Bosville

Bosville adm

Entouré par les communes de Saint-Vaast-Dieppedalle, Grainville-la-Teinturière et Cany-Barville, Bosville est situé à 3 kms au Nord-Est de Grainville-la-Teinturière la plus grande ville aux alentours.

Blason ville fr bosvilleHéraldique

Les armes de la commune de Bosville se blasonnent ainsi :
Écartelé : au 1er d'azur à la croix tréflée d'argent, au  2ème d'argent au lion de gueules, au 3ème d'argent à la coquille de gueules, au 4ème d'azur à deux goujons adossés en pal d'or.

Drapeau francais fond blancHistoire

Bosville est Bosci-Villa en langue latine. Bosci (bois) et Villa (exploitation rurale entourant la maison de campagne du propriétaire du sol ou du maître du village) deviennent Bosc et Ville sous la domination franque, d’où une exploitation rurale avec un bois.
Depuis le XIème siècle, on rencontre Bosville dans les écrits orthographié Bauville, Bôville et Boville.

Un essai historique prétend qu’une rivière coulait autrefois dans le vallon de Bosville et qu’elle était assez forte pour actionner plusieurs moulins. Le fils d’un seigneur de Thibermesnil s’y étant noyé, les sources de la rivière auraient été bouchées par des balles de laine qui en auraient fait tarir le cours. Rien ne vient conforter l’existence de cette rivière.

Bosville semble avoir été un village important sous la domination romaine. Des puits, murailles, pièces à l’effigie de l’empereur Trébonius Gallus de 253 sont découverts sur le territoire. Le village communique par le vallon avec Gravinum (Grainville-la-Teinturière) qui mène à la Durdent, centre romain important aussi bien à Gravinum qu’à Cany.
Aucun document ne nous éclaire sur la période de la chute de l’Empire romain jusqu’au partage de la Normandie par Rollon et ses compagnons en 912. 
Le 12 juin 1577, le fief noble de Bosville est vendu par l'abbaye de l'Isle-Dieu à Raoul de Losne, écuyer. L'abbaye n'a plus alors le droit de présentation à la cure.
Au Moyen-âge, la peste qui désole la France donne lieu à la création de confréries d’enterreurs puis de charité. La confrérie Samson  de Bosville est fondée dans l’église en 1526.
11 juin 1880, la gare SNCF de Saint-Vaast-Bosville  est mise en service. Elle ferme à tout trafic, le 24 septembre 1994.

Seigneurs et gens de noblesse

Bosville : En 912, Bosville fait partie du fief de Grainville sous la suzeraineté du comté de Longueville et les hameaux de Bieurville, Ruville et Touffrainville forment une petite seigneurie indépendante.
Le domaine de Bosville reste dans les mains des seigneurs de Grainville jusqu’au XIème siècle.
Ensuite, le nouveau seigneur prit le nom de la terre qui lui est concédée.
Un seigneur de Bosville est du nombre des chevaliers qui, sous la conduite de Guillaume le Conquérant, s’empare de l’Angleterre en 1066. Un autre seigneur, Gauvain, accompagne le duc de Normandie à la première croisade en 1096 en qualité de chevalier-banneret.
En 1405, le dernier des Bosville, Jean de Bosville (avant de partir pour les Iles Canaries avec Jean de Bethencourt, seigneur de Grainville) vend le fief à l’écuyer Pierre de Cauf.
Pierre de Cauf le revend en 1407 à Regnault de Longueil. Le fils de ce dernier refuse de faire hommage à son suzerain, Jacques de Rouville, archidiacre d’Eu, qui s’empare de la terre.
En 1479, le fief de Bosville est réunit à la châtellenie de Grainville (suite, voir page sur Grainville-la-Teinturière).  

Bieurville : En 1484, le premier seigneur de Bieurville connu est Pierre du Sel, écuyer.
Les propriétaires de cette terre sont ensuite inconnus jusqu’en 1669 où elle se trouve aux mains de Charles de Moy, chevalier, seigneur de Bieurville, capitaine au régiment des gardes du roi, qui fait construite une chapelle attenante à son manoir de Bieurville.

Ruville : Le premier seigneur de Ruville connu est Georges du Crocq, écuyer, qui fonde en 1655 la chapelle Saint Hubert.
En 1714, le petit domaine seigneurial de Ruville est aux mains d’un bourgeois de Dieppe, Blondel.
En 1748, la terre de Ruville est possédée par Guillaume Pierre Le Chevalier, seigneur d’Etran et autres lieux.
A l’époque révolutionnaire, elle appartient à Noël Jacques Lecoeur, premier maire de Bosville.

Touffrainville : Au XVème siècle, un sieur du Castel est seigneur de Touffrainville (comprenant Calvaille et Pancheville).

Patrimoine

L’église Saint Samson de plan en croix latine, était autrefois sous le patronage du seigneur de Bosville.
Le document le plus ancien révèle l’existence de l’église en 1250 sous Eudes Rigaud mais il y a tout lieu de penser que Bosville a été évangélisé par Saint Samson au VIème siècle et vraisemblablement construite au XIIème siècle. De cette époque ne subsiste que la base du clocher.
Les murs sont en grès, silex, calcaire et pierre de taille.
La nef du XVIème siècle est entrecoupée par un petit transept et terminée par un chœur polygonal. La nef et le transept sont percés de baies brisées avec contreforts pour la nef, et baies cintrées pour le transept.
Le chœur et les fonts baptismaux sont datés de 1662.
Un toit à longs pans en ardoise coiffe le vaisseau.
A l'entrée, la tour du clocher et sa flèche polygonale en ardoise marquent la façade. Une tour d'escalier en briques et silex y est accolée.
Le portail Ouest, et sa petite entrée néo-romane, a été remanié au XIXème siècle.

Le monument à la mémoire de Jean Baptiste Michel Cherfils érigé en 1897, médaillon en bronze à son effigie par le sculpteur Monlon.

Des manoirs ou châteaux, accompagnés ou non d'un colombier, sont présents dans le village. Ils datent du XVIIème ou XVIIIème siècle, parfois remanié au XIXème siècle :

Le château du hameau de Bieurville, la chapelle du château fondée en 1669 par Charles de Moy, étable et colombier.

Le manoir du hameau de Ruville de 1655.

Saint Samson a laissé son nom à une ferme au hameau de Vicquetuit.

Une ancienne bergerie, au sein d'un clos masure de 4 hectares, abrite aujourd’hui un gîte d'étape et de séjour de groupes La Sansonnette.Saint samson

Personnages liés à la commune

Cherfils pngJean Baptiste Michel Cherfils, 1737/1807 (photo ci-contre gauche), né à Bosville et décédé à Cany, procureur du roy, élu député du Tiers aux Etats-Généraux, il y siège du 23 mars 1789 au 30 septembre 1791 pour le baillage de Caux (Seine Inférieure).

Saint Samson, évêque de Dol (gravure ci-contre droite), aurait vécu en solitaire dans la forêt de Bosville vers 550.
Il est patron de la commune et des sites portent son nom.

Evolution de la population

Bosville demo

Hameaux, lieux dits et écarts

Bieurville, Calvaille, la Ferme neuve, le Bout du Bas, les Criquets, Ruville, Touffrainville, Vicquetuit.

Nos ancêtres de Bosville …

Naissance/Baptême :
LEMONNIER Pierre (sosa 1984G11) vers 1667.
LEMONNIER Pierre (sosa 992G10) le 5 juin 1711.

 


 

Sources
Sites et photo :
Wikipedia, Seine 76.
Livre, document : Notice sur Bosville (Canton de Cany), première partie Bosville avant 1789 par C. Romain. Edition de 1896.

 

Date de dernière mise à jour : 01/05/2016