VISAGES D'ILLE-ET-VILAINE

Mon ancêtre de ce département ...

 

 

Au Xème siècle


dans ce département a été célébré à Rennes
le mariage d'un lointain ancêtre de la noblesse

 

Comte de franceGuillaume Ier de Normandie dit Longue Epée (+942)
Jarl (comte) des Normands de la Seine de 927 à 942

 

Détails historiques

Famille :
Il est le fils naturel de Rollon dit Le Marcheur (860/932), chef Viking, et de sa frilla * Poppa de Bayeux (+vers 925). Né outre-mer, d'une mère chrétienne et d'un père encore païen.

Mon arbre généalogique : n° sosa 30 188 647 784 en 35ème génération.

Biographie :  Il est jarl (comte) des normands de la Seine. Il décède à Picquigny (Somme) le 27 décembre 942.
En 911, son père, Rollon, est installé par le roi Charles III dit  le Simple en Normandie , Guillaume devient l'héritier naturel de ce territoire.
Vers 927 Rollon n'étant plus en état de gouverner, une assemblée de Normands et de Bretons élit Guillaume à leur tête. À peine élu, il se recommande au roi Charles III.
Guillaume est un vrai chrétien à la différence de son père. Il fait différentes donations aux chanoines du Mont-Saint-Michel et restaure l'abbaye de Jumièges dans laquelle il songe à se retirer et obtient de sa sœur, Adèle, l'envoi de douze moines de l'abbaye Saint-Cyprien de Poitiers.
Le principat de Guillaume correspond à une consolidation de la jeune Normandie. Il est considéré comme un restaurateur de la paix et de l'ordre, principal artisan de la réussite normande et on lui attribue le succès définitif de la greffe scandinave sur le tronc romano-franc, qui permet à l'État, fondé en 911, de traverser victorieusement la crise générale que connait dans les années 940 le monde scandinave d'Occident.
En 938/939, Herluin, comte de Montreuil, ayant perdu sa ville de Montreuil, prise par Arnoul Ier, comte de Flandre et d'Artois, en appelle à Guillaume. Il y combattit personnellement et Montreuil est reprise en 939. Ayant récupéré son bien, Herluin rend hommage de fidélité à Guillaume pour le Ponthieu. Les Normands contrôlent ainsi la Picardie maritime et contrarient l'expansion de la principauté flamande vers le Sud. Ceci explique peut-être la fin tragique de Guillaume le 17 décembre 942. Ce dernier est invité par Arnould de Flandre à une entrevue, manigancée par les principaux princes francs, hostiles à la montée en puissance de la Normandie, au prétexte d'un accord, dans un lieu nommé Picquigny (Somme). À peine la paix signée par les deux princes, il est traîtreusement assassiné, vraisemblablement par Baudoin, fils du comte de Cambrai, sur ordre d'Arnould Ier.
Ses fidèles récupèrent son corps. On retrouve sur lui une clef, ouvrant un coffre renfermant une bure, la bure des moines.
Son tombeau se trouve en la cathédrale de Rouen.

 

Unions et descendance : Il épouse chrétiennement Liétgarde de Vermandois (915/982) vers 935, fille d'Herbert II, comte de Vermandois (880/943) et d’Hildebrande de France (892/943). Ils n’ont pas de descendance.

Il épouse more danico **, Sprota, fille du comte Juhel Béranger de Rennes, à Rennes, devant tous les Seigneurs du Duché, en présence du comte de Paris, Hugues le Grand, et de beaucoup de jeunes seigneurs de France.
Elle lui donne Richard Ier de Normandie dit Sans Peur (930/996) qui succède à son père.

 


 

Notes :
* Frilla : À la différence des chrétiens et de l’Église qui considèrent les frilla, secondes épouses, comme des concubines, et leurs enfants comme des bâtards, les Normands les perçoivent comme parfaitement légitimes.

** More danico : signifie à la manière danoise en latin.
Le mariage « more danico », ou la « danesche manere » en normand, désigne le mode de polygamie pratiqué par les Vikings implantés en Normandie après le Traité de Saint-Clair-sur-Epte de 911.
Leur conversion au christianisme, inégale selon les régions, ne les empêche pas de continuer à avoir plusieurs femmes comme auparavant en Scandinavie et en Islande.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 17/11/2017