Aux pays de mes ancêtres

Crucey-Villages

 

Crucey villages 28 adm 1

 

Crucey villages 28 geoEntouré par les communes de Louvilliers-lès-Perche, Brézolles et Les Châtelets, Crucey-Villages est situé à 3 kms au Sud-Est de Brézolles la plus grande ville des environs.
En 1972, les communes de Crucey, Mainterne et Vitray-sous-Brézolles sont réunies dans une commune unique qui prend le nom de Crucey-Villages.
La commune est proche du Parc Naturel Régional du Perche.

 Toponymie 

Crucey, autrefois Crucé.
Un chemin, la via strata dit de César, sépare la commune de Crucey de celle de Vitray où elle prend le nom de via perrata.

 Hydrographie 

Les ruisseaux des Fontaines et de la Gervaine sont les principaux cours d'eau qui traverse la commune.

Drapeau francais fond blanc Histoire 

La commune de Crucey et plusieurs hameaux sont totalement ruinés durant la Guerre de Cent Ans et les affrontements entre anglais et normands de 1337 à 1453. La commune se reforme un kilomètre plus loin vers le Nord.

Seigneurs et gens de la noblesse

La Famille d’Angennes, est connue depuis le XIVème siècle par Robert Jean d’Angennes (+1360), seigneur d’Angennes et autres lieux. Les membres de cette Famille portent le titre de seigneurs, puis de marquis de Rambouillet, de Maintenon, et autres.
En 1654, Eustache de Viole (+1665) est seigneur d’Angennes, Soulaines, du Breuil, de la Mothe, d’Harcourt et de Senainville

 Chroniques communales 

Justes parmi les Nations
En novembre 1942, Fernand et Lucie Laigneau (photo de droite) offrent un abri dans leur ferme de Crucey, à un jeune garçon juif de 11 ans, Joël Krolik.
Joël est né à Varsovie en 1931 et arrivé en France avec ses parents Leijzer et Besa en 1932. La famille s’installe à Paris, où naissent deux sœurs, Rosette en 1934, Annette en 1936, M mme laigneaupuis un frère, Joseph en 1939. Au début de la guerre, le père s’engage dans l’armée française comme volontaire, Joël et sa famille trouvent un refuge dans la Sarthe. Après la capitulation de la France, toute la famille se retrouve à Paris.
En 1941, la police commence à arrêter les Juifs, Leijzer y échappe en se cachant sous son lit. Puis en juillet 1942, les Krolik se cachent chez un voisin pendant deux semaines et décident de trouver un lieu plus sûr pour cacher les enfants. Joël est placé à Savigny-sur-Orge chez les Arnoult, mais en novembre 1942, le secteur devient dangereux et Monsieur Arnoult lui trouve un nouveau refuge chez Fernand et Lucie Laigneau. Joël se trouve soudain dans un village isolé, il se sent perdu et ne comprend pas pourquoi on lui dit de ne pas révéler son identité. Fernand et Lucie Laigneau le présentent comme un neveu de Paris en convalescence. Fernand lui montre différents endroits où il peut éventuellement se cacher, Joël s’angoisse pour ses parents et attend la venue de sa petite sœur Annette mais il apprend que le lendemain de son départ, ses parents, Annette et Joseph, ont été arrêtés et déportés. Aucun ne reviendra.
Joël s’habitue à la vie à la ferme et va à l’école. Seuls son instituteur et le directeur connaissent sa véritable identité. Il y reste deux ans. Les Laigneau font tout leur possible pour qu’il se sente bien chez eux. Il se souvient combien ils sont fiers quand il rapporte son certificat de fin d’étude en 1943.
Fernand et Lucie Laigneau cachent aussi trois autres enfants juifs : Lucienne, Maurice et Suzanne Saks, arrivés en Novembre 1943 après l’arrestation de leur grand-mère.
En novembre 1944, Fernand amene Joël à la gare pour qu’il retourne à Paris où il retrouva sa sœur Rosette.
Le 5 décembre 2007, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem décerne le titre de Justes parmi les Nations à Fernand et Lucie Laigneau.

La base aérienne de Dreux-Louvilliers, ancienne base aérienne de l'OTAN et de l’United States Air Forces in Europe, est située sur les communes de Crucey-Villages, Maillebois et Louvilliers-lès-Perche.
Elle est construite en 1953 et est active jusqu'en 1967. Elle est utilisée comme terrain d’exercice de la base aérienne 122 de Chartres-Champhol (voir page Chartres).
Le radar trans-horizon Nostradamus (voir § suivant) y est installé à la fin des années 1990.
Le site est choisi en 2011 par le Conseil Général, pour accueillir, après dépollution, un important projet de parc photovoltaïque. Crucey villages 28 la base aerienneLe projet est achevé en 2012 avec 741 150 panneaux photovoltaïques installés sur 130 ha.
Le film Les Chevaliers du ciel de Gérard Pirès est tourné en partie sur cette base désaffectée en 2005.

Le radar Nostradamus
Ce radar français est plus efficace que tous les radars classiques utilisés actuellement, capable de repérer une cible à plusieurs milliers de kilomètres. De Dreux, il peut détecter le décollage de la fusée Ariane 5 en Guyane à plus de 6000 Kms.
Il utilise l’espace compris entre la surface de la Terre et une zone de l’atmosphère, appelée ionosphère, qui présente la particularité d’être une triple couche électrisée. En ricochant plusieurs fois de suite à l’intérieur de ces trois couches, les ondes de Nostradamus peuvent ainsi détecter toute sorte de cibles évoluant entre 700 et 2 500 Kms de lui.
Il n’en est qu’à sa phase expérimentale mais pourrait bien devenir l’un des plus puissants du monde avec une zone de surveillance couvrant tout le Maghreb, le Proche et le Moyen-Orient, l’Afghanistan, le Pakistan, ainsi qu’environ 120 millions de km2 de mers et d’océans.

 Patrimoine 

Le château de la Choltière est bâti en 1589 et occupé par André de Racines puis par les Familles de Viole et de la Rivière pendant plusieurs siècles.
En 1654, Eustache de Viole (+1665), seigneur d’Angennes et autres lieux, et son épouse Anne de Sabrevoix (+1662), achètent le château de La Choltière à André de Racines.Clair de la riviereTheodore augustin de la riviere
Leurs descendants sont seigneurs d’Angennes : Charles de Viole (+1690), Louis Maximilien de Viole, puis en 1743, Marguerite Charlotte de Viole (1723/1752) épouse Théodore Augustin de La Rivière (1700/1750 voir § Personnages) et fait entrer le château dans cette Famille.
Leurs descendants : Théodore Augustin de La Rivière (1744/1818 portrait de gauche), Clair de La Rivière (1775/1848 portrait de droite), Théodore de La Rivière (1806/1875), puis en 1863, Marie Claire de la Rivière (1842/1914) épouse le préfet Jules Tarbe des Sablons (1813/1893), dont la fille Henriette Marie Joséphine Tarbe des Sablons (1864/1915) épouse en 1891 René Louis Gustave de Place (1862/1940).

L’église Saint-Aignan de Crucey, d’origine romane très restaurée, est mentionnée dès le Xème siècle comme appartenant à l’abbaye de Saint-Père.
Elle renferme la dalle funéraire, de la fin du XVIIème siècle, d'Eustache de Viole, de sa femme Anne de Sabrevois et de leur fils Charles, une cloche de 1704, et un retable de la Vierge du XVIIème siècle en bois sculpté qui sont classées aux Monuments Historiques.

L’Église Saint-Laurent de Mainterne renferme une Vierge à l’enfant du XIVème siècle et un tabernacle du XVIIème siècle en bois taillé et peint, classés aux Monuments Historiques.

L’église Saint-Sulpice de Vitray-sous-Brézolles renferme deux tables d’appui en bois taillé, chantourné, et doré, recouvertes d’un plateau de marbre, du XVIIIème siècle ; une Vierge à l’Enfant en pierre peinte en blanc et doré, de la fin du XVème siècle ; et une statue en bois taillé de la Vierge dans une robe à grande manches debout près de sainte Anne, du début du XVème siècle.
L’ensemble est classé aux Monuments Historiques.

 Personnages liés à la commune 

Théodore Augustin de La Rivière (1700/1750), seigneur de La Choltière. Il est garde du corps du roi Louis XV (1710/1774), dans la compagnie d'Harcourt et de Luxembourg. Il prend part à la bataille de Dettingen en 1743 où il perd son frère Robert (1689/1743). Nommé sous-brigadier des gardes du corps la même année, il participe à la bataille de Fontenoy en 1745 avant d'être promu brigadier avec commission de capitaine de cavalerie. Chevalier de l'Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis en 1746, il s'illustre l'année suivante aux batailles de Rocourt et Laufeld.
Le 25 novembre 1750, ce vaillant soldat au service du roi depuis 20 ans, s'écroule brusquement aux pieds du souverain lors d’une fête organisée au château de Bellevue, construit pour Jeanne Antoinette Poisson, marquise de Pompadour (1721/1764) à Meudon, dont le roi prend possession. Le roi, à titre de reconnaissance, pensionne ses enfants.

Léon Vingtain (1828/1879) homme politique français, député d'Eure-et-Loir, meurt au château de Marcouville à Vitray-sous-Brezolles.

 Hameaux, lieux dits et écarts 

Le bourg de Crucey et le hameau d’Angennes, Mainterne et le hameau de La Plesse, et le bourg de Vitray regroupent l’essentiel des habitations.
Tout autour, on trouve encore 21 lieux-dits habités : Les Bouleaux, La Brosse, La Franconnière,
Tournaize, La Petite Bouverie, La Boulaye, Boisville, Les Loges, La Lucazière et …
Angennes, où il y a, avant la Révolution Française, une maison seigneuriale où l’on rend la justice, et une prison dont l’emplacement existe encore.
Le Boissard et Marcouville et leurs châteaux.
Bordeaux
, Bourdeaux = petite maison, ferme, métairie.
Bouffigny, Bulfiniacus avant 1070, Bulfiniaci Villa en 1101 et 1116, Buffiniacum en 1130, Bonfineum en 1191, à l’origine, une métairie appartenant aux moines de l’abbaye de Saint-Père. En 1788, les métairies de Bouffigny sont louées par les fermiers généraux du prieuré de Brezolles.
La Choltière, ancienne seigneurie de 1552, ferme et château des comtes de La Rivière.
La Harrier, anciennement le Hardier, ancien fief seigneurial.
La Houdière, jadis Menonis Villa Crestata, maison seigneuriale crénelée, mentionnée en 1552, très fortifiée située près d’un château-fort entouré de fossés nommé Menonis Villa Barrata, dont une tour carrée en ruines et le pan de muraille d’une chapelle subsistent.
Le Louvis, Luparium = lieu où il y a des loups, autrefois, le Grand-Louvis.
La Motte-du-Bois, Mota de Bosco, fief seigneurial en 1552.
La Pommeraye, Pomerala, Pomeraria Villa, Pomeriala, Pomeria, Pomereta, Pomereda =lieu planté d’arbres fruitiers, riche métairie en 986 appartenant à l’abbaye de Saint-Père.
Véranvilliers, Verani Villa, ancien domaine seigneurial.
Les Métairies, appartenant anciennement aux moines de Coulombs et ne formant qu’une seule propriété divisée par des chemins ; il n’en reste plus qu’une aujourd’hui, les autres ont disparu mais plusieurs mares indiquent leurs emplacements.
Vérigny, Verrigniacum.

 Evolution de la population 

En 1250, on compte 120 feux, il y en a 80 en 1709.

Crucey villages 28 demo 1

 Nos ancêtres de Crucey ... 

2 actes de naissances/baptêmes, 4 mariages et 4 décès/inhumations, connus, sont enregistrés à l’Etat Civil de la commune :

Crucey villages 28 ancetres

 Carte de Cassini 

Crucey villages 28 cassini 1

 

 


 

Sources
Sites et photo : Wikipedia.

 

Date de dernière mise à jour : 04/10/2019