Sorquainville

Sorquainville seine maritime adm

Ce petit village du Pays de Caux est entouré sur trois côtés par une vallée faisant découvrir de magnifiques points de vue.
En 1978, Sorquainville reprend son indépendance après avoir été réunie brièvement à la commune  de Saint-Michel-en-Caux.

Drapeau francais fond blancHistoire

A l’époque gallo-romaine, Sorquainville était un lieu de passage animé par les marchés et le commerce régional. Une rue porte encore aujourd’hui le nom de rue du carreau des Romains.
Au Xème siècle, un ancien compagnon de Rollon nommé Svartikin devient propriétaire des terres de Sorquainville et y donne son nom.

Seigneurs et gens de noblesse

D’après les pouillés, Sorquainville ne serait qu’un huitième de fief de Beuse-Mouchel aujourd’hui Bernières, membre de la baronnie et haute-justice de Fécamp.
Salomon Cousture de Chamacourt 1692/1759, chevalier,  conseiller au Parlement de Normandie en 1716, est seigneur des terres de Sorquainville qui lui sont disputées par l’Abbaye de Fécamp. Il gagne le procès en 1718.  
Il fait construire un château dans le village ainsi que la tour-porche de l’église Saint-Martin, en 1725.
Il épouse en 1722 Geneviève Antoinette Le Pelletier de Martainville 1690/1781, sœur de Michel de Martainville 1694/1757, et unique héritière du château de Martainville. Elle est veuve en 1764.
Il est probable que sa descendance s’installe au château de Martainville et non à Sorquainville.

Personnages liés à la commune

Madame de Sorquainville, épouse d’un conseiller au Parlement de Rouen (vraisemblablement Geneviève Antoinette Le Pelletier de Martainville épouse de Salomon Cousture de Chamacourt, voir § Seigneurs et gens de noblesse) est peinte en 1749 par Jean-Baptiste Perronneau à l’âge de 52 ans. 
Pierre Rosenberg de l’Académie Française la décrit ainsi en 2007 dans son dictionnaire amoureux du Louvre : Assise dans un fauteuil coiffée d’un discret bonnet, elle nous regarde et sourit. On note ses yeux noirs, le ruban noir qui enserre son cou, le gros nœud sur le devant de la poitrine, les dentelles quelque peu fanées en bouilllonnés de sa robe bleu tendre et vert acide, deux couleurs que Perronneau allie, marie, accorde avec bonheur… son fin visage amaigri, ses pommettes rosées, son teint ivoirin et son regard pétillant. Intelligente c’est évident, élégante sans nul doute, coquette peut-être, spirituelle à n’en point douter. Son sourire ? celui d’une Joconde du XVIIIème siècle …
Ce portait (ci-dessous) est conservé au Musée du Louvre.

Mme de sorquainville

Patrimoine

L’église Saint Martin date du XIème siècle. La tour-porche de style Renaissance est construite par Salomon Cousture de Chamacourt  en 1725 et restaurée au XXème siècle. Les fonts baptismaux datent du XVIIème siècle.

Le château de Sorquainville construit en 1702 par ce même seigneur, est en 2006 transformé en chambre d’hôtes.

Le calvaire date du XVIème siècle.

Des chaumières du XIXème siècle.

Des hêtraies et des mares.

Evolution de la population

Sorquainville seine maritime demo

Nos ancêtres de Sorquainville …

Naissance/Baptême :
GREVERAN Jeanne (sosa 1999G11) le 4 décembre 1682.

Union :
GREVERAN Charles (sosa 3998G12) et GENEST Anne (sosa 3999G12) le 16 juin 1681.

Carte de Cassini

Sorquainville seine maritime carte cassini

 


 

Sources
Sites et photo :
Wikipedia, Office de Tourisme Intercommunal du canton de Valmont, Seine76.
Livres, documents, revues :
Congrès archéologique de France (p. 549), 1860
Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Abbé J. Jos Expilly, 1770.

Date de dernière mise à jour : 17/07/2016