Aux pays de mes ancêtres

VISAGES DE LA VIENNE

 

Du IXème au XIIème siècle

2 familles d’ancêtres de la noblesse
  9 individus ont vécus ou régnés dans ce département
3 actes y ont été enregistrés :
 2 naissances/baptêmes
o(o)
1 décès/inhumations +(+)
 

 

Les familles : de Poitiers et de Cercy-la-Tour

Dans 2 villes : Poitiers et Vivonne

 

 

Quelques détails historiques

 

 Camille de Cercy-la-Tour (1118/1142)  

Famille : Elle est la fille d’Auguste Ier de Cercy-la-Tour (1084/1143), seigneur de Cercy-la-Tour (Nièvre) et de son épouse Marthe de Fours (1094/1136).

Mon arbre généalogique : n° sosa 471 697 553++ en 29ème génération.

Biographie : Elle est dame de Cercy-la-Tour.
Elle serait née en 1118 au château de Cercigny à Vivonne (sources : Geneanet) bien que l’on ne comprenne pas bien pourquoi la Vienne... la Famille des seigneurs de Cercy-la-Tour étant bien implantée dans la Nièvre.

Union et descendance : Elle épouse Alexandre de Prémery vers 1135. Le couple a au moins 2 enfants : Henry Ier (1142/1199) et Angélique de Prémery.

 

Les comtes de Poitiers

Depuis le VIIème siècle, les comtes de Poitiers ou de Poitou, sont à la tête d’un ensemble territorial qui évolue au fil des siècles, le comté de Poitiers. Il est érigé comme tel par Charlemagne (747/814), qui envoie en 778 Abbon, comte de Poitiers de 778 à 791, pour administrer ce territoire.
Toujours sous la période carolingienne, deux familles franques s’opposent au titre comtal : celle des Guilhelmides et celle des Ramnulfides, qui a raison de la première en 902.
La nouvelle dynastie pleinement instaurée devient la Maison de Poitiers, dont Aliénor d’Aquitaine (1122/1204) est l’ultime héritière.
Aux mains des Plantagenêts par le fils de cette dernière, Richard dit Cœur de Lion (1157/1199) en 1169, le comté est reconquis en 1204 par Philippe II dit Auguste (1165/1223).
Après Jean dit Sans Terre (1199/1204), le comté est incorporé au Domaine Royal en 1204, et donné en apanage, dès 1241, aux fils des rois de France.
Le comté reste de 1422 à la Révolution Française dans les terres de la Couronne.
Dans ma généalogie, quelques comtes de Poitiers :

 Emenon Ier de Poitiers (+866)    Comte de france

Famille : des Guilhermides.

Mon arbre généalogique : n° sosa 251 509 181 452++ en 38ème génération.

Biographie : Il est comte de Poitiers de 828 à 839, de Périgueux de 845 à 866 et d'Angoulême de 864 à 866.
Fidèle sujet du roi Pépin Ier d'Aquitaine, il le seconde lors des révoltes de ce dernier contre l'empereur.
La révolte éclate au printemps 830, Lothaire Ier (795/855), fils aîné de l’empereur Louis Ier dit le Pieux, oblige son père à l'associer au trône et contraint la seconde épouse de celui-ci, Judith de Bavière, à prendre le voile à l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers. Il s'ensuit 4 années de guerre, jusqu'en 834 quand Louis Ier reprend le pouvoir et écarte Lothaire.
Un équilibre pacifique entre les factions se maintient alors, jusqu'à la mort du roi Pépin Ier d’Aquitaine en 838. L'empereur donne alors l'Aquitaine à son dernier fils, le futur Charles dit le Chauve (823/877).
Gérard, comte d'Auvergne, Ratier, comte de Limoges, Renaud comte d'Herbauges et Ebroïn, évêque de Poitiers se rallient au nouveau roi, mais Émenon et son frère Bernard s'y refusent et se révoltent en soutenant Pépin II d’Aquitaine, fils de Pépin Ier, suivis par leur frère Turpion, comte d'Angoulême et Séguin, comte de Saintes et de Bordeaux. Louis le Pieux intervient, prend Poitiers à Noël 839, en chasse Émenon et donne le comté à Ramnulf Ier, fils de Gérard d'Auvergne.
Émenon se réfugie chez son frère Turpion, comte d'Angoulême. Il fait cependant sa soumission et réapparait à la Cour impériale dès 840. Pépin II le nomme comte de Périgueux en 845.
Emenon succède à son frère Turpion comme comte d'Angoulême en 863 tout en conservant Périgueux.
Il meurt 3 ans plus tard à Rancogne, le 22 juillet 866, des blessures reçues le 14 juin 866, lors d'un combat contre son cousin Landri, comte de Saintes, qui est également tué dans l'engagement.

Union et descendance : Il épouse Sancha de Gascogne (810/840), fille du duc Sanche Ier Loup de Vasconie et de son épouse, Aznarès d’Aragon.
Le couple a plusieurs enfants :
- Arnaud, duc de Vasconie en 864,
- Godelinde de Poitiers (835/898) qui épousera le comte Gotfred II de Cahors,
- Imène de Poitiers (835/-), qui épousera Gausbert de Quercy.

Veuf, il se remarie avec Bliheut de Troyes (820/-), fille du comte Eudes Ier, et de son épouse Wandelmodis de Worms. Le couple a plusieurs enfants :
- Adémar (+926), comte de Poitiers, puis d'Angoulême et de Périgueux,
- Adalelme (845/894) comte de Troyes, qui suit,
- Nivelung de Bourbon-l’Archambault (845/-)

 Ramnulf Ier de Poitiers (825/866)     Duc

Famille : à l’origine de la lignée des Ramnulfides.
Il est le fils de Gérard (800/841), comte d’Auvergne et de son épouse Adaltrude du Maine (800/-).

Mon arbre généalogique : n° sosa 120 754 590 736++ en 37ème génération.

Biographie : Il est comte de Poitiers en 840 (après que Louis Ier dit le Pieux ait déposé le comte Émenon Ier), duc d'Aquitaine de 854 à 866 et abbé de Saint-Hilaire de 841 à 866.
En 864, il surprend une troupe de Normands qui ravage son comté, et fait prisonnier Pépin II d'Aquitaine, qui s’est allié à eux. Il le livre à Charles II dit le Chauve, qui le fait tonsurer et cloîtrer à Senlis.
En concertation avec Robert dit le Fort (815/866), il combat les Vikings qui pillent la vallée de la Loire et particulièrement leur chef Hasting. Ils parviennent à le surprendre à proximité de Châteauneuf-sur-Sarthe, alors qu'il vient de piller Le Mans. Les Vikings se réfugient dans l'église de Brissarthe qui est assiégée par les Francs. Les Vikings effectuent une sortie le 2 juillet 866, au cours de laquelle Robert le Fort est tué et lui grièvement blessé d'une flèche viking.
Il meurt de ses blessures peu après, en octobre 866.

Union et descendance : Il épouse la fille du marquis, Bernard de Septimanie et de son épouse Duoda Sanchez de Gascogne.
Le couple a plusieurs enfants dont :
- Ramnulf II, futur duc d’Aquitaine, qui suit,
- Gauzbert,
- Ebles, qui sera abbé de Saint-Denis,
- Ermengarde de Poitiers qui épousera en 860, Suniaire II d’Ampurias.

 Ramnulf II de Poitiers (850/890)     Duc

Famille : Il est le fils du précédent.

Mon arbre généalogique : n° sosa 60 377 295 368++ en 36ème génération.

Biographie : Il est comte de Poitiers de 877 à 890 et duc d'Aquitaine de 888 à 890.
Il est élevé à la Cour de Charles II dit le Chauve (823/877), roi de Francie Occidentale.
Ramnulf II n'est  âgé que de 16 ans environ à la mort de son père.
Le manque d'intérêt du roi envers Poitiers permet au guilhelmide, Bernard de Gothie, de s'emparer du comté, sans recevoir l'investiture du roi.
Charles dit le Chauve meurt en 877 et Bernard de Gothie refuse de reconnaître le nouveau roi, Louis II dit le Bègue (846/879). Son conseiller, Hugues l'Abbé, lui retire le comté de Poitiers, qu'il confie à Ramnulf II. Bernard de Gothie se révolte, est excommunié par le pape Jean VIII et est dépossédé de ses honneurs. La Saintonge est donné à Gauzbert, frère de Ramnulf II et Ebles, le troisième frère, devient abbé de Saint-Denis.
Louis II meurt en 879, et Hugues l'Abbé fait couronner les deux aînés du roi, puis procède au partage du royaume : Louis III reçoit la Francie et la Neustrie, tandis que l'Aquitaine et la Bourgogne reviennent à Carloman II, à qui Ramnulf II prête serment. Mais les deux rois meurent. Les Grands du royaume offrent la couronne au roi germanique, Charles III dit le Gros (839/888), mais ce dernier est incapable de lutter contre les Vikings et meurt abandonné de tous en 888. Eudes, issu des Robertiens, qui s'est illustré dans la lutte contre les Vikings est élu roi, mais aucun seigneur au Sud de la Loire ne veut le reconnaître.
Ramnulf  II accueille Charles, dernier fils de Louis II dit le Bègue, âgé de 7 ans, et s'intitule duc d'Aquitaine.
Eudes s'attache les deux frères de Ramnulf, Gauzbert et Ebles, et se rend à Poitiers dans le but de soumettre Ramnulf, mais ce dernier va à sa rencontre avec une importante troupe. Pour éviter une bataille qui risque de l'affaiblir, Eudes négocie et Ramnulf promet de ne pas attaquer Eudes et lui prête un vague serment d'allégeance. Six mois plus tard, le roi lui donne plusieurs domaines.
Ramnulf se rend à Paris, où il meurt le 5 août 890, peut-être empoisonné, après avoir confié son fils Ebles Manzer à son cousin éloigné, Géraud d'Aurillac, lequel le confie à son tour à Guillaume Ier d’Aquitaine dit  le Pieux (875/918).

Union et descendance : Il aurait épousé Ermengarde dont on ne sait rien d'autre. Ils auraient eu un fils, Ramnulf  III mort en 901.

D'une concubine inconnue, il a un fils illégitime : Ebles Manzer (+934) qui suit.

 Ebles Manzer ou le Bâtard (870/934)     Duc

Famille : Il est le fils du précédent et d’une concubine inconnue.

Mon arbre généalogique : n° sosa 30 188 647 684++ en 35ème génération.

Biographie : Bien qu'intronisé comte par son père, il doit s'enfuir devant Aymar d’Angoulême, fils d'Émenon Ier des Guilhermides, qui soutenu par Eudes Ier, prend Poitiers en 892 et s'installe dans le comté.
Aymar est le dernier des Guilhermides à avoir été comte de Poitiers.
Ebles trouve refuge chez le comte d'Auvergne, Guillaume Ier d’Aquitaine dit le Pieux, cousin supposé de son père, qui en profite pour faire passer le duché d’Aquitaine sous sa coupe.
En 902, Ebles se lance à la conquête de son comté avec une armée prêtée par Guillaume. Il prend Poitiers en l'absence d'Aymar puis le vainc.
Le roi Charles III dit le Simple, avec qui il a été élevé, l'investit comte de Poitou.
Il attribue l'abbaye de Saint-Maixent au vicomte Savary Ier de Thouars qui l'a soutenu. Il restructure le Poitou en créant de nouvelles vicomtés à Aulnay (Charente-Maritime) et à Melle (Deux-Sèvres) et supprime la vicomté de Poitou à la mort de son détenteur Maingaud en 925.
En 904, il conquiert le Limousin.
En 911, il est à Chartres dans l'armée qui combat Rollon à la colline de Lères.
Il hérite de son cousin éloigné Acfred, petit-fils de Guillaume, et se retrouve ainsi duc d'Aquitaine, comte du Berry, d'Auvergne et du Velay.
En 929, le roi des Francs, Raoul de Bourgogne (890/936), réduit son pouvoir en lui retirant d'abord le Berry, puis en 932 en transférant le titre de duc d'Aquitaine et le comté d'Auvergne au comte de Toulouse Raymond III Pons (892/942). En outre le territoire de la Marche qui dépend des seigneurs de Charroux (Vienne), vassaux d'Ebles, est transformé en comté indépendant.
Après Ebles, la dynastie des Ramnulfides devient la famille titulaire du comté de Poitiers et du duché d’Aquitaine.

Union et descendance : Il épouse Émilienne dont il a  2 fils, Ebles, évêque de Limoges et Guillaume dit Tête d'Étoupe, qui suit.

 Guillaume Ier de Poitiers dit Tête d’Etoupe (910/963)   Duc

Il est comte de Poitiers sous le nom de Guillaume Ier à partir de 934, et duc d'Aquitaine sous celui de Guillaume III.
Il nait à Poitiers en 910 et y décède le 3 avril 963.
Voir page « Visages de l’Eure ».

 Guillaume II dit Fier à Bras (937/995)     duc

Famille : Il est le fils du précédent et de son épouse Adèle de Normandie.

Mon arbre généalogique : n° sosa 15 094 324 024++ en 34ème génération.

Biographie : Il est comte de Poitiers de 963 à 993 sous le nom de Guillaume II et duc d'Aquitaine sous celui de Guillaume IV durant la même période.
Il est considéré comme un guerrier de valeur, qui impose son autorité aux seigneurs et vicomtes du Poitou.
Il résiste victorieusement au roi de France, Hugues Capet (939/996), son beau-frère, qui tente de s'emparer de Poitiers en 988.
Mais ses nombreux adultères entachent son règne, notamment sa liaison avec Aldéarde de Thouars, fille du vicomte Raoul Ier de Thouars, provoquant le départ de son épouse, Emma de Blois.
En janvier 993, il abdique et se retire à l'abbaye Saint-Cyprien de Poitiers.

Union et descendance : Il épouse en 968,  Emma de Blois (948/1005), fille du comte Thibaud de Blois dit  le Tricheur.
Le couple a au moins 2 enfants :
- Guillaume dit le Grand, qui suit,
- Adélaïde, qui épousera Hugues Capet.

 Guillaume III dit le Grand (969/1030)    Duc

Famille : Il est le fils du précédent.

Mon arbre généalogique : n° sosa 7 547 162 012++ en 33ème génération.

Biographie : Il devient comte de Poitiers, sous le nom de Guillaume III de Poitiers en 993 et duc d'Aquitaine à la mort de son père en 995.
Il est cultivé et pieux et a un règne pacifique, mais n'ayant pas de qualités d'homme de guerre, il subit plusieurs revers.
Il fait appel au roi de France, Robert II dit le Pieux (972/1031), pour mater son vassal le comte de la Marche, Boson II, mais leur expédition commune se solde par un échec. Il est battu par le comte  Foulque III d’Anjou dit Nerra, à qui il abandonne le Loudunais et le Mirebalais. Les Vikings lui infligent une défaite en 1006.
Il ampute son domaine de Confolens, Ruffec et Chabanais pour récompenser son vassal le comte d'Angoulême, Guillaume III Taillefer.
Il fonde les abbayes de Bourgueil et de Maillezais * en 1010.
Dans le cadre des luttes féodales, notamment avec son vassal Hugues IV de Lusignan, il obtient en 1020 de son ami Fulbert, évêque de Chartres, un conseil qui a fait référence par la suite sur les devoirs d'aide et de conseil réciproques entre le suzerain et le vassal. Il soutient enfin la mise en place de la Paix de Dieu par l'Église.
Lorsque les Italiens viennent en 1024 en France pour y chercher un roi, ils choisissent Hugues, le fils du roi de France, Robert II. Mais devant le refus de ce dernier, ils viennent demander à Guillaume d'accepter cette couronne. Celui-ci part en Italie pour discuter de la proposition, avant de refuser, pour lui et pour son fils, devant la complexité des intrigues italiennes.
En 1029, il abdique en faveur de son fils, lui laissant un duché indépendant du royaume de France, et il se fait moine à l’Abbaye de Maillezais où il meurt peu après, le 31 janvier 1030. Il est inhumé dans l’Abbatiale de Maillezais (Vendée).

Union et descendance : Il épouse vers 997, Adalmode de Limoges, fille du vicomte Géraud de Limoges et veuve du comte, Aldebert de La Marche. Ils ont au moins 1 fils : Guillaume VI de Poitiers dit le Gros, qui suit.

Il épouse vers 1011, Brisque de Gascogne, fille du duc de Gascogne, Sanche Guillaume. Ils ont au moins 2 enfants :
- Eudes de Poitiers, duc d'Aquitaine, comte de Gascogne puis brièvement comte de Poitou entre 1038 et 1039 ;
- Adalaïs de Poitiers, qui épousera Géraud Ier d'Armagnac dit Trenqueléon, puis Arnaud II, Vicomte de Lomagne et d'Auvillars.

Il épouse en 1019, Agnès de Bourgogne, fille du comte Otte Guillaume de Mâcon. Ils ont au moins 3 enfants :
- Guillaume VII de Poitiers dit Aigret, comte de Poitiers entre 1039 et 1058,
- Guillaume VIII de Poitiers dit Guy-Geoffroi, comte de Poitiers de 1058 à 1086,
- Agnès d'Aquitaine, qui épousera en 1043, l'empereur Henri III de Germanie, couronnée impératrice à Rome le 25 décembre 1046, elle est régente de l'Empire de 1056 à 1062.

 Guillaume IV dit le Gros (1004/1038)    Duc

Famille : Il est le fils du précédent et de sa première épouse, Adalmode de Limoges.

Mon arbre généalogique : n° sosa 3 773 581 006++ en 32ème génération.

Biographie : Il est comte de Poitiers de 1030 à 1038 sous le nom de Guillaume IV et duc d'Aquitaine sous le nom de Guillaume VI durant la même période.
En 1030, peu après la mort de son père, il épouse Eustachie, de petite noblesse, s’ensuit une disparition des principaux vassaux du comté de l’entourage du couple.
Il crée un début d'administration en nommant un prévôt à Poitiers en 1032.
Il est battu et fait prisonnier le 20 septembre 1033, près de Saint-Jouin-de-Marnes, par le comte d'Anjou, Geoffroi Martel, fils de Foulques III dit Nerra. Il n'est libéré contre rançon que 3 ans plus tard. Il repart immédiatement en guerre en 1036, mais est battu à nouveau, et doit céder l’île d’Oléron.
Pendant tout son règne, il fait face à la rivalité de sa belle-mère, Agnès de Bourgogne, la 3ème épouse de son père, qui s'est remariée à Geoffroi Martel.
Il meurt le 15 décembre 1038 sans descendance. Il est inhumé dans l’abbaye de Maillezais (Vendée) près de son père.

Union et descendance : Il épouse le 31 janvier 1030, Eustachie.


 


 

 

* Notes :


L'abbaye de Maillezais (Vendée)
Vers l'an 1000 l'île de Maillezais, au coeur du marias poitevin, accueille ses premiers défricheurs : les moines de Saint-Benoît.
Emma d'Aquitaine (948/1005), épouse du duc Guillaume II dit Fier à Bras, décide d'y fonder un monastère.
Grâce aux nombreuses donations des ducs d'Aquitaine, l'abbaye occupe une place majeure en Poitou. Elle en devient leur panthéon : Guillaume IV dit le Gros (1004/1038)  y est inhumé, tout comme son père Guillaume III dit le Grand, mort à Maillezais en 1030.
Cette richesse suscite très vite la jalousie des seigneurs voisins qui, par convoitise, incendient et pillent l'abbaye.
En 1317, le Pape Jean XXII décide de scinder le diocèse de Poitiers en trois : Maillezais et Luçon se voient érigées en évêchés. L'abbatiale de Maillezais est élevée au rang de cathédrale. L'abbaye est agrandie et devient un foyer de la vie intellectuelle à la Renaissance. A cette époque, l'évêque Geoffroy d'Estissac accueille  François Rabelais, qui s'instruit à l'abbaye durant 5 ans avant de devenir le célèbre écrivain que l'on connaît.
A partir des Guerres de Religion, l'abbaye de Maillezais vit dans la tourmente.
Transformée en forteresse de défense au XVIIème siècle, elle est gouvernée par les protestants, dont le fameux chef militaire Agrippa d'Aubigné. Mais les assauts répétés des forces catholiques causent très vite sa ruine, elle est abandonnée.
A la suite de la Révolution Française, les murs encore debout sont vendus pour servir de carrière de pierres.
Elle est classée aux Monuments Historiques en 1923, ce qui la sauve de la destruction totale.
En 1996, elle est rachetée par le Conseil Départemental de la Vendée, qui la restaure. Ses ruines majestueuses se dressent encore, bijou d'architecture : périodes romane, gothique ou renaissance, elle  fait toujours figure de modèle.

 

 

 


 

Sources
Sites et photo :
Wikipedia, Geneanet,
L'abbaye de Maillezais.
Vidéo : YouTube par Yosh 2017.

Date de dernière mise à jour : 22/11/2017