Aux pays de mes ancêtres

Montmirail

 

 

Descriptif à venir

 

 

 

La bataille de Montmirail : 6 jours de gloire en 1814

7 février
Marmont avec 180 cavaliers, 1500 fantassins et 6 canons est à Sézanne.

8 février
Le matin, la cavalerie française est en marche vers les postes avancés des cosaques de Karpov à Villenauxe à 22 kilomètres de Sézanne.
L'après-midi, Sacken est à Montmirail avec la cavalerie à Viels-Maisons et Olsufief à Etoges. Le quartier général de Blucher est à Vertus, Kleist arrive à Châlons avec la plupart des hommes de son corps d'armée et Kapzevitch à Vitry.
La nuit, Marmont conduit sa division dans Sézanne, Ney entre Villenauxe et Sézanne.

9 février
Le matin, Sacken dispose les cosaques de Karpov autour de Sézanne et marche vers La Ferté-sous-Jouarre. Blucher reste à Etoges et Olsufief à Champaubert.
L'après-midi, Yorck est à mi-chemin entre Epernay et Château-Thierry.
Le quartier général d'Olsufief, situé à Baye, est chargé par quelques lanciers français du corps d'armée de Marmont.
Sacken est à Montmirail, Kleist à Vertus, Kapzewitch à Bergères. Blucher à Champaubert fait mouvement sur Bergères.
La nuit, Napoléon atteint Sézanne avec la Garde. Le temps se met au dégel.
Macdonald est à La Ferté-sous-Jouarre.

10 février
De bon matin, la cavalerie française prend le pont de Saint-Prix.
Blucher marche sur Sézanne avec Kleist et Kapzewitch.
A 11h00, Ricard et Bordessoule attaquent Udom (dépendant du corps d'armée de 4000 hommes d'Olsufief) avant Baye. Udom se voit renforcé d'une brigade.
L'attaque de Lagrange et Doumerc au bois de Baye est repoussée.
A 15h00, Ney, avec l'artillerie, attaque Baye qui est pris. Bordessoule sur la droite et Doumerc sur la gauche coupe la retraite.
Poltoratzki (2 régiments, 9 pièces d'artillerie, 1000 hommes) forment l'arrière garde à Champaubert.
Olsufief est capturé en battant en retraite vers Etoges.
Les pièces d'artillerie lourde et deux brigades d'infanterie (5000 hommes) de Yorck quittent Château-Thierry. L'avant-garde est à Vieils-Maisons.
A 21h00, Sacken revient de La Ferté-sous-Jouarre après avoir détruit le pont.
A 22h00, Nansouty quitte Champaubert vers Montmirail.
La nuit, Kleist et Kapzewitch, près de Fère Champenois, ordonnent le retour à Vertus.
L'avant-garde de Yorck rejoint Rozoy, Mortier à Sézanne est en marche sur Montmirail et Ney est à Champaubert.

11 février
La nuit, Nansouty est en marche sur Montmirail avec 2 divisions de cavalerie et 2 brigades de la division de Ricard.
A 01h00, les cavaliers de Colbert atteignent Montmirail et mettent hors la ville les cosaques de Karpov. Defrance arrive à Viels-Maisons depuis La Ferté-Gaucher ou Leval est encore.
A 03h00, Marmont envoie Ricard en renfort à Nansouty resté à Etoges avec Lagrange et le premier corps de cavalerie (2500 fantassins, 1800 cavaliers).
A 05h00, Napoléon quitte Champaubert pour Montmirail.
A 06h00, Ney et La Ferrières quittent également Champaubert et suivent Napoléon.
Au petit jour, Mortier avec la division de Michel-Christiani se retire, à l'exclusion de l'arrière-garde et de Defrance, du côté de La Ferté-Gaucher.
Wassiltchikow et Karpov sont à L'Epine et Nansouty atteint le 3812. Katzeler est à Viffort.
A 09h00, L'avant-garde de Yorck parvient à Rozoy et affronte la cavalerie fançaise à Rozoy et Fontenelle. Son infanterie est à Viffort, l'artillerie ainsi qu'une division d'infanterie à Château-Thierry.
Sacken est à Viels-Maisons avec des troupes en marche, l'avant-garde est au contact de l'ennemi plus loin à l'Est.
Nansouty se dirige sur les postes avancés russes depuis Les Chouteaux.
Wassiltchikow fait jonction avec Katzeler en plein combat contre Nansouty près de Rozoy.
A 11h00, Une unique division de Yorck (Pirch) occupe Fontenelle. Sacken se déploit (Tallitzin, Bernodossow, Stawitzky, Sass, Wassiltchikow). Tscherbatow avance sur sa gauche prend Les Grenaux et chasse Ricard de Marchais. La cavalerie est au Nord de la route.
A 12h00, seulement deux divisions d'infanterie entrent en lisse, Ricard et Friand. Guyot, Laferrière, Colbert et Defrance attendent pour attaquer.
Blucher arrive à Bergères et prend le commandement de 1500 trainards regroupés de la défaite d'Olsufief.
A 13h00, Michel approche de la bataille. Ney en personne arrive juste derrière.
A 14h00, Pirch descend de Fontenelle. La bataille, du côté de Plenois, s'éloigne vers Fontenelle avec une perte de 900 hommes.
A 15h30, Yorck atteint Fontenelle. Sacken bat en retraite perdant 2800 hommes et 13 canons.
Les pertes françaises s'élèvent à 2000 hommes.
Durant la nuit, Macdonald, hors de combat, détruit le pont de Trilport. Sébastiani est bloqué par le pont détruit à La Ferté-sous-Jouarre. Saint-Germain, envoyé par Macdonald,  atteint Marchais par Coulommiers.

12 février
Au matin, l'arrière-garde prussienne est aux Caquerêts. Ney les chasse "à l'autre bout du monde" (hors du champ de bataille). Sacken brûle le pont derrière lui.
Mortier pourchasse Sacken et Yorck le long de la Marne.
Les pertes prussiennes s'élèvent à 1200 hommes et 6 pièces d'artillerie. Sacken perd 1500 hommes et 3 pièces d'artillerie. Les français perdent 600 hommes.
Mortier à Château-Thierry avec Christiani, Colbert et Defrance prolongent leur poursuite hors des champs de bataille.
Leval arrive à Viels-Maisonbs. Blucher à Bergères et Napoléon à Château-Thierry.

13 février
Le matin, Blucher, en marche vers Vauchant, affonte la cavalerie française.
Ricard est en route depuis Fromentières pour rejoindre Marmont.
L'après-midi, Blucher regroupe 800 cavaliers et fait route vers Champaubert, avec Ziethen devant, Kleist et Kapzewitch derrière.
Marmont est à Fromentières et Leval à Viels-Maisons.
Le pont de Château-Thierry est réparé (il le sera 3 fois).
La cavalerie de Balance de Roeder atteint Blucher.
A la nuit, la division d'Urussow quitte Etoges pour couvrir la retraite de Blucher.

14 février
A 04h00, Ney, Saint-Germain, Friant, Curial, Leval et Grouchy prennent position dans l'Est de la ville de Montmirail ou Napoléon arrive.
A 04h30, Marmont se replie.
A 06h30 Blucher poursuit Marmont.
A 08h00, Skirmishing est à Vauchamps.
A 11h00, Ziethen attaque Ricard et Lagrange du VIème corps.
Blucher est à Fromentiers.
L'après-midi, Grouchy attaque par Sarrechamlps. Ziethen est éliminé. Blucher, avec les russes derrière Ziethen, se replient.

Les pertes prussiennes sont de 4000 hommes et 9 canons.
Les pertes françaises de de 600 hommes.
Pour les 4 derniers jours, Blucher perd 16000 hommes et 47 canons et Napoléon 4000 hommes.

(source Essises@free.fr notes historiques de Rob Lindsay traduit de l'anglais et communiqué par Francis Bruneaux, descendant d'un maire d'Essises de l'époque)

Date de dernière mise à jour : 15/12/2018