VISAGES DE L'AUDE

 

Du VIIIème au XVIIème siècle

4 familles d’ancêtres dont 1 de la noblesse
  5 individus ont vécus dans ce département

(1 naissance/baptême et 4 unions)
 

Les familles : Carle, Gairaud, Marques et d’Autun

dans 2 villes : Roquetaillade et Narbonne.

 

 

Quelques détails historiques

 

Le royaume juif de Narbonne

Le prophète Mahomet, chef religieux, politique et militaire arabe issu de la tribu de Quraych, fondateur de la religion islamique, meurt à Médine en 632. A sa mort, toute une population de nouveaux croyants s'enflamme et prend le chemin des conquêtes.
Craignant une collusion entre les juifs et les musulmans, l'empereur romain d’Orient, Héraclius (575/641) contraint tous les juifs à la conversion. Il convainc le roi des Francs, Dagobert Ier (602/639), d'appliquer la même politique, ce qui entraîne un reflux de nombreux juifs vers la Provence à l'abri du fanatisme.
En 719, Narbonne est occupée par le général El Samah. Deux ans plus tard, c’est le tour de  Carcassonne, Agde, Béziers et Nîmes. Ces dernières villes sont reprises en 737 par Charles dit Martel. Mais à Narbonne,  pôle géographique de première importance, l'occupation dure 40 ans et une culture judéo-arabe se met en place de façon durable. Musulmans, chrétiens et juifs cohabitent dans une société nouvelle faite de tolérance.
En 759, Pépin III dit le Bref reprend Narbonne aidé par les wisigoths et les juifs.
Le roi Charlemagne demande au calife de Bagdad de lui adjoindre un juif de la Tribu du Roi David. Ce dernier lui adresse un homme sage du nom de Rabbi Makhir que les Juifs acclament comme Messie, fils d'Ephraïm.
Il s'installe à Narbonne, épouse la fille d’un notable, et fonde une académie d'études de la tradition judaïque sur le modèle de celles existant à Babylone. Charlemagne assure l'autorité de cette école et lui donne en jouissance une grande partie de la ville. Plusieurs juifs acquièrent des biens fonciers constituant une sorte de royaume avec à sa tête Natronai Makhir.
Ce dernier est reçu dans la noblesse franque et adoubé avec le nom distinctif de Théodoric. Les lois carolingiennes lui accordent une propriété terrienne en libre aloi, incluant d'anciens biens ecclésiastiques, situés en Septimanie et dans le Toulousain.
Makhir s’avère être un roi guerrier de grande valeur, il combat avec Charlemagne, et quadruple la superficie de la Septimanie. Il n’y a aucun doute qu’il doit en grande partie son succès au fait d’être reconnu comme Messie par ses sujets juifs qui se battent vaillamment sous son étendard, le lion de Juda, et qu’il vole de victoire en victoire jusqu’en 793 où il tombe lors d’une escarmouche de second ordre sur les rives de la Weser en Pannonie (plus ou moins l’actuelle Hongrie).
En 791, Charlemagne confirme les statuts du Royaume juif de Narbonne et crée le titre permanent de Nasir (patriarche).
Plusieurs siècles durant, la dynastie makhirite jouit de nombreux privilèges, le titre de Nasir se transmettant de manière héréditaire.
Benjamin de Tolède, visitant Narbonne en 1165, mentionne la situation en vue de la famille de Makhir à Narbonne ; les lettres royales de 1364 mentionnent également l'existence d'un Rex Iudaeorum (roi des juifs) à Narbonne. Le lieu de résidence de la famille de Makhir est désigné, dans des documents officiels, sous l'expression de Cortada Regis Iudaeorum (Cour du roi des juifs).

 

  Thierry Ier d’Autun alias Aka Makhir Ben Habibai (730/804)  Comte de france

Famille : Il est le fils de Théodoric (voir ci-dessus), alias Abibai Ben Natronai David, fondateur de la lignée des Thierry comte d’Autun, et de son épouse Rolinde d’Aquitaine.

Mon arbre généalogique : n° sosa 1 932 073 379 962++ en 41ème génération.

Biographie : Il nait vers 730 à Narbonne.
Il est comte d’Autun, cité à plusieurs reprises en 742 et 750.
En 775, un jugement rendu par Charlemagne le nomme parmi les fidèles du roi.
En 782, Eginhard (auteur de la première biographie de Charlemagne) le qualifie de parent du roi Charlemagne, descendant de Bertrade de Prüm dite l’ancienne (670/721).

Union et descendance : En 739, il est promis à Aude de France (724/793), fille du duc des Francs Charles dit Martel, qu’il épouse vers 744. Le couple à plusieurs enfants dont :
- Thierry II  (748/826), comte d'Autun, cité en 782 et 804 ;
- Adalelme (760/-) ;
- Gilbert de Rouergue (750/820) ;
- Thouin d’Autun (755/816) ;
-  Guilhem de Gellone, duc d’Aquitaine, comte de Toulouse, marquis de Septimanie et fondateur en 804, de l'abbaye de Saint-Guilhem-le-Désert ;
- Aube, qui épousera Frédelon de Toulouse vers 790.
- Berta, qui épousera Nibelung II, comte d’Autun vers 775.

 

 

 

 

 

 


 

 

Sources
Sites et photo :
Wikipedia
Livres/revues/documents/forums : Arthur Suckermann (historien américain 1972).

Date de dernière mise à jour : 23/11/2017