Thiouville

Thiouville seine maritime adm

Petit village du Pays de Caux, Thiouville est proche des villes de Fauville-en-Caux (6kms), Cany-Barville (9kms), Doudeville (13kms), Yvetot (14kms), des villages de Normanville (1km), Beuzeville-la-Guérard (2kms), Cleuville (2kms).

Blason ville fr thiouville 1Héraldique

Les armes de la commune de Thiouville se blasonnent ainsi :
De gueules à la fleur de lis d’or surmontée d’un léopard du même.

Drapeau francais fond blancHistoire

Thiouville, Théodulfivilla, villa du latin domaine rural, précédé d'un nom d'homme Théodulfus, soit le domaine de Théodulfus, théologien de l’époque carolingienne, évêque d’Orléans et conseiller de Charlemagne.

Vers 1314, 3 ans de sécheresse, puis de pluie et de gel, entraînent famine et peste et ravagent le Pays de Caux. Thiouville est touché.
En 1531, une délibération est prise à l’encontre du seigneur de Thiouville qui, au préjudice des droits de patrimoine du Chapître, a fait construire un oratoire sur un des côtés de l’église.
En 1793, deux hommes du village, Jean Bucaille, 57 ans, syndic de Thiouville qui fait élever le clocher de l'église en 1785 (ci-dessous § et photo de la plaque commémorative dans l’église) et Jean Bréard, 48 ans, laboureur, sont massacrés par la foule parce qu'ils refusent d'assister aux offices du curé constitutionnel, juste avant la Terreur le 23 avril 1793.
En 1914-1918, Thiouville paie un lourd tribut avec 27 morts pour la France.

La rumeur de Thiouville de 1793

Thiouville seine maritime plaque commemorative bucailleLe 23 avril 1793, une fausse nouvelle d’un débarquement anglais  entraînant un  risque de contre-Révolution se répand, les gardes nationales révolutionnaires et une foule affolée prend les armes, marchent sur Thiouville, et y massacrent deux cultivateurs pour leur attachement au culte réfractaire.
Il s'agit de Jean Bucaille, dont les supplications de la fille ne parviennent pas à calmer les émeutiers, qui :  … arrachent la fille des bras de son père, une lugubre détonation se fait entendre et l’infortuné Bucaille tombe percé sous les plombs meurtiers … dans la cour de sa maison, et de Jean Bréard, tué dans le bas de la cour du citoyen François de La Haye.
La semaine religieuse du Diocèse de Rouen du 2 avril 1907 rapporte les monstrueux détails du massacre de Jean Bucaille :
"Un laïque, Bucaille, honnête laboureur du pays de Caux, avait subi les derniers tourments pour la foi. Fusillé par une populace en furie, son corps fut, après sa mort, l'objet d'outrages ignobles. On le lapida, on le dépeça, on se partagea ses membres ; sa tête fut mise au bout d'un sabre, une de ses mains au haut d'une pique, et l'autre servit de salière dans un repas que les forcenés donnèrent le soir, en signe de réjouissance. Quant au torse, ils allumèrent dessus un feu de joie avec des ornements et des livres d'église, et dansèrent autour en chantant de honteux refrains." 

Une lettre de l’Intendant, M. de Gasville, Rouen, 26 septembre 1723

Cette lettre, adressée au syndic de Thiouville, porte sur les moyens à employer pour établir la sureté publique, à l’exemple de ce qui a été pratiqué en Touraine, par ordre de M. Hérault, Intendant :
"Monsieur le contrôleur général m’a ordonné de vous faire sçavoir que l’intention de Sa Majesté est que vous m’écriviez régulièrement tous les mois et que vous m’avertissiez exactement des meurtres, vols, incendies, assassinats et attroupements dont vous pourrez entendre parler, qui auront esté commis dans votre paroisse ou aux environs ; et que vous me désigniez autant qu’il vous sera possible, soit par le nom ou par la figure, les personnes qui pourront être suspectes de tous ces crimes..... Cette relation, que je vous ordonne d’avoir avec moi, ne doit pas vous empêcher de continuer celle dans laquelle vous devez être avec mes subdélégués. Soyez donc attentifs, tous les premiers jours de chaque mois, de m’écrire avec la dernière exactitude, et même plus souvent dans des cas importants ; et, supposé que vous ne pussiez le faire par vous-même, faute de sçavoir lire ou écrire, engagez Monsieur le curé de votre paroisse de le faire en votre place et en votre nom. Avec cette précaution, je serai en état d’éloigner les malfaiteurs et de les faire punir ; et, au contraire, si vous négligez les éclaircissements que je vous prescris de me donner, je regarderois cette négligence de votre part comme une tolérance des malversations qui se commettroient."

Seigneurs et gens de noblesse

Les d’Herbouville sont seigneurs de Thiouville pendant plusieurs siècles, puis la seigneurie est transmise par les femmes aux familles Auber puis du Sart.
 En 1096, le seigneur de Thiouville participe à la 1ère croisade.
En 1207, Lucas de Thiouville d’Herbouville donne le patronage de l'église aux chanoines métropolitains de Rouen, source de conflits jusqu'à la Révolution.
Guillaume d'Herbouville, né en 1300, époux d’Anne de Créquy, accompagne son suzerain, le comte de Tancarville, à la croisade menée par saint Louis. Puis lui succèdent :
Henry d’Herbouville époux de Guillemette de La Montagne, Gilles d’Herbouville époux de Jeanne de Biville, Robert d’Herbouville époux de  Jeanne de Betas, Guillaume d’Herbouville époux de Marie de Baudribosc, Robert d’Herbouville époux de Jeanne de Houdetot, décédé avant 1427,  Jean 1er d’Herbouville époux de Robine d’Enis, Richard d’Herbouville époux d’Isabeau Banastre.   Puis en 1553 :
Thiouville seine maritime monument funeraire marie de dampierreCharles d’Herbouville épouse  Marie de Dampierre 1490/1553, dame du Fresnay, de Doudeville et de Fultot, inhumée dans le cœur de l'église (monument funéraire dans l'église ci-contre), son fils Charles d’Herbouville époux de Françoise de Brouilly dont les trois filles :
- Antoinette d’Herbouville, épouse François de Clercy,
- Marie d’Herbouville, épouse en 1573, Guillaume IV Auber, écuyer, qui devient seigneur de Thiouville. Son fils Robert 1er Auber, écuyer, époux en 1601 de Jeanne de Mauviel, lui succède.
- Anne d’Herbouville, épouse Thomas Auber, seigneur de La Haye, trésorier de la paroisse Saint Jean de Rouen en 1575, dont la fille Anne Auber épouse Pierre du Sart, écuyer, baron de Thury, seigneur de Thiouville en 1604.
Puis suivent :
Anne du Sart, chevalier, inhumé dans le chœur de l’église en 1636.
François du Sart, chevalier de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, seigneur en 1703.
Anne du Sart, seigneur en 1711.
Louis du Sart, inhumé dans le chœur de l’église en 1728.
Esprit Angélique Barthélémy du Sart, inhumé dans le chœur de l’église en 1743.
Robert Adrien Guillebert inhumé dans la chapelle seigneuriale en 1774.

Le dernier descendant de la branche d’Herbouville est Charles Fortuné  marquis d'Herbouville 1756/1829 dit le La Fayette normand, aristocrate libéral, il est le premier président élu du département de la Seine-Inférieur, lors de la création des départements, au début de la Révolution. Emprisonné sous la Terreur, il est préfet de l'Empire, puis pair de France sous la Restauration et grand officier de la Légion d'Honneur.

Patrimoine

L’église Saint-Vaast , édifiée par Charles d'Herbouville sans autorisation des chanoines, faillit être démoli, à leur demande en 1532.
Le chœur, en pierre blanche, est du XVIème siècle ainsi que l’oratoire seigneurial et les fonts baptismaux. La pierre funéraire de Marie de Dampierre est classée aux Monuments Historiques.
La nef du  XVIIème siècle, ainsi que le beffroi,  sont presque entièrement rebâtis en briques et silex en 1785.
Le transept est ajouté en 1877.

Le château bâti au milieu d’un parc de 4 ha avec des arbres anciens, un verger, des écuries, il remplace un ancien édifice fortifié du Moyen Age, dont il conserve des caves monumentales, décrit dans un aveu de 1640, comme un château à motte et pont-levis, avec des douves.
Il s’insère dans un clos masure, habitat traditionnel du Pays de Caux, entouré de haies de hêtres qui le protègent.
Le bâtiment actuel date du milieu du XVIIème remanié au XVIIIème siècle et représente une gentilhommière normande de la fin de l’Ancien Régime. Construit en briques, pierre et silex, il a conservé son décor intérieur (boiseries, cheminées, parquets), tout en ayant été intégralement restauré dans le respect scrupuleux de son caractère original ces 10 dernières années.
Ses 7 chambres sont aujourd’hui à louer pour des vacances ou un événement.

Evolution de la population

Thiouville seine maritime demo

Hameaux, lieux dits et écarts

Le Hamelet – Le Château – Le Bosc Quenel – Le Bois – La Rue Verte – Le Bout de la Ville.

Nos ancêtres de Thiouville …

Naissance/Baptême :
FRIGOT Marguerite (sosa 1993G11) le 13 mars 1672.

Union :
FRIGOT Pierre Jacques (sosa 3986G12) et CHAPELLE Suzanne (sosa 3987G12) le 4 août 1664.

Carte de Cassini

Thiouville seine maritime carte cassini 1

 


 

Sources
Sites et photo :
Wikipedia, Seine76, Communauté de Communes Cœur de Caux.
Livres, documents, revues :
Les épaves du passé, 2ème partie, par Dieudonné Dergny, 1900
Essai Historique sur Yvetot, Fromentin, 1844.
Apparition des seigneuries châtelaines dans le Grand Caux à l’époque ducale, Jacques Le Maho, 1976.

Date de dernière mise à jour : 23/07/2016