Aux pays de mes ancêtres

Dénominations anciennes

On rencontre souvent sous l'ancien régime des termes particuliers pour qualifier les personnes, les fonctions, ou les choses.

Seigneur de... / homme de fief :
Propriétaire d'un fief ou d’une terre auxquels sont attachés certains droits (lods, cens, ventes, champart, corvées, banalités, péages, chasse...). Un seigneur est souvent noble, mais pas nécessairement : certains roturiers ont acheté des seigneuries, ce fait était assez fréquent.

Sieur, sieur de... :
Le mot Sieur devant le nom était un titre honorifique donné à un bourgeois, marchand aisé, ou rentier, sans avoir spécialement une origine noble. Sieur de... signifiait que l'on était seigneur (propriétaire) d'un lieu. Après le XVIIIème siècle, le terme sieur est devenu une expression courante pour désigner Monsieur...

Écuyer :
Titre que portaient en France et en Espagne les simples gentilshommes, tous les nobles faisaient suivre leur nom de ce titre ou, pour ceux qui y avaient droit, de celui, supérieur, de chevalier. Progressivement le titre d'écuyer a été attribué à tous les nobles qui ne portaient pas de titre honorable (chevalier, baron, vicomte, comte, marquis ou duc). C'est donc le titre de noblesse de ceux qui n'en ont pas un autre. Le titre honorifique n'étant hérité que par l'aîné ; les autres sont nobles sans titre : ils sont écuyer jusqu'à ce qu'il leur en soit octroyé un plus honorable (ou honorifique)

Dame :
Femme d'un Gentilhomme qui est distinguée du bourgeois & du peuple. Une fille qui épouse un noble, Marquis ou Comte devient Dame, elle est Dame damée, c'est à dire, à bon titre ; Dame à carreau, qui a droit de se faire porter un carreau de velours à l'église, & à qui on porte la robe. Par la suite le terme était appliqué pour la femme d’un bourgeois ou riche marchand. Comme pour l’expression « Sieur », après le XVIIIème siècle, le terme est devenu une expression courante pour désigner simplement « Madame »...

Demoiselle ou Damoiselle :
Terme équivalent au titre d’écuyer ou seigneur pour une femme, issue de famille noble, elle est aussi femme ou fille de gentilhomme, ce nom ne se donnait autrefois qu'aux filles des Princes & des Grands Seigneurs, des Barons & des Chevaliers, qui n'etaient pas mariées. Ce mot vient du Bas-Breton ou ancien Gaulois, où on disait Demesell. Puis l'usage en fut étendu aux femmes mariées de naissance bourgeoise et, au XIXè siècle aux jeunes filles d'une certaine condition. De nos jours il est appliqué uniquement aux filles qui ne sont pas mariées.

Noble Homme :
Homme vivant noblement, mais non noble, les vrais nobles portant obligatoirement le titre d'écuyer ou chevalier.

Honorable ou honnête Homme :
Bourgeois ou notable, quelques fois bailli d’une terre, le terme était simplement un adjectif qui stipulait que la personne était de "bonne naissance, honorable, convenable, considérable", l’expression est opposée à la noblesse, seulement utilisée par les marchands et artisans.

HG :
Abréviation rencontrée sur certains actes signifie Honorables Gens.

Discret :
Pour les ecclésiastiques, titre d'honneur pour les Prêtres et pour les Docteurs. "Vénérable et discrète personne."

Âge d'innocence :
Cette expression faisait référence à des enfants jusque vers leurs 7/8 ans qui est dit  « âge de raison »,  époque de la petite communion, assortie de la confession pour la première fois (sacrement de pénitence devenu de réconciliation avec Vatican II). On peut rencontrer parfois « âge de discrétion »

Commère :
Marraine, ex. grande commère Marie Laroche , petite commère Anne Marchand.

Compère :
Parrain

Maître ou Maîstre :
Qui détient la maîtrise d’un art, ce terme signifiait que l'homme était notaire, avocat, ou artisan, etc..., ceux qui pouvaient utiliser ce titre étaient ceux qui avait reçu une reconnaissance de leur corporation à laquelle ils appartenaient. On pouvait être ainsi: maître chirurgien, maître charpentier, maître cordonnier, maître maçon, maître meunier, etc.. Mais en général, le métier exercé était précisé dans le titre.

Mayeur :
Synonyme de maire, et usité dans la plupart des villes du Nord de la France et des Pays-Bas.

Échevin :
Nom donné à des officiers municipaux, équivalent du Maire, c'est surtout dans les Flandres, l'Artois et le Hainaut que le terme d'échevin était usité. Dans la plupart des villes de ces provinces, les échevins exerçaient haute, moyenne et basse justice. Les échevins étaient généralement nommés soit par le roi, par l'intermédiaire de son intendant, soit par le seigneur, cependant à Douai, les échevins étaient élus.

Laboureur :
Qui possède les outils et bêtes nécessaires au labour.

Journalier :
Une personne qui vend son travail à la journée.

Manouvrier :
Qui n'a que ses mains pour outil de travail (par opposition au laboureur). Il n'est pas rare que les fils de laboureurs soient manouvriers, puis laboureurs à leur tour après la mort du père.

Louagier, censier, fermier :
Qui loue et exploite un domaine. Fermier est avant tout un terme juridique (tenir à ferme = tenir à bail).

Ménager - Ménagère :
Personne qui travaillait et était souvent payée à la journée ou à la tâche mais selon les régions pouvait être aussi : un paysan cultivant un domaine et y habitant, tel un métayer ou encore un petit propriétaire, cultivateur. Dans le Nord, en Picardie, Artois, et Flandre : petit propriétaire de parcelles qui pour cultiver utilise le matériel et les bêtes de trait du fermier chez qui il travaille. Ce terme se retrouve en Normandie et en Gascogne. La femme d'un ménager est une ménagère ou profession ménagère, cultivatrice. Pour la période contemporaine : femme au foyer.

Champart :
Redevance en nature levée sur les récoltes

Lods & Ventes :
Droits à payer lors des mutations foncières d'héritages.

Cens :
Redevance périodique (souvent annuelle) due à un seigneur.

Banalités :
Monopoles seigneuriaux que les habitants sont tenus d'utiliser (moulin, four, pressoir)

Corvées :
Services obligatoires rendus par les habitants au seigneur.

Feu :
Qualifie un personnage décédé depuis longtemps par opposition à "Défunt" qui indique un décès plus récent.

Feux :
Correspond à une famille qui se chauffe auprès du « feu », dans les recensements anciens, on utilisait ce terme qui est devenu foyer par la suite.

 

Date de dernière mise à jour : 07/03/2017