Aux pays de mes ancêtres

Saint-Bauzille-de-Putois

St bauzille adm

La commune se situe sous le massif de la Thaurac, bande rocheuse abrupte de couleur ocre et le mont Saint Mécisse, en forme de bicorne de Napoléon Bonaparte. L’aridité de ces montagnes a constitué un habitat temporaire, durant les guerres de religion, les grottes servirent de refuge aux persécutés : camisards ou curés.
Son territoire est traversé par l'Hérault à l'Ouest qui délimite la frontière avec la commune d'Agonès, ainsi que par l'un de ses affluents, l'Alzon. On trouve également plusieurs ruisseaux, comme le Ruisseau des Mates, ou le Ruisseau de la Tuilerie, tous deux affluents de l'Alzon.

St bauzille blasonHéraldique

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
De gueules à un saint Bauzille d'argent tenant de sa dextre une palme d'or.

Drapeau francais fond blancHistoire

Le nom Saint-Bauzille descend de saint Baudile, un saint qui aurait évangélisé le Sud de la Gaule avant d'être martyrisé dans les arènes de Nîmes. L'église du village lui est dédiée.
Le vocable Putois est une déformation de Pedoxinis, le nom d’un domaine carolingien cité en 999 et peut-être le nom d’un homme Pedusius. On trouve le lieu mentionné sous les appellations : S. Baudilio de Peducis ; de Pedussio  au XIIème siècle, de Pedusio  en 1248, de Peduzis  en 1252, de Pedusio en 1270, de Bedussio en 1273, de Peducio en 1536, Saint Beauzille de Puttois en 1740 et 1760.
Note : Les cahiers manuscrits du Cabinet des Titres aux Archives Nationales de d'Hozier écrivent : Communauté du lieu de Saint-Bauzille de Putris (et non putois). Putris, du latin puter, la puanteur…

Les traces de présence humaine les plus anciennes datent de la Préhistoire, où on a trouvé des vestiges d'habitations dans des grottes ainsi que des dolmens et des tumulus sur le massif de la Thaurac et le mont Saint- Mécisse.
L'apparition du village remonte en 999, à la fin de l'époque carolingienne où le nom de Villa Pedoxinis est mentionné dans le cartulaire de Gellone. Cette villa comporte un grand jardin cultivé dans lequel vit un groupe de paysans.
Entre 999 et 1218, une église dédiée à Saint-Baudile est constuite. Autour de cette église un enclos paroissial, où les combats sont interdits, est créé, et de nouvelles maisons construites autour de celle-ci.
Dès le XVème siècle le village se développe en dehors de cet enclos.
Lors des guerres de religions, des protestants ainsi que des curés se réfugient dans les grottes du massif de la Thaurac et du mont Saint Mécisse. La ville se dote d'un temple, qui est détruit un peu plus tard.
Au cours de la Révolution Française, la commune porte provisoirement le nom de Bel-Hérault. Les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, baptisée société des amis de la constitution.
Dans les années 1900, St Bauzille de Putois compte de nombreux commerces (boulangeries, boucheries, cafés, épiceries, coiffeurs, maréchal-ferrant, forgeron, cordonnier...). Les habitants vivent de l’agriculture (maraîchage et viticulture) et des industries. Le secteur industriel est caractérisé par des distilleries de plantes aromatiques en 1860 et 1900, une usine à chaux et ciment en 1868, des moulins à huile, et surtout, des filatures de soie. La région connaît un essor économique important grâce à l’industrie du bas de soie. Le village recense, entre 1859 et 1876, trois filatures. Avec la crise de la sériciculture, les filatures déclinent jusque dans les années 1950, pour fermer leurs portes en 1960 à cause de la concurrence du bas nylon. Cependant, la tradition de la bonneterie demeure grâce à l’usine de fabrication artisanale de bas Sotexmi-Clio qui produit ces bas.

Le château

Il a  été construit au XVIIème siècle, vers 1643. Il est classé au titre des Monuments Historiques depuis juillet 2009.
Les informations concernant ce château, aujourd'hui propriété privée, ont été supprimées à la demande des propriétaires actuels.
 

Chroniques communales

Le Massif du Thaurac

Imposante masse de calcaire qui a la particularité d’être percée par des dizaines d’avens et de grottes, la plus célèbre d’entre elles étant la grotte des Demoiselles.
D’une hauteur de 487m à son sommet, il présente de tous côtés des grandes falaises rongées par l’érosion. Le massif du Thaurac est divisé en deux par l’Hérault sur plusieurs kilomètres, offrant un paysage magnifique et de grandes falaises colorées sur un site appelé le défilé du Thaurac, situé entre Saint-Bauzille-de-Putois et Laroque.

Patrimoine

La grotte des Demoiselles, est visitée pour la première fois au milieu du XVIIIème siècle mais sa première véritable exploration date de 1884. Elle est inaugurée par le président de la République, Gaston Doumergue, en 1932 et ouverte au public depuis. Son entrée est située sur la commune.
La grotte se serait formée par l'effondrement de la masse calcaire à la suite d'une fragilisation par les pénétrations d'eau. Le doute subsiste quant à la provenance de cette eau : rivière souterraine disparue ou bien la rivière qui passe aujourd'hui 300 m plus bas mais avec laquelle aucune liaison n'a pour l'instant été localisée.
Autrefois appelée Grotte aux Fées pour faire suite à une légende locale : Un berger à la recherche d'un agneau égaré se serait aventuré dans l'aven qui en marque l'entrée pour récupérer son bien. Entendant l'agneau sans pouvoir le voir, il s'est enfoncé plus avant, jusqu'à déboucher dans ce qui est baptisé aujourd'hui la cathédrale. N'étant éclairé que par une simple torche, il glissa et chuta au fond de la salle (60m de chute entre les stalactites et stalagmites). Sonné par le choc, il aperçut, avant de s'évanouir, un groupe de jeunes demoiselles, dansant et chantant autour de lui. À son réveil, il était de retour en surface avec son agneau.
La grotte est très riche en concrétions, comme des stalagmites, des stalactites et des colonnes.

L'église Saint Baudile, caractérisée par une architecture romane, a été construite entre le Xème et XVIIIème siècle. Son tympan, qui orne l'entrée, a été peint par un artiste du village, Jean Suzanne, en 1991. Il représente saint Baudile, muni d'une hache et de la palme, ainsi qu'une foule de villageois dans la Grand'Rue (rue principale du vieux village) et en fond le mont Saint-Mécisse.

L’église Saint Vincencian, datant de l’époque wisigothique,  est dédiée à Saint Vincent (Saint Vincent de Huesca, martyr espagnol qui a vécu au IVème siècle). Ces ruines sont accessibles uniquement à pied.

La place du Christ, au centre du vieux village, construite à l'emplacement d'un ancien cimetière, tient son nom de la croix érigée en 1878, à la suite d'un mouvement religieux appelé la Mission.

La croix, située rue de l'Agantic, marquait la limite du village et de la zone protégée par l'enclos paroissial au  XVIème siècle.

La remise des  3-Rois, située dans la grande rue (au XIXème siècle, voie principale reliant le pays bas et les hauts cantons) servait de relai aux diligences du Service des Postes. Son imposante porte est datée de 1789.

L’ancienne filature Bourgade qui a fabriqué des bas de soie de 1859 jusqu'au milieu du XXème siècle, est aujourd'hui réhabilitée en auberge, gîtes et chambres d’hôtes « L'Auberge de la Filature ».

Le pont suspendu a été réalisé en 1852 par Alphonse Boulland. Il était, à l'origine, construit en métal, en bois de chêne et en pierre de taille. Le pont, endommagé par une tornade le 10 octobre 1907, a été restauré puis finalement reconstruit. Surveillé et entretenu depuis 1929, sa dernière restauration date de 2005. Seules les pierres de taille des piliers sont d'origines.

Le moulin de l’Évêque, aussi appelé le Pavillon était le lieu de départ des barques qui servaient à traverser l'Hérault avant la construction du pont suspendu.

Les berges de l’Hérault ont été animées dans le passé par les femmes qui venaient laver le linge, les pêcheurs professionnels et quelques chercheurs d’or. L’orpaillage y fut particulièrement actif du Moyen-âge à la fin du XIXème siècle. En 1989, un plan d’eau, une esplanade et un espace de spectacle ont été aménagés.

Hameaux, lieux dits et écarts

Sauzet, au cœur de la vallée de Montoulieu, au pied des Grottes des Demoiselles,  est un paradis pour la vigne et l’olivier. Le Domaine de Sauzet est une des plus anciennes propriétés de la région, pionnière de la culture de la vigne et de la vinification en chais particulier.

Banal, Cazal Séquier, Frigoulet, L’Auberge, La Côte, La Plage, La Plantade, La Roquette, La Sauzède, La Tuilerie, Le Triadou, Le Mas André, Pouzols, Voulpiac.

Evolution de la population

St bauzille demo

Nos ancêtres de Saint-Bauzille-de-Putois…

Naissance/baptême :
RICARD Jeanne (sosa 6199G13) vers 1600.

Unions/contrat de mariage :
CAUSSE Jean (sosa 3098G12) le 19 mars 1650 avec GRANIER Marguerite (sosa 3099G12), contrat de mariage le même jour.
GRANIER Claude (sosa 6198G13) à une date inconnue avec RICARD Jeanne (sosa 6199G13).

Décès/inhumation :
GRANIER Marguerite (sosa 3099G12) épouse de CAUSSE Jean (sosa 3098G12) le 27 août 1701.
De GIRARD Marianne (hs) épouse de Jean de LA ROQUE (hs) le 17 mai 1759.

 


 

Sources
Sites et photo :
Wikipedia, La Mairie, Domaine de Sauzet, Office du Tourisme.

 

Date de dernière mise à jour : 09/09/2016