dernier se partagèrent l'empire franc par le Traité de Verdun en 843 : Charles II dit le Chauve eut la Francie occidentale (future France), Lothaire 1er la Francie médiane (de la Mer du Nord à la Méditerranée et l'Adriatique), avec le titre d'empereur, Louis le Germanique la Francie orientale (future Germanie).
Elle changea de maître plusieurs fois, faisant partie, selon l'époque, du Saint-Empire romain germanique, du royaume de France ou des États bourguignons.
Ce n'est qu'en 1678 par le traité de Nimègue que la Franche-Comté deviendra définitivement française.

La burgondie   Duche et comte de bourgogne

Patrimoine :
La Bourgogne-Franche-Comté abrite plusieurs monuments inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO : l'abbaye de Fontenay, la basilique de Vézelay, la chapelle Notre-Dame-du-Haut de Ronchamp créée par Le Corbusier, la citadelle de Besançon, la saline royale d'Arc-et-Senans et les salines de Salins-les-Bains, les sites palaffitiques préhistoriques du lac de Chalain et du Grand Lac de Clairvaux, deux sites faisant partie des chemins de Compostelle en France, le prieuré Notre-Dame de La Charité-sur-Loire et l'église Saint-Jacques-le-Majeur d'Asquins.
Plusieurs sites historiques et architecturaux remarquables :le site archéologique d'Alésia, Bibracte sur le Mont Beuvray labellisé Grand Site de France, le temple de Janus d'Autun, le théâtre antique de Mandeure, Guédelon, les Hospices de Beaune, la citadelle de Belfort conçue par Vauban où se trouve le lion monumental sculpté par Auguste Bartholdi et l'abbaye de Cluny.
De grands sites naturels classés ou remarquables : le ballon d'Alsace, le plateau des mille étangs dans les Vosges saônoises, le lac de Saint-Point un des plus grands lacs naturels de France, le lac de Vouglans troisième retenue artificielle française, la reculée de Baume-les-Messieurs, l'Arboretum Domanial de Pézanin créé en 1903, le Saut du Doubs à Villers-le-lac, les roches de Solutré et Vergisson labellisées Grand Site de France, la forêt de Chaux  seconde plus vaste forêt feuillue de France.

Mes ancêtres et la région Bourgogne-Franche Comté :
Ma branche maternelle descend de Marcomir de Toxandrie (220/281, chef Franc). Par le biais des unions et des alliances, elle passe par Charles de Herstal dit Martel (686/741, maire des Palais d'Austrasie, Neustrie et Burgondie), Pepin III dit Le Bref  (715/768, maire du Palais de Neustie et Burgondie), Charles 1er dit le grand Charlemagne (747/814, Empereur d'Occident),  ses fils : Carloman (705/754, Roi d'Italie) et Louis 1er dit Le Débonnaire ou Le Pieux (778/840, Empereur d'Occident), puis Hugues 1er Capet (939/996, Duc et roi de France) et Louis IV dit d'Outremer (920/954) ... les Familles de France, d'Italie, de Lotharingie, de Germanie, de Metz, de Vermandois, de Namur, de Luxembourg, de Looz, de Chiny, d'Apremont, de Clamecy ... Rois de France et Ducs de Bourgogne...  l'on arrive à l'importante Famille Chambellan, riches commerçants et notables de Nevers au XVème siècle ...


 

Carte 8 departements de la region

Les 8 départements de la région Bourgogne Franche-Comté (2016)

 

 


 

Sources
Sites et photo :
La Bourgogne sur Wikipedia, 
La Franche-Comté sur le site de Georges Bidalot.

 

Date de dernière mise à jour : 20/03/2017