Pargny-la-Dhuys

Pargny la dhuys adm

Pargny-la-Dhuys s’appelait autrefois Pargny-en-Brie, construit sur une ancienne forge « ferrière » ou mine de fer qui appartenait au XVème siècle au comte de Braine (vraisemblablement Robert II de Sarrebruck-Commercy).

Drapeau francais fond blancHistoire

Le mot Dhuys proviendrait du gaulois Dusius c'est-à-dire Démon, qui serait une rivière divinisée. Il aurait donné ensuite le mot de la langue d'oïl « duit ou dui » nom de source puissante. Ce mot désigne soit une source dans laquelle on lave ou un petit lavoir, que l'on retrouve en langue d'oïl dans « doiz », qui désigne un conduit d'eau, un canal. Enfin, par allitération, le mot aurait donné en vieux français le verbe dhuir qui signifie mener.
Lieu de captage des eaux de la Dhuys, l'aqueduc fut construit sous Napoléon III,  il alimente la ville de Paris et à présent le Parc EuroDisney.

Seigneurs et gens de noblesse

En 1460, le comte de Brienne.
En 1476,  Louis de Lenoncourt.
Le dernier seigneur fut le comte de La Tour du Pin.

Patrimoine

L’église Saint-Martin, avec ses arcades gothiques et son clocher effilé recouvert d’ardoises, fut, à sa construction plus grande. La paroi Nord présente des traces d'arcades bouchées remontant au gothique. A l'intérieur, surplombant le maître autel, la statue d'un soldat en haut de chausses non identifié et une statue de la vierge en bois sculpté du XVIème siècle.

Le lavoir est décoré sur le thème de la fable de La Fontaine « Le fermier, le chien et le renard ».

Hameaux, lieux dits et écarts rattachés à la commune

La Ville aux Bois, Fontaine Bornet, Montgrimont, Le Bas Laval, La Léonière, La Fontaine, La Cramaillerie, Courjenson et La Ferme Fontaine.

Chronique communale

L’aqueduc de la Dhuys
En 1850, l'eau potable distribuée dans Paris provient de prélèvements directs dans la Seine et dans le canal de l'Ourcq. La pollution de ces eaux devient  trop importante et de nombreuses épidémies se déclarent. Le Préfet de Paris, le Baron Haussmann, lance ce qu'il appelle "la Bataille des eaux de sources". Les sources de la Dhuys, situées à Corrobert au Nord-Est de Montmirail (Marne), sont acquises par la Ville de Paris le 29 juillet 1859. Le décret déclarant la dérivation de ces sources d'utilité publique est publié le 4 mars 1862. Les travaux commencent en juin 1863 et l'eau arrive pour la 1ère fois à Paris le 1er octobre 1865 au réservoir de Ménilmontant.
La longueur totale de l'aqueduc est de 131 kms. La section de l'aqueduc construit en maçonnerie est de forme ovoïde, sa hauteur intérieure est de 1,76 m et sa largeur de 1,40 m. C'est un ouvrage de type gravitationnel : l'eau s'écoule dans l'aqueduc, il n'y a pas de pompes. L’aqueduc a coûté 18 Millions de francs, incluant l'achat des chutes et des usines de la Dhuys, et du Surmelin.
Quatre départements sont traversés : l'Aisne, la Seine-et-Marne, la Seine-Saint-Denis et la Seine. Le débit de l'eau transporté par l'aqueduc est de l'ordre de 20 000 m3/jour soit 231 l à la seconde. Son acheminement pour Paris est de 3 jours environ, soit une moyenne de 1800 m à l'heure. Cet aqueduc, dans son parcours, suit monts et vallées empruntant au départ celle du Surmelin à partir de Pargny la Dhuys et ensuite la vallée de la Marne à partir de Fossoy pour traverser le plateau de la Brie.

Evolution de la population

 Pargny la dhuys demo

Nos ancêtres de Pargny-la-Dhuys …

Unions :
ARNOULT Crépin (sosa 1068G11), 1er mariage, avec HIERNARD Anne (hs) le 16 février 1690.
FAULQUES Charles (sosa 1084G11), 1er mariage, avec TIROUIN Marguerite (hs) le 2 février 1715.
FAULQUES Jean (sosa 542G10) avec MAILLARD Marie Marguerite (sosa 543G10) le 18 novembre 1721.

Décès/inhumations :
FORTIN Toussaine (sosa 1085G11), épouse FAULQUES, le 28 novembre 1714.
Faulque jean 1750GAUDIS Marguerite (sosa 1087G11), épouse MAILLARD, le 4 mars 1730. Elle était veuve depuis 20 ans.
MAILLARD Marie Magdeleine (sosa 543G10), épouse FAULQUES,  le 2 juillet 1770.
FAULQUES Jean (sosa 542G10) le 16 mai 1767. Il était laboureur à Parngy-la-Dhuys puis manouvrier. Ci-contre sa signature en 1750.

Domiciles :
FAULQUES Jean (sosa 542G10) et MAILLARD Marie Magdeleine depuis 1730.

 

Date de dernière mise à jour : 29/03/2015