Aux pays de mes ancêtres

VISAGES DE MEURTHE-ET-MOSELLE

 

Du VIème et XIXème siècle

18 familles d‘ancêtres dont 2 de la noblesse (évêque, comte )  
ont vécu dans ce département
36 individus dans 9 villes ou villages

où 57 actes ont été enregistrés :
17 naissances/baptêmes
o(o)
22 unions x
et 18 décès +(+)

 

Les familles …

Familles meurthe et moselle

dans les villes

Tableau ancetres meurthe et moselle 1

Voir détails pour chacun dans les communes concernées.

 

Quelques détails historiques

 

 Arnulf de Metz ou Saint Arnoul (582/641)  Mitre et crosse

Famille : Il est le fils de Bodogisel d’Aquitaine (562/589), ambassadeur de Byzance, et de son épouse Oda de Savoie (560/634) abbesse d’Amay.
Il est le fondateur de la dynastie des Arnulfiens, alliée des Pépinides.

Mon arbre généalogique : n° sosa 15 456 585 549 568++ en 44ème génération.

Biographie : Il nait en 582 au château de Layum (Lay-Saint-Christophe) et décéde au Saint-Mont de Saint-Amé (Vosges) le 18 juillet 641.
Il est le 29ème évêque de Metz.

Il appartient à une grande famille de la noblesse franque située dans la Woëvre dont les biens s’étendent entre Metz et Verdun. Il reçoit l’enseignement qui est alors en vigueur dans les familles aisées.
Possédant naturellement les aptitudes à encadrer, commander, diriger, protéger, décider, toutes qualités que l’on reconnaient aux nobles dans le monde franc, Arnoul devient un personnage important, et peut être le plus illustre représentant de l'autorité royale en Austrasie.
Il travaille au palais d’Austrasie auprès de Gundulf, son grand-oncle, chef du palais et conseiller du roi.
Puis il entre au service du roi d’Austrasie, Thibert II (585/612), durant une douzaine d’années et assure un temps l’intendance des domaines royaux.
Supplice de brunehautLe roi Clotaire II dit le Jeune (584/629) lui confie l’administration de six provinces et l’éducation de son fils, le futur roi Dagobert (602/639), dernier grand roi mérovingien.
Par sa position de leude à la Cour, il entre dans l’opposition contre Brunehaut (547/613) et, associé à Pépin de Landen dit l’Ancien (580/640), maire du Palais d’Austrasie, fait appel au roi de Neustrie, Clotaire II, qui fait supplicier et exécuter la vieille reine (image ci-contre).
Il songe à se retirer pour mener une vie ascétique mais sa famille parvient à le marier.
Arnoul et Pépin marient ensemble leur enfant respectif Ansegisel et Begga, donnant ainsi naissance à la dynastie carolingienne.
Le roi Clotaire II le nomme évêque en 614. Il cumule alors des fonctions administratives et religieuses. Il est le 29ème évêque de Metz et fait preuve d’un dévouement dans l’accomplissement de ses attributs. Il est très apprécié de Clotaire II qui continue à l’associer au gouvernement de l’Austrasie. A sa nomination, son épouse, Dode, entre au couvent puisqu’un évêque ne peut être marié.
En 629, à la mort de Clotaire, il se retire et entre dans les Ordres, malgré la détermination de Dagobert Ier qui menace de faire tuer ses fils pour le forcer à rester à son poste. Il peut enfin répondre à cet appel si puissant vers la sainte solitude en se retirant sur le versant d'une montagne boisée, le Morthomme, à proximité du mont Habend (le Saint-Mont, Vosges), lieu de la fondation d'un monastère de femmes par Romaric (580/653), son ami de toujours. Arnoul crée alors son propre ermitage, accompagné de quelques moines-serviteurs, à l'écart cependant de la vie monastique communautaire traditionnelle, œuvrant dans un saint dévouement pour soigner les lépreux. Cette vie de prière et de méditation, de charité et d'abnégation, durr une dizaine d'années environ.
Il meurt en 640, son corps est transporté et déposé au monastère du mont Habend. Un an plus tard, il est ramené à Metz dans l’église des Saints-Apôtres, qui prend le nom de Saint-Arnoul en 717 (voir diaporama). Il subsiste sur le massif du Morthomme jusqu’au XVIIème siècle un pèlerinage et une chapelle aujourd’hui détruite, à sa place une croix de fer et une pancarte de métal (voir diaporama).

Union et descendance : Il épouse vers 610, Dode de Schelde née vers 586, fille d’Arnoald de Schelde (560/611), 25ème évêque de Metz, et de son épouse Oda Von Schwaben née vers 560.
Le couple a deux fils :
- Chlodulf (610/ 697) 30ème évêque de Metz, canonisé saint Cloud ;
- Ansegisel (612/662) qui épousa Begga d’Andenne, sainte Begga, fille de Pépin de Landen et de son épouse Itte Idoberge. Il donne naissance à la dynastie carolingienne. Il est assassiné au château de Chèvremont (près de Liège) en 662.

Notes : Son nom reste associé à un trésor de la cathédrale de Metz qui a miraculeusement échappé à la Révolution française : un anneau, en or fin massif, d'un travail assez grossier, comportant une agate onyx sur laquelle est gravée un poisson engagé dans une nasse autour de laquelle se noient deux autres poissons.
Selon la légende, saint Arnoul passant sur un pont de la Moselle jette dans le fleuve ledit anneau en priant Dieu de le lui rendre en témoignage du pardon de ses fautes. Quelque temps après, on retrouve dans les entrailles d'un poisson servi peu de temps après à la table épiscopale l'anneau épiscopal.

Il est le saint patron des brasseurs lorrains. Peu de temps après sa mort, les personnes qui transportent ses reliques de Remiremont à Metz, arrivant près de Champigneulles, manquent de bière et prient saint Arnoul. Leurs prières sont exaucées lorsqu’ils retrouvent miraculeusement de la bière dans leurs tonneaux vides.

 

Les comtes de Vaudémont

En 1070, le comté de Vaudémont est donné à Gérard Ier de Vaudémont qui suit, afin qu’il favorise la succession de son frère Thierry II au duché de Lorraine. Les comtes de Vaudémont sont des vassaux des ducs de Lorraine.
Gérard de Vaudémont fait construire un énorme donjon qui prend le nom de Tour Brunehaut, le plus ancien donjon de Lorraine (voir "Vaudémont").
De père en fils, les comtes de Vaudémont de la Maison d’Alsace se succèdent jusqu’en 1346, date à laquelle Henri IV de Vaudémont meurt, sans héritier mâle, à la bataille de Crécy le 26 août 1346. La succession se fait par sa sœur, Marguerite de Vaudémont (1305/1333) qui épouse en 1323 Anseau de Joinville, dont le fils Henri V est comte de Vaudémont de la Maison de Joinville.

 Gérard Ier de Vaudémont (1057/1108)  Comte de france

Famille : Il est le fils de Gérard Ier de Lorraine d’Alsace (1030/1070), duc de Haute-Lotharingie, et de son épouse Hedwige de Flandres de Namur (1030/1074).

Mon arbre généalogique : n° sosa 1 886 790 414++ en 31ème génération.

Biographie : Il est le 1er comte de Vaudémont.
À la mort de son père, en 1070, il revendique une partie des terres paternelles et se comporte en seigneur brigand, ravageant les terres au Sud de la Lorraine.Thierry ii d alsace
Son frère, Thierry II (1040/1115, portrait ci-contre) étant déjà en compétition avec Louis de Scarpone (1015/1076)  comte de Montbéliard, d’Altkirch et de Ferrette, pour la succession du duché, lui donne une partie du Saintois, pagus situé autour de Vaudémont, et l'empereur Henri IV du Saint-Empire (1050/1106) lui accorde la dignité comtale.
A partir de cette investiture, il collabore étroitement avec son frère, combattant les comtes de Montbéliard et gardant ainsi la frontière Sud du duché de Lorraine.
Gérard est cité dans de nombreux actes concernant différentes abbayes, en tant que souscripteur ou témoin, à l'exception de la période comprise entre 1097 et 1101, absence qui pourrait s'expliquer par une éventuelle participation à la première croisade.

Union et descendance : Il épouse en 1088, Hedwige de Dagsbourg, fille de Gérard, comte d'Eguisheim et de Dagsbourg, arrière-petite-nièce du pape Léon IX (1002/1054)
Le couple a plusieurs enfants :
- Gisèle de Vaudémont qui suit ;
- Hugues Ier de Vaudémont (1095/1155), comte de Vaudémont ;
- Etiennette Stéphanie de Vaudémont, qui épousa Frédéric Ier de Montbéliard, comte de Ferrette ;
- Judith (+1163), abbesse de Remiremont puis de Saint-Pierre de Metz.

 

 Gisèle de Vaudémont (1090/1141) 

Famille : Fille du précédent.

Mon arbre généalogique : n° sosa 943 395 207++ en 30ème génération.

Biographie : Elle nait en 1090 à Vaudémont.

Union et descendance : Elle épouse en premières noces Renard III, comte de Toul.

Veuve, elle épouse en 1120, Renaud Ier de Bar dit Le Borgne (1080/1149), comte de Bar et de Verdun, seigneur de Mousson et fils du comte Thierry de Montbéliard et de son épouse Ermentrude de Bourgogne.
Le couple a plusieurs enfants :
- Hugues (1120/1141) ;
- Agnès, qui épousera vers 1140, Albert Ier, comte de Chiny ;
- Clémence, qui épousera vers 1140, Renaud II, comte de Clermont, puis Thibaut III, sire de Crépy ;
- Renaud II (1115/1170), comte de Bar ;
- Thierry (+1171), 54ème évêque de Metz ;
- Mathilde, qui épousera Conrad Ier, comte de Kyrbourg ;
- Stéphanie, dame de Commercy, qui épousera Hugues III, sire de Broyes.

 

 

 

 

 


 

Sources
Sites et photo :
Wikipedia Geneanet.
Lecture :
Histoire des comtes et du comté de Vaudémont des origines à 1473, Michel François, 1935.

 

Date de dernière mise à jour : 17/11/2017